^

Santé

A
A
A

Causalgie: quelle est cette maladie?

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 25.02.2021
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

La douleur peut être définie comme une douleur vive et sourde, lancinante ou douloureuse, pressante ou éclatante. La liste des définitions peut être poursuivie, mais voici un terme médical spécial - causalgie - qui signifie une douleur prolongée et sévère à caractère brûlant.

Épidémiologie

L'identification ciblée des cas de SDRC de type II est relativement récente, de sorte que les statistiques sont très limitées. Ainsi, selon certaines études étrangères, l'incidence du syndrome causalgie ne dépasse pas un cas (0,82) pour 100 000 patients présentant des lésions aux membres. [1]

Après une intervention chirurgicale sur le radius du bras, le SDRC de type II survient dans 2 à 5% des cas, et après une chirurgie du pied et de la cheville - dans 1,8% des cas. [2]

Causes causalgie

Selon une échelle descriptive et de classement  pour évaluer l'intensité de la douleur , la causalgie (du grec kausis - brûlure et algos - douleur) correspond à 10 points, c'est-à-dire une douleur insupportable. 

Depuis le milieu des années 90 du siècle dernier, l'Association internationale pour l'étude de la douleur (IASP) a défini la causalgie comme un syndrome de brûlure intense après une lésion nerveuse traumatique -  syndrome de douleur régionale complexe de  type II (SDRC II).

Quelles sont les raisons de son apparition? Si le SDRC de type I survient après une lésion des tissus mous ou des os, le syndrome causalgie est le résultat de lésions et de dysfonctionnements des nerfs périphériques, y compris des fibres nerveuses sensorielles et autonomes. Cela s'applique aux nerfs tibiaux et sciatiques passant de la colonne vertébrale aux membres inférieurs, ainsi qu'aux longues branches des nerfs des membres supérieurs (musculo-cutanés, médian et ulnaire) quittant le plexus brachial. [3]

Ainsi, la causalgie est un type de douleur chronique sous forme de syndrome de douleur neurogène.

Facteurs de risque

Les principaux facteurs de risque de causalgie sont associés à des blessures, des fractures, des chocs graves, des lésions nerveuses possibles dues à des entorses, des brûlures ou à une intervention chirurgicale et, dans certains cas, à une amputation.

Comme le notent les experts, l'intensité de la manifestation de ce syndrome n'est pas liée à la gravité de la lésion, et une caractéristique est la disproportion entre la douleur et la gravité de la blessure, mais le stress post-traumatique et la dépression peuvent intensifier les symptômes et aggraver l'état du patient. [4]

Pathogénèse

Comment la douleur survient est détaillée dans la publication -  Pain .

Et les neuropathologistes expliquent la pathogenèse de la causalgie par la participation à son apparition de fibres du système nerveux sympathique innervant la zone touchée, qui jouent un rôle important dans l'apport sanguin à la peau et la perception de la douleur. Pour plus d'informations, voir -  Douleur neuropathique .

Mais pourquoi toutes les personnes de gravité similaire ne développent-elles pas le SDRC II, c'est-à-dire une causalgie? Le mécanisme multifactoriel pour le développement de cette condition n'a pas encore été complètement divulgué.

On suppose que le syndrome causalgique est associé à une réponse accrue aux signaux de douleur - une hypersensibilité individuelle des fibres nerveuses, qui peut être causée par une anomalie des axones sensoriels des nerfs périphériques, par exemple, en violation de leur myélinisation (la formation d'une gaine isolante de myéline). [5]

Il existe une hypothèse pour le développement d'une réponse inflammatoire excessive au traumatisme, en particulier au stade aigu du SDRC II, avec la libération de cytokines pro-inflammatoires par des cellules de tissus endommagés, et les nerfs périphériques libèrent les neuropeptides correspondants (bradykinine, glutamate, substance P), qui activent les neurones nociceptifs centraux périphériques et secondaires (transmettant des impulsions de douleur).

Et la progression de ce syndrome douloureux vers un état chronique se traduit par une diminution du taux de neurotransmetteurs catécholamines dans le sang (en particulier la norépinéphrine) et une activation compensatoire ultérieure des récepteurs alpha-adrénergiques périphériques. [6]

Symptômes causalgie

Chez la plupart des patients, les premiers signes de causalgie (syndrome douloureux régional complexe de type II) apparaissent dans les 24 heures suivant la blessure.

Trois étapes de son développement sont identifiées: dans la première, les principaux symptômes comprennent:

  • douleur intense prolongée avec une sensation de brûlure, qui peut être constante et augmenter le paroxysme;
  • œdème local des tissus mous du membre affecté;
  • augmentation de la sensibilité à la douleur (hyperalgésie) et augmentation de la sensibilité cutanée (hyperasthésie);
  • hypersensibilité de la peau au toucher et légère pression (allodynie) dans la zone innervée par le nerf endommagé;
  • changement de température et de couleur de peau d'un bras ou d'une jambe blessé associé à une violation de la microcirculation;
  • paresthésie (sensation de picotement et engourdissement);
  • crampes musculaires;
  • augmentation de la transpiration.

Dans la deuxième étape, la douleur s'intensifie et capte des zones plus éloignées; le gonflement du membre blessé se dilate également et peut être difficile au toucher; la structure des cheveux et des plaques à ongles change (les ongles peuvent devenir cassants et les cheveux grossiers); la densité osseuse diminue avec l'apparition de l' ostéoporose focale  . [7]

Perte atrophique du tissu musculaire et propagation de la douleur brûlante dans tout le membre; des tremblements ou des contractions du membre, une limitation prononcée de sa mobilité sont des signes du troisième stade du SDRC II.

Complications et conséquences

En plus de l'ostéoporose locale et diffuse, les complications et les conséquences du syndrome causalgique - s'il n'est pas détecté et traité à un stade précoce - se manifestent sous la forme d'une  violation du tonus  musculaire avec rigidité musculaire, raideur et diminution de l'amplitude des mouvements. [8]

Diagnostics causalgie

Le diagnostic complet du syndrome douloureux régional de type II est effectué sur la base des antécédents médicaux et des symptômes cliniques.

Plus d'informations dans le matériel -  Principes généraux de l'examen clinique des patients souffrant de douleur

Le diagnostic instrumental aide à déterminer le diagnostic: radiographie et IRM des os des extrémités, électroneuromyographie et  thermographie , échographie des nerfs.

Diagnostic différentiel

Diagnostic différentiel de causalgie avec d'autres syndromes douloureux, en particulier, syndrome de douleur centrale (causée par des lésions du système nerveux central), syndromes radiculaires et radiculaires, douleurs musculo-toniques et fibromyalgie, neuropathie dégénérative-dystrophique, polyneuropathie, plexopathie, etc. [9]

Qui contacter?

Traitement causalgie

Le traitement de la douleur neuropathique  dans le SDRC de type II (causalgie) implique l'utilisation d'AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) qui ont des effets analgésiques. Voir -  Comprimés pour la névralgie [10]

Des anticonvulsivants sont également prescrits -  carbamazépine  ou  gabapentine  (Neurontin); corticostéroïdes (prednisolone et méthylprednisolone); inhibiteurs calciques - Nifedipine ou  Phenigidin .

Les anesthésiques locaux soulagent la douleur (pommades avec du diclofénac de sodium, de l'ibuprofène, de la capsaïcine), ainsi que des applications avec de la novocaïne et du dimexide.

L'utilisation de l'électroneurostimulation (stimulation nerveuse électrique transcutanée) et de l' oxygénation hyperbare est assez efficace  .

Le blocage sympathique de la novocaïne peut soulager la douleur à long terme  .

Et un soulagement complet est fourni par sympathectomie chirurgicale - l'intersection des nerfs sympathiques dans le membre blessé.

En s'injectant des médicaments du groupe des biophosphonates, par exemple le  Pamidronate , ils combattent l'ostéoporose. [11]

La prévention

Des mesures préventives pour prévenir la causalgie n'ont pas été développées. Et en cas de fractures osseuses, les experts recommandent de prendre des vitamines. [12]

Prévoir

Le pronostic du syndrome douloureux régional complexe de type II dépend de la cause et de l'âge: en règle générale, chez les personnes plus jeunes, le traitement de la causalgie donne de meilleurs résultats.

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.