^

Santé

A
A
A

Léger

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 11.04.2020
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Les poumons droit et gauche sont situés dans la cavité thoracique, chacun dans sa moitié, dans les sacs pleuraux. Entre la lumière sont des organes médiastinaux: coeur au péricarde, l'aorte et la veine cave supérieure Vienne, de la trachée avec les bronches, l'œsophage, le thymus, les ganglions lymphatiques, etc.

La forme et la structure des poumons. En forme, le poumon ressemble à un cône avec un côté médial aplati et un sommet arrondi. Le poumon droit a une longueur d'environ 25 à 27 cm, la largeur - de 12 à 14 cm Il est plus court que le poumon gauche d'environ 2-3 cm et avoir à 3-4 cm, qui est associée à une position supérieure de la coupole à droite de la membrane par rapport à la gauche ..

La lumière (pulmo) a l'apex (apex pulmonis), la base (base pulmonis) et 3 surfaces: diaphragmatique, nervure et médiastinale. La surface diaphragmatique (facies diaphragmatis) correspond à la base du poumon, elle est concave, face au diaphragme. La surface frontale (facies costalis) est convexe, se trouvant à la surface interne de la paroi thoracique - aux côtes et aux espaces intercostaux. La partie vertébrale (pars vertebralis) de cette surface est arrondie et bordée par la colonne vertébrale. La partie médiastinale (médiastinale) du poumon fait face au médiastin. Les surfaces du poumon sont séparées par des bords. La marge antérieure du poumon (margo antérieur) divise les surfaces costales et médiales, la marge inférieure (margo inférieure) sépare la nervure et les surfaces médiales du diaphragme. Au bord antérieur du poumon gauche se trouve une dépression - l'incision du cœur (incisura cardiaca), délimitée par la langue du poumon gauche (lingula pulmonis sinistri).

Chaque poumon à l'aide de fissures profondes est divisé en grandes parties - lobes. Le poumon droit a 3 lobes: le lobe supérieur supérieur, le lobe médius et le lobe inférieur inférieur. À la gauche du poumon attribuer 2 parts - le haut et le bas. La fente (fissura obliqua) est présente dans les deux poumons. Cet écart commence au bord postérieur du poumon, de 6-7 cm au-dessous de son sommet (niveau III apophyses épineuses des vertèbres thoraciques) va vers l'avant et vers le bas sur le bord avant du corps au niveau de l'os de la transition de la partie VI de nervures dans son cartilage. En outre, la fente inclinée se déplace vers la surface médiale et est dirigée vers le collet du poumon. La fissure oblique dans les deux poumons sépare la partie supérieure de la partie inférieure. Le poumon droit a une fente horizontale (fissura horizontalis pulmonis dextri). Il commence sur la surface costale approximativement au milieu de la fente oblique, où il traverse la ligne axillaire moyenne. En outre, la fente horizontale va d'abord transversalement à la marge antérieure, puis se tourne vers les portes du poumon droit (le long de la surface médiale). La fente horizontale sépare la partie centrale de la partie supérieure. La proportion moyenne du poumon droit est visible seulement du front et du côté médial. Entre les lobes de chaque poumon sont situés leurs surfaces interfrontales (faciès interlobares)

La surface médiale de chaque poumon a une dépression - la porte du poumon (hillum pulmonis), à travers laquelle passent les vaisseaux, les nerfs et la bronche principale, formant la racine du poumon (radix pulmonis). Aux portes du poumon droit dans la direction de haut en bas se trouve la bronche principale, en dessous est l'artère pulmonaire, sous laquelle il y a deux veines pulmonaires. Aux portes du poumon gauche, il y a une artère pulmonaire en haut, sous la bronche principale, en dessous, deux veines pulmonaires. La porte du poumon droit est un peu plus courte et plus large que celle du gauche.

Dans la zone de la porte droite bronche principale (bronche principalis dextre) est divisé en trois bronches lobaires: en haut à droite bronche lobaire (bronche lobaris dextre supérieure), moyenne bronches lobaires (bronche lobaris médius dextre), inférieure bronches lobaires (bronche lobaris dextre inférieure). En entrant dans le lobe supérieur du poumon droit lobe supérieur positionné au- dessus des bronches artère commune (branche de l' artère pulmonaire), à savoir epiarterialno il stocké, et dans d' autres parties du poumon gauche à droite et bronche lobaire passe sous l' artère lobaire (w pas de bureau rial).

La bronche principale gauche (bronche principalis sinister) dans la grille de lumière est divisée en deux bronches équité: bronches lobaires supérieure gauche (bronche lobaris supérieure sinister) et les bronches lobaires inférieur gauche (bronche lobaris inférieure sinister). Les bronches lobaires donnent naissance à de plus petites bronches segmentaires (tertiaires) qui se divisent ensuite dichotomiquement.

La bronche segmentaire (bronchus segmentalis) entre dans le segment, qui représente le segment du poumon, la base faisant face à sa surface, l'apex - à la racine. Les bronches segmentaires et l'artère segmentaire sont situées au centre du segment. Sur la frontière entre les segments adjacents, dans le tissu conjonctif, passe la veine segmentaire. Les bronches segmentaires sont divisées en sous-segmentaire, puis lobulaire.

Bronches lobulaire (bronche lobularis) compris dans une tranche du poumon, dont le nombre dans un poumon est d'environ 80 ou plus. Chaque lobule ressemble à une pyramide avec une base polygonale de 5-15 mm. La longueur du lobule atteint 20-25 mm. Le sommet de chaque lobule fait face au poumon, et la base - à sa surface, couverte de plèvre. Bronche lobulaire, entrant dans la tranche à partir de son sommet, est divisé en 12 à 20 extrémité (terminal) des bronchioles (bronchioles se termine), dont le nombre dans les deux poumons atteint 20 000. Terminal (terminal) formé bronchioles poi et leurs bronchioles respiratoires de ramification (bronchioles respiratorii ) n'ont pas déjà de cartilage dans leurs murs.

La structure des bronches a des caractéristiques communes à travers l'arbre bronchique (aux bronchioles terminales). Les parois des bronches sont formées par la muqueuse avec une sous-muqueuse, à l'extérieur de laquelle il y a des membranes fibro-cartilagineuses et adventicielles.

La muqueuse des bronches est tapissée d'épithélium cilié. L'épaisseur de la couverture épithéliale diminue avec la diminution du calibre des bronches à la suite de changements dans la forme des cellules de haute prismatique à faible cubique. Dans les parois des bronches de petit calibre, l'épithélium est à deux rangs, puis à une rangée. Parmi les cellules épithéliales (en plus des cellules ciliées), il y a des gobelets, des cellules endocrines, des cellules basales (similaires aux cellules de la paroi trachéale). Dans les parties distales de l'arbre bronchique, parmi les cellules épithéliales, il y a des cellules sécrétrices de clara qui produisent des enzymes qui décomposent le tensioactif. La propria de la membrane muqueuse contient une quantité significative de fibres élastiques longitudinales. Ces fibres favorisent l'étirement des bronches pendant l'inspiration et reviennent à la position initiale pendant l'expiration. Dans l'épaisseur de la plaque de la membrane muqueuse, il y a du tissu lymphoïde (cellules de la série lymphoïde), des vaisseaux et des nerfs. L'épaisseur relative de la plaque musculaire de la membrane muqueuse (par rapport à la paroi bronchique) augmente des grosses bronches aux petites. La présence de faisceaux obliques et circulaires de cellules musculaires lisses de la plaque musculaire contribue à la formation de plis longitudinaux de la muqueuse bronchique. Ces plis ne sont présents que dans les grosses bronches (5-15 mm de diamètre). Dans la base sous-muqueuse des bronches, en plus des vaisseaux sanguins, des nerfs, du tissu lymphoïde, il existe des sections sécrétoires de nombreuses glandes muco-protéiniques. Les glandes sont absentes seulement dans les bronches de petit calibre (diamètre inférieur à 2 mm).

La carapace fibreuse-cartilagineuse diminue au fur et à mesure que le diamètre des bronches change, elle change de caractère. Les bronches principales contiennent des anneaux cartilagineux non fermés. Dans les parois des bronches segmentaires, sous-segmentaires lobaires, il y a des plaques cartilagineuses. La bronche lobulaire d'un diamètre de 1 mm ne contient que de petites plaques individuelles de tissu cartilagineux. Les bronches d'un petit calibre (bronchioles) n'ont pas d'éléments cartilagineux dans leurs parois. L'adventice externe des bronches est construite à partir du tissu conjonctif fibreux qui passe dans le tissu conjonctif interlobaire du parenchyme pulmonaire.

Dans la composition des poumons, en plus de l'arbre bronchique (bronche de différents diamètres), on distingue un arbre alvéolaire, qui non seulement a des voies respiratoires, mais aussi des fonctions respiratoires.

L'arbre alvéolaire, ou acinus pulmonaire, est une unité structurelle fonctionnelle du poumon. Dans chaque poumon, il y a jusqu'à 150 000 acinus. Acinus est un système de ramification d'une bronchiole terminale (terminale). Bronchiole Terminal divisé en 11-16 voies aériennes (respiratoire) bronchioles premier ordre, qui sont divisés en bronchioles respiratoires dichotomiques second ordre, et celui-ci - comme dichotomique des bronchioles respiratoires troisième ordre.

La longueur d'une bronchiole respiratoire est de 0,5-1 mm, le diamètre est de 0,15-0,5 mm. Le nom bronchioles respiratoires a été obtenu en raison du fait que sur leurs parois minces (25-45 microns) il y a des alvéoles simples. Les bronchioles respiratoires sont divisées en canaux alvéolaires (canalaires alvéolaires), se terminant par des poches alvéolaires (sacculi alvéolaires). Le diamètre des voies alvéolaires et des sacs alvéolaires chez un adulte est de 200 à 600 microns (chez les enfants de 150 à 400 microns). La longueur des cours et des alvéoles alvéolaires est de 0,7 à 1 m, et les voies alvéolaires et les sacs de leurs parois présentent des protubérances - des vésicules - des alvéoles du poumon (alvéoles pulmonaires). Cours alvéolaire implique environ 20 alvéoles. Le diamètre d'une alvéole est de 200 à 300 microns, et sa surface est en moyenne de 1 mm 2. Le nombre total d'alvéoles dans les deux poumons atteint 600 à 700 millions.La surface totale des alvéoles varie de 40 m 2 lorsqu'il est expiré à 120 m 2 lorsqu'il est inhalé.

Acinus a une structure complexe. Les bronchioles respiratoires sont bordées d'un épithélium cubique dans lequel se trouvent des épithéliocytes non exfoliés. La couche sous-jacente de myocytes lisses est très mince, intermittente. Les voies alvéolaires sont bordées d'un épithélium plat. L'entrée de chaque alvéole du trajet alvéolaire est entourée de minces faisceaux de myocytes lisses. Les alvéoles sont tapissées de cellules de deux types: alvéolaires respiratoires (écailleuses) et grandes (granuleuses) situées sur une membrane basale solide. Dans la muqueuse épithéliale alvéolaire, il y a aussi des macrophagocytes. Les alvéolites respiratoires - la partie principale dans la structure des parois des alvéoles. Ces cellules ont une épaisseur de 0,1-0,2 microns et un noyau quelque peu convexe, ainsi que de nombreuses vésicules de micropinocytose, ribosomes et autres organites peu développés. Par l'intermédiaire des alvéolites respiratoires, l'échange de gaz a lieu. Les grands alvéolocytes sont disposés en groupes de 2-3 cellules. Ce sont de grosses cellules avec un gros noyau arrondi et des organites bien développés. La surface apicale des grands alvéolocytes contient des microvillosités. Les grands alvéolocytes sont une source de récupération de la muqueuse cellulaire des alvéoles, ils participent activement à la formation du surfactant.

Le surfactant est un complexe de substances de nature protéique-glucidique-lipidique. Le surfactant est situé sur la surface interne des alvéoles et empêche les alvéoles de s'effondrer et d'adhérer pendant l'expiration, maintenant la tension de surface des alvéoles. Le tensioactif a des propriétés bactéricides.

Air-sang (le rapport air-sang) barrière formée mince (90-95 nm) alveolocytes respiratoires, la membrane basale alveolocytes qui fusionnent avec la membrane basale des capillaires, la couche mince (20 à 30 nm) de cellules endothéliales, à travers laquelle l' échange de gaz est très faible épaisseur (0, 2-0,5 μm). L'épaisseur de la membrane basale totale est de 90-100 nm. Les capillaires forment un réseau hémocapillaire épais autour des alvéoles. Chaque capillaire borde un ou plusieurs alvéoles. L' oxygène dans le processus de diffusion de la lumière des alvéoles passe à travers la barrière sang dans la lumière du capillaire de sang, CO 2 - dans le sens opposé. En plus de l'échange de gaz, les poumons remplissent d'autres fonctions. Cette régulation de l' équilibre acide-base, la production d'immunoglobulines par les cellules plasmatiques, l' isolement des immunoglobulines dans la lumière des voies respiratoires et d' autres.

Topographie des poumons (projection sur la paroi thoracique). Les poumons droit et gauche sont situés chacun dans leur propre moitié de la cavité thoracique, et à bien des égards leur topographie est la même. Cependant, il existe des différences en ce qui concerne l'emplacement du bord avant du poumon inférieur et leurs limites en raison de la présence d'organes adjacents (coeur, gauche incliné, diaphragme dôme droit supérieur). À cet égard, la skeleotopie des poumons droit et gauche n'est pas la même. La pointe du poumon droit en avant est 2 cm au-dessus de la clavicule, 3-4 cm - sur 1 côte. A l'arrière de la pointe du poumon droit est projetée au niveau de l'apophyse épineuse de la VII vertèbre cervicale. La frontière avant du poumon droit du haut est à l'articulation droite sterno, puis passe par le milieu de la connexion de la poignée et le corps du sternum. Le bord avant du poumon droit est derrière le sternum vers le bas (juste à gauche de la ligne médiane) au niveau des côtes du cartilage IV gerehodya la bordure inférieure du poumon. La limite inférieure du poumon droit du milieu ligne claviculaire est au niveau VI bords de la ligne axillaire avant - à nervures de niveau VII, à mi-axillaire - VIII, la axillaire postérieure - nervure IX au niveau des lignes d'épaule - bords X sur des lignes paravertébraux - au niveau de cou de la côte XI. Au niveau de la nervure XI limite inférieure du poumon droit se lève et se dirige vers la frontière arrière, qui monte à la nervure tête II.

En haut à gauche du poumon fait saillie au-dessus de la clavicule et 2 cm. Du haut de la limite avant (bord) du poumon gauche est à l'articulation de grudinoklyuchichnomu gauche, puis le corps derrière le sternum au niveau du cartilage costal IV. En outre, la limite avant du poumon gauche est dévié vers la gauche, est guidé le long du bord inférieur du cartilage costal de IV à environ une ligne de poitrine tourne brusquement vers le bas pour le cartilage costal VI, où les virages serrés vers la gauche sur la limite inférieure du poumon. La bordure inférieure du poumon gauche passe environ un demi-bloc de moins que celle du poumon droit. Sur la ligne quasi-vertébrale, la bordure inférieure du poumon gauche passe dans sa bordure postérieure, qui longe la colonne vertébrale. Les frontières arrières des poumons gauche et droit coïncident.

L'approvisionnement en sang dans les poumons

Les vaisseaux sanguins des poumons sont référés à un petit et grand cercle de circulation sanguine.

Vaisseaux pulmonaires (a. Et v. Pulmonales) constituent la circulation pulmonaire et fonctionnent principalement la fonction d'échange gazeux entre le sang et l'air, tandis que le système des vaisseaux bronchiques (a. Et v. Bronchiales) fournit une puissance de lumière et fait partie de la circulation systémique.

Les artères pulmonaires, sortant du tronc pulmonaire, transportent le sang veineux dans les poumons. Le tronc pulmonaire est entièrement localisé intrapéricardiquement. Sa longueur 4 - 6 cm, diamètre -. Artère pulmonaire droite de 3,5 cm dans sa direction et l'ampleur est une continuation du tronc pulmonaire, qui est d'une importance pratique dans l'angiographie sélective, et quand il dérive embolies.

Position divisant le tronc pulmonaire est disposé en dessous de la bifurcation trachéale 1,5-2 cm. En entrant par la racine vers les poumons, l'artère pulmonaire divisée en fils d'actions et segmentaires et répétées de ramification des bronches et adjacente à elles. Les bronchioles respiratoires sont accompagnées d'artérioles. Les artérioles pré-capillaires sont plus larges que celles d'un grand cercle et créent peu de résistance à la circulation sanguine.

Des capillaires, le sang s'accumule dans les post-capillaires, les veinules et les veines, qui, contrairement aux artères, sont situées entre les lobules. Les branches intracérébrales des veines pulmonaires, dont le calibre et la longueur ne sont pas constants, s'écoulent dans des veines intersegmentaires, chacune recueillant le sang de deux segments adjacents. Les veines se combinent en grands troncs (deux de chaque poumon), coulant dans l'oreillette gauche.

Nombre entier de l'artère bronchique de 2 à 4 à partir de l'aorte thoracique, sont envoyés aux racines du poumon et les branches donnant plèvre, la ramification avec les bronches, les bronchioles niveau atteint. Les branches des artères bronchiques sont situées dans le tissu conjonctif péribronchique et l'adventice bronchique. Les plus petites branches, formant le réseau capillaire, atteignent leur propre plaque de la membrane muqueuse de la paroi bronchique. De sang capillaire pénètre dans les petites veines, dont certains se jette dans le système de la veine pulmonaire, l'autre partie (à partir de la grande bronches) - dans les veines bronchiques, le drainage dans les non appariés (hemiazygos) veine. Entre les branches des artères et des veines pulmonaires et bronchiques, il y a des anastomoses dont la fonction est réglée par les artères de fermeture.

Innervation des poumons et des bronches

Selon les idées modernes, innervation du poumon effectué en raison de branches nerveuses, séparées du nerf vague, le nœud de tronc sympathique, les branches des bronches et du poumon, et le nerf phrénique, formant la grille plexus pulmonaire du poumon, qui est divisé en avant et l'arrière. Les branches antérieure et postérieure plexus forment dans les poumons et péribronchique plexus perivazalnye, qui viennent en segments afferent exercice pulmonaire (sensible) et efférente (moteur) innervation parasympathique et effet sur les bronches innervation est plus prononcée que sympathique. Entre l'arc aortique, la bifurcation du tronc pulmonaire et la trachée est une zone réflexogène - plexus profond cardiaque. Ici, dans l'adventice de la bifurcation du tronc pulmonaire, un ganglion nerveux permanent, et en face - plexus surface cardiaque.

Les nerfs forment des plexus au collet des poumons, s'anastomosent avec l'entrelacement de la trachée et du coeur. La présence de connexions des nerfs des poumons et du cœur explique en partie l'arrêt réflexe du coeur lors des manipulations dans la région de la racine pulmonaire.

Troncs nerveux formant le plexus pulmonaire de grille, l'envoi de plus petites branches qui se forment sur les parois des gros vaisseaux pulmonaires bronches et melkopetlistoe plexus, continuant le long des parois des tubes bronchiques à la plus petite des parties de l'arbre bronchique. La liaison résultante entre les branches du nerf formé plexus péribronchique, branches séparées qui pénètrent dans l'épaisseur de la paroi bronchique, formant plexus intrabronchique. Au cours de leur apparition, de petites accumulations de cellules nerveuses se produisent.

Les parois des vaisseaux des poumons sont le lieu d'origine des impulsions afférentes qui exercent une influence régulatrice sur la respiration et la circulation.

Les fibres afférentes de comme « la stimulation des récepteurs » dans la muqueuse du larynx, de la trachée et des bronches et des récepteurs, détecter la tension dans les parois des alvéoles. Des "récepteurs d'irritation", impliqués dans la mise en place d'un réflexe de toux, sont retrouvés entre les cellules de l'épithélium de couverture des voies respiratoires. Une grande partie des fibres afférentes dans la composition du nerf vague est dirigée vers des cellules sensibles ganglion nodulaire, l'autre partie - au ganglion stellaire au thoracique cervical inférieur et supérieur, et parfois à caudalement situé ganglions spinaux.

Les fibres vagales efférentes commencent principalement à partir des cellules des noyaux dorsaux de la moelle allongée. Dans les plexus nerveux des bronches, ils sont remplacés par de courtes fibres postganglionnaires, qui donnent une impulsion aux muscles et aux glandes de la trachée, des bronches et des bronchioles, ainsi qu'aux vaisseaux. Innervation vaginale se réfère à l'innervation cholinergique et provoque une contraction des muscles lisses des voies respiratoires, la sécrétion des glandes et la vasodilatation.

Les fibres sympathiques efférentes commencent dans la moelle épinière à un niveau allant de I-II à V-VI du segment thoracique. Les fibres innervant le larynx et la partie supérieure de la trachée se transforment en fibres post-ganglionnaires dans le nœud sympathique cervical supérieur. Fibres portant des impulsions à la partie caudale de la trachée, les bronches, les bronchioles, basculent dans les ganglions thoraciques supérieurs de la frontière tronc sympathique. Ils sont envoyés au plexus pulmonaire et sont adrénergiques. L'irritation du nerf sympathique provoque la relaxation de la musculature des bronches et des bronchioles, l'inhibition de la sécrétion des glandes et le rétrécissement des vaisseaux.

L'innervation des poumons est contrôlée par l'hypothalamus et le cortex cérébral, ce qui assure l'intégration de la respiration et des fonctions des autres organes, ainsi qu'une double régulation (automatique et volontaire) de la respiration.

Vascularisation lymphatique des poumons

Les vaisseaux lymphatiques des poumons sont divisés en superficiel et profond. Surface et forment un réseau grossier dans melkopetlistuyu épais anastomose plèvre avec vaisseaux profonds situés dans des couches intermédiaires entre les segments conjonctifs, des sous-segments, les segments ainsi que dans les parois des bronches. Profond réseau lymphatique du poumon est constitué de capillaires plus fins vaisseaux situés autour des alvéoles et des bronches terminales des vaisseaux lymphatiques et des voies respiratoires, les bronches et accompagnant les gros vaisseaux sanguins. Les alvéoles sont dépourvues de capillaires lymphatiques. Le début du système lymphatique est les capillaires lymphatiques dans les espaces inter-alvéolaires . Les réseaux hors-corps forment des collecteurs lymphatiques à écoulement sortant, qui accompagnent les bronches et vont jusqu'au collet pulmonaire.

Sur la sortie de la lymphe vers les racines du poumon est plusieurs groupes de ganglions lymphatiques bronchopulmonaires. Ils sont situés le long du chemin et principalement dans des endroits de ramification des bronches. Près des bronches principales et de la trachée, on distingue les ganglions trachéobronchiques inférieurs, trachéobronchique supérieur droit et gauche, les ganglions lymphatiques trachéaux droits et gauches (paratrachéaux).

Selon les idées modernes, les ganglions lymphatiques de bifurcation sont les principaux noeuds régionaux pour les lobes inférieurs des deux poumons. La majorité des ganglions de bifurcation (dans 52,8% des cas) est localisée sous la bronche principale droite. A cet égard, il est conseillé de faire un des noeuds de bifurcation de ponction à travers la paroi intérieure de la bronche principale droite, reculer 5-6 mm à partir de la carène, ce qui est presque toujours le ganglion de la bifurcation est située à 2/3 de sa taille sous la bronche droite, et un tiers - directement au-dessous de la carène.

L'écoulement de la lymphe vers les ganglions lymphatiques trachéobronchiques gauches est réalisé à partir de la gauche bronchopulmonaire (racine) et des nœuds de bifurcation, du poumon gauche et de la trachée, de l'œsophage. Dans la plupart des cas, la sortie de la lymphe de ces ganglions est dirigée directement dans le canal thoracique, dans 1/3 des cas - vers les ganglions lymphatiques trachéobronchiques supérieurs droits, puis vers le canal thoracique.

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9], [10], [11]

Où est-ce que ça fait mal?

Qu'est ce qui te tracasse?

Quels tests sont nécessaires?

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.