^

Santé

A
A
A

Système nerveux parasympathique

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 31.05.2018
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

La partie parasympathique du système nerveux est divisé dans le cerveau et la colonne vertébrale sacrum. À la zone de tête (pars cranialis) comprennent noyau végétatif et les fibres parasympathiques oculomoteur (vapeur III) facial (VII paire), glosso-pharyngien (IX Pair) et vagus (X Pair) nerf et ciliaire, ptérygopalatin, sous-maxillaire, sublinguale, otique et d'autres composants parasympathique et leurs branches. Sacral (pelvienne) fait partie parasympathique séparé est formé par sacrum noyaux parasympathiques (noyaux parasympathici sacrales) II, III et IV des segments de la moelle épinière sacrée (SII-SIV), les nerfs pelviens viscérales (nn. Splanchnici pelvini), les ganglions pelviens parasympathiques (gariglia pelvina) avec leur branches.

  1. La partie parasympathique du nerf oculomoteur prolongement représenté (parasympathique) noyau (noyau oculomotorius de accessorius; core-Yakubovicha Edinger-Westphal), le noeud de procédés ciliaires et les cellules du corps qui se trouvent dans le noyau et ces noeuds. Axones centraux supplémentaires cellules nerveuses oculomoteur se produisant dans tegmentum, sont composées d'une des fibres préganglionnaires du nerf crânien. Dans la cavité de l'orbite, ces fibres sont séparées de la branche inférieure de la racine oculomoteur du nerf oculomoteur (oculomotoria radix [parasympathetica]; le noeud ciliaire court tampon) et sont ganglion ciliaire dans sa partie arrière, se terminant à ses cellules.

Le nœud cervical (ganglion ciliare)

Le plan, d'une longueur et d'une épaisseur d'environ 2 mm, est situé près de l'espace glandulaire supérieur dans l'épaisseur du tissu adipeux dans le demi-cercle latéral du nerf optique. Ce nœud est formé par l'accumulation des corps des seconds neurones de la partie parasympathique du système nerveux autonome. Les fibres parasympathiques préganglionnaires qui sont venues à ce noeud dans le nerf oculomoteur se terminent par des synapses sur les cellules du ganglion ciliaire. Les fibres nerveuses postganglionnaires dans la composition de trois à cinq nerfs ciliaires courts sortent de la partie antérieure du nœud ciliaire, sont dirigées vers l'arrière du globe oculaire et y pénètrent. Ces fibres innervent le muscle ciliaire et le sphincter de la pupille. Par la jonction ciliaire, les fibres traversant le lumbosacon conduisent une sensibilité commune (les branches du nerf nosorématique) formant une longue épine (sensible) du nœud ciliaire. Transit à travers le noeud aller et fibres postganglionic sympathiques (du plexus carotidien interne).

  1. La partie parasympathique du nerf facial est constituée du noyau salivaire supérieur, des ganglions ptérygoïdiens, sous-mandibulaires, sublinguaux et des fibres nerveuses parasympathiques. Les axones des cellules du noyau salivaire supérieur se trouvant dans la couverture du pont, sous la forme de fibres parasympathiques préganglionnaires, traversent le nerf facial (intermédiaire). Dans la région du nerf facial, une partie des fibres parasympathiques est séparée sous la forme d'un grand nerf pierreux (N. Petrosus major) et quitte le canal facial. Le grand nerf pierreux se trouve dans le sillon éponyme de la pyramide de l'os temporal, puis le cartilage fibreux remplissant la lacération à la base du crâne est perforé et pénètre dans le canal ptérygoïdien. Cette grande pierreux nerf sympathique de canal avec le nerf pétreux profond formant le nerf du canal ptérygoïdien, qui va dans la fosse-palatine ptérygopalatin et envoyé au noeud ptérygopalatin.

La ptérygopalatine (gangion ptérygopalatinum)

4-5 mm en taille, forme irrégulière, située dans le ptérygion de la fosse, inférieure et médiale du nerf maxillaire. Le noeud traite des cellules - des fibres parasympathiques post-ganglionnaires sont fixés au nerf maxillaire, et suivie d'une partie de ses branches (naso-palatin, grandes et petites palatine, des nerfs et du pharynx nasal branche). De nerf zygomatique fibres nerveuses parasympathiques passent dans le nerf lacrymal par l'intermédiaire de sa branche de liaison avec le nerf zygomatique et innervent la glande lacrymale. En outre, la fibre nerveuse du noeud d'aile-palatine via ses branches: nerf naso-palatin (n. Naso-palatin), grands et petits nerfs palatins (. Nn palatini principaux minores ET), postérieur, les nerfs nasale latérale et médiane (nn nasales posteriores, laterales. Et médie), branche pharyngée (r pharyngien) -. Transmise à innervent les glandes muqueuses nasales, bouche et du pharynx.

La partie des fibres parasympathiques préganglionnaires qui ne faisaient pas partie du nerf pierreux s'écarte du nerf facial en tant que partie de son autre branche, la ficelle du tambour. Après avoir joint les cordes tympaniques au nerf lingual, les fibres parasympathiques préganglionnaires vont dans sa composition au nœud submandibulaire et sublingual.

Le noeud submandibulaire (ganglion submandibulare)

Forme irrégulière, la taille de 3,0 à 3,5 mm, est situé sous le canon nerf lingual sur la surface interne de la glande salivaire sous-maxillaire. Le corps de mensonge de noeud submandibulaire parasympathiques processus de cellules nerveuses qui (fibres nerveuses postganglionnaires) composé de branches dirigées vers le glandulaires sécrétoire des glandes salivaires sous-maxillaire de son innervation.

La branche sympathique (R. Sympathicus) du plexus situé autour de l'artère faciale est appropriée pour le noeud sous-maxillaire, en plus des fibres pré-ganglionnaires indiquées du nerf lingual. Dans les branches glandulaires, il y a aussi des fibres sensibles (afférentes) dont les récepteurs se trouvent dans la glande elle-même.

Le nœud sublingual (ganglion sublinguale)

Instable, situé sur la surface externe de la glande salivaire sublinguale. Il a des dimensions plus petites que le nœud sous-maxillaire. Les fibres préganglionnaires (branches nodales) du nerf lingual s'approchent du nœud sublingual, et les branches glandulaires de celui-ci à la glande salivaire du même nom en proviennent.

  1. La partie parasympathique du nerf glossopharyngien est formée par le noyau salivaire inférieur, le nœud de l'oreille et les excroissances des cellules qui s'y trouvent. Axons du noyau salivaire inférieur situé dans le bulbe rachidien dans le nerf glossopharyngien sortie de la cavité du crâne à travers l'ouverture jugulaire. Au niveau du bord inférieur du foramen jugulaire preduzlovye fibres nerveuses parasympathiques sont ramifiés dans le nerf de tambour de structure (n. Tympanicus), pénétrant dans la cavité du tympan, où il forme un plexus. Ensuite, les fibres parasympathiques préganglionnaires sortent de la cavité tympanique à travers le canal de petit nerf pétreux caverneuse pour former le nerf du même nom - (. N mineur petrosus) petit nerf pétreux. Ce nerf quitte la cavité crânienne à travers le cartilage du trou lacéré et s'approche du nœud auriculaire, où les fibres nerveuses préganglionnaires se terminent sur les cellules du nœud auriculaire.

Earplant (ganglion oticum)

Arrondi, 3-4 mm de taille, est attaché à la surface médiale du nerf mandibulaire sous l'ouverture ovale. Ce nœud est formé par les corps des cellules nerveuses parasympathiques dont les fibres postganglionnaires sont dirigées vers la glande salivaire parotide dans les branches parotides du nerf temporo-temporal.

  1. La partie parasympathique pneumogastrique comprend noyau réglable (parasympathique) du nerf vague, de multiples noeuds qui composent plexus d'organes végétatifs et traite les cellules situées dans le noyau et de ces noeuds. Les axones des cellules du noyau postérieur du nerf vague, qui est situé dans le bulbe rachidien, vont dans la composition de ses branches. Fibres parasympathiques préganglionnaires parasympathiques atteignent des noeuds court et plexus végétative intra -organique [coeur, de l' oesophage, du poumon, de l' estomac, l' intestin, et d' autres végétative (viscérale) plexus]. Dans les ganglions parasympathiques (ganglia parasympathica) proches et intraorganiques des plexus, les cellules du deuxième neurone du chemin efférent sont situés. Les processus de ces cellules forment des faisceaux de fibres postganglionnaires innervant les muscles lisses et les glandes des organes internes, du cou, de la poitrine et de l'abdomen.
  2. Sacral partie parasympathique du système nerveux végétatif représenté par les noyaux parasympathique sacral disposés dans la substance intermédiaire latérales II-IV segments sacraux de la moelle épinière et parasympathiques noeuds et les processus pelviens situés cellules dans celui - ci. Les axones des noyaux parasympathiques sacrés émergent de la moelle épinière en tant que partie des racines antérieures des nerfs spinaux. Ensuite , ces nerfs se composent de branches antérieures des nerfs sacraux après leur colonne vertébrale sortie à travers la formation d' ramifié pelvienne du sacrum d'ouverture avant nerfs splanchniques pelviens (nn. Splanchnici pelvici). Ces nerfs sont adaptés aux ganglions parasympathiques du plexus hypogastrique inférieur et les noeuds du plexus végétatif situé à proximité des organes internes, ou à l'intérieur de ces organes qui se trouvent dans la cavité pelvienne. Les cellules de ces noeuds terminent les fibres préganglionnaires des nerfs internes pelviens. Les processus des cellules des ganglions pelviens sont des fibres parasympathiques postganglionnaires. Ces fibres sont dirigées vers les organes pelviens et innervent leurs muscles lisses et leurs glandes.

Les neurones proviennent des cornes latérales de la moelle épinière au niveau sacré, ainsi que des noyaux autonomes du tronc cérébral (le noyau des nerfs crâniens IX et X). Dans le premier cas, les fibres préganglionnaires s'approchent des plexus prévertébraux (ganglions), où elles sont interrompues. De là commencent les fibres postganglionnaires, qui sont dirigées vers les tissus ou les ganglions intramuraux.

A l'heure actuelle, le système nerveux intestinal est également isolé (comme l'a souligné J. Langley en 1921), dont la différence avec les systèmes sympathiques et parasympathiques, à l'exception de la localisation dans l'intestin, est la suivante:

  1. les neurones intestinaux sont histologiquement distincts des neurones des autres ganglions végétatifs;
  2. dans ce système, il existe des mécanismes réflexes indépendants;
  3. Les ganglions ne contiennent pas de tissus et de vaisseaux conjonctifs, et les éléments gliaux ressemblent aux astrocytes;
  4. avoir une large gamme de médiateurs et de modulateurs (angiotensine, la bombésine, la substance holetsistokininopodobnoe, la neurotensine, le polypeptide pancréatique, enfekaliny, la substance P, d'un polypeptide intestinal vasoactif).

La médiation adrénergique, cholinergique, sérotoninergique ou modulation est discutée, le rôle de l'ATP en tant que médiateur (système purinergique) est montré. AD Nozdrachyov (1983), indiquant ce système metasympathetic, croit ses mikroganglii situées dans les parois des organes internes, ont l'activité motrice (cardiaque, tube digestif, de l'uretère, etc.). La fonction du système métasympathique est considérée sous deux aspects:

  1. émetteur d'influences centrales sur les tissus et
  2. l'éducation intégrative indépendante, y compris les arcs réflexes locaux qui peuvent fonctionner avec une décentralisation complète.

Les aspects cliniques de l'étude de l'activité de ce service du système nerveux autonome sont difficiles à isoler. Il n'y a pas de méthodes adéquates pour l'étudier, sauf pour l'étude du matériel de biopsie du gros intestin.

Ainsi, la partie efférente du système végétatif segmentaire est construite. La situation est plus compliquée avec le système afférent, dont l'existence, en substance, a été niée par J. Langley. Les récepteurs végétatifs de plusieurs types sont connus:

  1. Réponse à la pression et à l'expansion du type de corpuscules de Faterpachiniae;
  2. les chémorécepteurs, percevant les changements chimiques; Thermo-et osmoreceptors sont moins communs.

A partir du récepteur, les fibres vont, sans interruption, à travers le plexus prévertébral, le tronc sympathique jusqu'au nœud intervertébral, où se situent les neurones afférents (avec les neurones sensoriels somatiques). Ensuite, l'information suit deux voies: avec le tractus spinotalamic jusqu'à la butte visuelle sur les conducteurs minces (fibre C) et moyenne (fibre B); la deuxième voie - avec les conducteurs de la sensibilité profonde (fibre A). Au niveau de la moelle épinière, il n'est pas possible de différencier les fibres végétatives sensorielles animales et sensorielles. Sans aucun doute, l'information provenant des organes internes atteint le cortex, mais dans des conditions normales, elle n'est pas réalisée. Des expériences d'irritation des formations viscérales suggèrent que les potentiels évoqués peuvent être détectés dans diverses régions du cortex des hémisphères cérébraux. Il n'est pas possible de détecter les conducteurs porteurs de douleur dans le système du nerf vague. Très probablement, ils vont sur les nerfs sympathiques, il est donc juste que les douleurs végétatives ne sont pas végétatives, mais sympathiques.

On sait que la sympathalgie diffère des douleurs somatiques par une plus grande diffusion et un meilleur soutien affectif. L'explication de ce fait ne peut pas être trouvée dans la propagation des signaux de douleur le long de la chaîne sympathique, puisque les voies sensorielles traversent le tronc sympathique sans interruption. Apparemment, peu importe dans les systèmes récepteurs afférences autonomes et des conducteurs portant la sensibilité tactile et profonde, et le thalamus rôle de premier plan comme l'un des points d'extrémité de réception des informations du capteur d'organes et systèmes viscérales.

Il est évident que les dispositifs segmentaires végétatifs ont une certaine autonomie et un certain automatisme. Ce dernier est déterminé par l'apparition périodique d'un processus excitateur dans les ganglions intramuraux sur la base des processus métaboliques actuels. Un exemple convaincant est l'activité des ganglions intra-muraux du cœur dans les conditions de sa transplantation, lorsque le cœur est pratiquement privé de toutes les influences extracardiaques neurogènes. L'autonomie est également déterminée par la présence du réflexe axonal, lorsque la transmission de l'excitation se produit dans un système à un seul axone, et aussi par le mécanisme des réflexes viscéro-somatiques rachidiens (à travers les cornes antérieures de la moelle épinière). Récemment, des données sont également apparues sur les réflexes nodulaires, lorsque la fermeture se produit au niveau des ganglions prévertébraux. Cette hypothèse est basée sur les données morphologiques sur la présence d'une chaîne à deux neurones pour les fibres végétatives sensibles (le premier neurone sensible est situé dans les ganglions prévertébraux).

En ce qui concerne les similitudes et les différences dans l'organisation et la structure des divisions sympathique et parasympathique entre eux il n'y a pas de différence dans la structure des neurones et des fibres. Les différences concernent des catégories de neurones sympathiques et parasympathiques du système nerveux central (de la moelle épinière thoracique à la première, le tronc cérébral et la moelle épinière sacrée pour le second) et la disposition des noyaux (neurones parasympathiques prédominent dans les ganglions, étroitement espacé du corps de travail, et sympathique - à distance ). Cette dernière circonstance signifie que le système sympathique est plus court fibres préganglionnaires et postganglionnaires plus, le système parasympathique et - vice versa. Cette caractéristique a une signification biologique significative. Les effets de la stimulation sympathique sont plus diffus et généralisés, parasympathiques - moins globaux, plus locaux. Portée du système nerveux parasympathique est relativement limité et concerne principalement les organes internes, en même temps n'existe pas de tissus, les organes, les systèmes (y compris le système nerveux central), où les fibres ont pénétré du système nerveux sympathique. Suivant différence significative - la médiation à des fins différentes fibres postganglionnaires (comme des fibres sympathiques et parasympathiques du médiateur est l'action de l'acétylcholine est potentialisé par la présence d'ions potassium). Au niveau des terminaisons des fibres sympathiques libérés sympathie (un mélange d'adrénaline et noradrénaline), fournissant un effet local, et après l'absorption dans le courant sanguin - total. Le médiateur des fibres postganglionnaires parasympathique acétylcholine est principalement des effets locaux et est rapidement détruite par la cholinestérase.

Les représentations de la transmission synaptique sont devenues plus compliquées. Tout d'abord, dans les ganglions sympathique et parasympathique se trouvent non seulement cholinergiques, adrénergiques, mais aussi (en particulier dopaminergique) et peptidergique (en particulier, le Parti communiste - polypeptide intestinal vasoactif). D'autre part, le rôle est une formations de récepteurs présynaptiques et postsynaptiques de la modulation de diverses formes de réactions (bêta-1 et-2, et 1- et 2-adrénorécepteurs?).

L'idée de la nature généralisée des réactions sympathiques qui se produisent simultanément dans différents systèmes du corps est devenue très populaire et a donné vie au terme «tonus sympathique». Si vous utilisez la méthode la plus informative de l'étude du système sympathique - mesure de l'amplitude de l'activité totale dans les nerfs sympathiques, l'idée devrait être plus complète et modifier, comme l'a révélé des degrés divers de l'activité dans certains nerfs sympathiques. Ceci indique un contrôle régional différencié de l'activité sympathique, c'est-à-dire que dans le contexte de l'activation générale généralisée, certains systèmes ont leur propre niveau d'activité. Ainsi, au repos et sous les charges, un niveau d'activité différent se retrouve dans les fibres sympathiques de la peau et des muscles. À l'intérieur de certains systèmes (peau, muscles), il existe un parallélisme élevé dans l'activité des nerfs sympathiques dans divers muscles ou dans la peau des pieds et des mains.

Ceci indique un contrôle supraspinal homogène de certaines populations de neurones sympathiques. Tout ceci indique une certaine relativité du concept de «ton général sympathique».

Une autre méthode importante pour évaluer l'activité sympathique est le niveau de norépinéphrine plasmatique. Ceci est compréhensible en rapport avec l'isolement de ce médiateur dans les neurones sympathiques postganglionnaires, son augmentation avec la stimulation électrique des nerfs sympathiques, ainsi que dans des situations stressantes et certaines charges fonctionnelles. Le niveau de noradrénaline plasmatique varie selon les personnes, mais chez certaines personnes, il est relativement constant. Chez les personnes âgées, il est légèrement supérieur à celui des jeunes. Une corrélation positive a été établie entre la fréquence des volées dans les nerfs musculaires sympathiques et la concentration plasmatique de la norépinéphrine dans le sang veineux. Il y a deux raisons à cela:

  1. le niveau d'activité sympathique dans les muscles reflète le niveau d'activité dans d'autres nerfs sympathiques. Cependant, nous avons déjà parlé de l'activité différente des nerfs qui alimentent les muscles et la peau;
  2. Les muscles forment 40% de la masse totale et contiennent un grand nombre de terminaisons adrénergiques, ce qui libère de l'adrénaline et détermine le niveau de concentration de la norépinéphrine dans le plasma.

À ce moment-là, il est impossible de détecter une certaine corrélation entre la pression artérielle et le niveau de norépinéphrine plasmatique. Ainsi, la végétologie moderne est constamment sur la voie d'évaluations quantitatives précises au lieu de dispositions générales sur l'activation sympathique.

En considérant l'anatomie du système végétatif segmentaire, il est conseillé de prendre en compte les données embryologiques. La chaîne sympathique est formée à la suite du déplacement des neuroblastes du tube médullaire. Dans la période embryonnaire, les structures végétatives se développent principalement à partir d'un rouleau nerveux (crista neuralis), dans lequel une certaine régionalisation peut être tracée; les cellules des ganglions sympathiques sont formées d'éléments situés sur toute la longueur du coussin nerveux et migrent dans trois directions: paravertébrale, prévertébrale et pré-vasculaire. Les amas paravertébraux de neurones à liaisons verticales forment une chaîne sympathique, les chaînes droite et gauche peuvent avoir des connexions transversales au niveau cervico-lombo-sacré.

Les masses cellulaires migrantes prévertébrales au niveau de l'aorte abdominale forment les ganglions sympathiques prévertebraux. Les ganglions sympathiques prévesertaux se trouvent près des organes pelviens ou dans leur paroi - les ganglions sympathiques pré-vasculaires (appelés «petit système adrénergique»). Dans les derniers stades de l'embryogenèse, les fibres préganglionnaires (provenant des cellules de la moelle épinière) s'approchent des ganglions végétatifs périphériques. L'achèvement de la myélinisation des fibres préganglionnaires se produit après la naissance.

La partie principale des ganglions intestinaux provient du niveau «vagal» du coussin nerveux, d'où les neuroblastes migrent dans la direction ventrale. Les précurseurs des ganglions intestinaux sont inclus dans la formation de la paroi de la partie antérieure du canal digestif. Plus tard, ils migrent caudalement le long de l'intestin et forment les plexus de Meissner et d'Auerbach. De la partie lombo-sacrée du coussin nerveux, se forment les ganglions parasympathiques de Remak et quelques-uns des ganglions de l'intestin inférieur.

Les nœuds périphériques végétatifs du visage (ciliaire, aile-palatine, oreille) sont également des formations d'un tube partiellement médullaire, en partie un nœud trijumeau. Ces données nous permettent de visualiser ces formations comme des parties du système nerveux central qui ont été amenées à la périphérie, les cornes antérieures originelles du système végétatif. Ainsi, les fibres préganglionnaires sont des neurones intermédiaires allongés bien décrits dans le système somatique, donc la bi-neuronalité végétative dans le lien périphérique est seulement apparente.

C'est le schéma général de la structure du système nerveux autonome. Seuls les appareils segmentaires sont vraiment spécifiquement végétatifs avec des positions fonctionnelles et morphologiques. En plus des caractéristiques de la structure, de la vitesse lente des impulsions, des différences médiateurs, il est important de noter la présence d'une double innervation des organes par des fibres sympathiques et parasympathiques. De cette position il y a des exceptions: seules les fibres sympathiques conviennent à la médullosurrénale (ceci s'explique par le fait que, dans son essence, cette formation est un nœud sympathique re-formé); aux glandes sudoripares ne conviennent également que des fibres sympathiques, à la fin desquelles, toutefois, l'acétylcholine est libérée. Selon les idées modernes, les vaisseaux n'ont également qu'une innervation sympathique. Dans ce cas, les fibres vasoconstrictrices sympathiques sont distinguées. Les quelques exceptions ne font que confirmer la règle de la présence de la double innervation, et les systèmes sympathiques et parasympathiques exercent l'influence contraire sur l'organe de travail. L'expansion et la contraction des vaisseaux sanguins, accélérant et ralentissant la fréquence cardiaque, les changements dans les bronches, la sécrétion et la motilité dans le tractus gastro-intestinal - ces changements sont déterminées par la nature de l'influence des différentes divisions du système nerveux autonome. La présence d'effets antagonistes, est un mécanisme important de l'organisme à adapter à l'évolution des conditions environnementales, ont constitué la base d'idées fausses sur le fonctionnement du système nerveux autonome sur le principe de l'équilibre [Eppinger H., Hess L., 1910].

Conformément à cela, il semble que l'augmentation de l'activité de l'appareil sympathique devrait conduire à une diminution des capacités fonctionnelles du service parasympathique (ou, inversement, l'activation parasympathique provoque une diminution de l'activité de l'appareil sympathique). En fait, il y a une situation différente. Le renforcement du fonctionnement d'un département dans des conditions physiologiques normales entraîne une tension compensatoire dans l'appareil d'un autre service, qui ramène le système fonctionnel aux indices homéostatiques. Le rôle le plus important dans ces processus est joué par les formations supra-segmentaires et les réflexes végétatifs segmentaires. Dans un état de repos relatif, quand il n'y a pas d'influences perturbatrices et qu'aucun travail actif d'aucune sorte n'est présent, le système végétatif segmentaire peut assurer l'existence de l'organisme en effectuant des activités automatisées. Dans les situations de la vie réelle adaptation à des conditions environnementales changeantes, le comportement adaptatif est effectué avec une participation marquée des appareils supra-segmentaires qui utilisent le système végétatif segmentaire comme un appareil d'adaptation rationnelle. L'étude du fonctionnement du système nerveux fournit une justification suffisante de la position selon laquelle la spécialisation est réalisée aux dépens de la perte d'autonomie. L'existence d'appareils végétatifs ne fait que confirmer cette idée.

trusted-source[1]

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.