^

Santé

A
A
A

Glioblastome

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 08.01.2024
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Le glioblastome est considéré comme la tumeur cérébrale maligne la plus dangereuse qui se développe à partir des cellules gliales. Les principaux critères distinctifs comprennent l'arrangement désordonné des cellules qui ont subi un processus malin, une modification de la configuration des vaisseaux, un gonflement étendu et la présence de zones nécrotiques dans le cerveau. En outre, le glioblastome est caractérisé par une progression rapide, impliquant les tissus environnants dans le processus, ce qui entraîne la tumeur n'a pas de limites claires.

Le seul endroit de sa localisation est le système nerveux. Le néoplasme malin le plus courant se situe dans les régions temporale et frontale. Cependant, les cas de localiser le foyer dans d'autres structures du cerveau, telles que: le tronc, le cervelet et même dans la moelle épinière, ne sont pas exclus. La composition du glioblastome peut inclure différents types de cellules, par exemple, les astrocytes et les oligodendrocytes. Selon les données statistiques, environ 50% de tous les néoplasmes du cerveau sont des tumeurs gliales, dont la majorité sont des glioblastomes.

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5], [6]

Causes Glioblastome

Les causes du glioblastome

Les causes du glioblastome sont insuffisamment étudiées et n'ont pas de base de preuves. Cependant, malgré cela, certains facteurs, qui stimulent son apparence, sont encore singularisés. Notamment le sexe et l'âge - plus glioblastome se produit chez les hommes de 40 à 60 ans, la présence d'autres tumeurs connexes telles que les astrocytomes, qui peuvent devenir l'objectif principal de la propagation des cellules anormales. En plus des facteurs internes, il convient de prêter attention aux conditions de travail, car une production nuisible utilisant des produits chimiques ou du caoutchouc a un impact négatif sur la santé humaine. La prédisposition génétique et le traumatisme cranio-cérébral peuvent également devenir un point de départ dans le développement du glioblastome.

trusted-source[7], [8], [9]

Symptômes Glioblastome

Les symptômes du glioblastome

Les manifestations cliniques du glioblastome dépendent du site de sa localisation et de la destruction de certaines structures du cerveau. Le glyoblastome a un grand nombre de manifestations, qui sont inhérentes non seulement à cette tumeur, mais aussi à d'autres maladies. De tels symptômes de glioblastome sont appelés non spécifiques. De plus, ils peuvent être focaux et cérébraux. Symptomatologie focale est causée par la défaite des structures du cerveau responsables de certaines fonctions dans le corps humain, à la suite de laquelle il ya une violation dans le travail du corps ou du système concerné. La clinique cérébrale générale est caractérisée par des signes d'implication plus du cerveau dans le processus.

Le glyoblastome peut se manifester par des maux de tête. Ce symptôme est considéré comme assez commun et l'un des premiers symptômes qui amène les gens à consulter un médecin. Les sensations douloureuses dans la région temporale et frontale perturbent plus de la moitié des personnes qui ont une tumeur. Bien sûr, le glioblastome ne sont pas les seuls maux de tête de cause, mais toujours en présence de symptômes pendant une longue période et à l'exclusion d'autres maladies, il est recommandé d'effectuer des enquêtes supplémentaires pour détecter la présence de tumeurs dans le cerveau. Les maux de tête sont de nature permanente, de haute intensité, capables d'augmenter avec l'effort physique, l'inclinaison, les éternuements, la toux et ne diminuent pas après la prise d'analgésiques, de médicaments spasmolytiques ou vasculaires. Une caractéristique des maux de tête dans les tumeurs cérébrales est une augmentation de leur intensité le matin, car il y a une accumulation de liquide dans les tissus cérébraux. Cela est dû à une violation de la sortie de sang de la tête dans une position horizontale. Le glyoblastome est caractérisé par une croissance intense, ce qui provoque un effet négatif sur les structures du cerveau, y compris les veines, d'un grand nombre de substances toxiques. En conséquence, les vaisseaux affectés ne peuvent pas faire face à leur fonction et assurer une sortie normale du sang.

Le symptôme suivant est le vertige, qui ne dépend pas d'un changement de la position de la tête ou du corps. Il se réfère à des manifestations cérébrales et apparaît en raison d'une forte augmentation de la pression intracrânienne. Si le glioblastome affecte le cervelet, le pont, le pont ou la fosse crânienne postérieure, l'appareil vestibulaire en souffrira. Dans ce cas, les vertiges seront considérés comme un symptôme focal.

En outre, des symptômes de glioblastome tels que des nausées et des vomissements sont notés, qui sont d'origine centrale, à la suite de laquelle ils ne sont pas associés à la prise alimentaire et les vomissements n'apportent pas de soulagement. La plupart des gens rapportent une faiblesse générale, de la fatigue et de la somnolence. La perturbation de la fonction visuelle et de l'ouïe peut être une conséquence de l'augmentation de la pression intracrânienne ou de la compression de l'optique ou du nerf auditif par la formation de tumeurs ou de tissus enflés. La violation de la fonction de la parole, ainsi que la perte de la capacité de transformer leurs pensées en discours apparenté, sont notées lorsque le centre de la parole est affecté. Ainsi, la mémoire et les capacités mentales peuvent se détériorer. En outre, un changement dans la fréquence de la respiration, ou même sa suppression, est le plus souvent un processus à sens unique.

Les troubles mentaux se manifestent sous la forme d'inhibition, de faiblesse générale et d'apathie. Parfois, il y a confusion, au cours de laquelle une personne ne réalise pas très clairement où elle est et ne réagit pas aux événements qui l'entourent. Certains symptômes du glioblastome se manifestent par une paralysie d'une certaine partie du corps ou du côté entier, et des troubles de la sensibilité sont également notés. Le nystagmus horizontal peut se manifester sous la forme de mouvements flottants d'un côté à l'autre, qui ne sont pas visibles à la personne elle-même. S'il y a des cas d'hallucinations, mais ils ne sont pour la plupart pas visuels, mais tactiles ou auditifs. Il peut s'agir de sons à peine audibles, de simples touches ou d'odeurs. La probabilité de crises d'épilepsie est d'environ 10% de toutes les personnes diagnostiquées avec un glioblastome.

Glyoblastome du cerveau

Glioblastome du cerveau, en fonction de ses caractéristiques inhérentes, peut être divisé en plusieurs types. Parmi eux, une cellule géante se distingue, qui consiste en d'énormes cellules qui ont plusieurs noyaux; multiforme, isolée en raison du polymorphisme prononcé des cellules et des structures tissulaires, ainsi qu'un risque élevé d'hémorragie et de processus nécrotiques. Le troisième type de néoplasme est appelé gliocarcinome, caractérisé par son agressivité et sa rapidité de développement.

Selon la région touchée, le glioblastome cérébral peut se manifester avec divers symptômes, allant de la perte d'appétit et se terminant par un coma.

Glioblastome du tronc cérébral

Ce type de néoplasme diffère par son mauvais pronostic en termes de traitement, puisqu'il est considéré comme une pathologie inopérable. Cela est dû à la présence de structures importantes dans le tronc cérébral responsable des fonctions vitales du corps. Le tronc est une jonction du cerveau et de la moelle épinière. Il a un noyau de nerfs crâniens, ainsi que des centres respiratoires et vasomoteurs. À cet égard, si le glioblastome du tronc cérébral est détecté, alors les symptômes se manifesteront comme une violation de la respiration et des palpitations. La maladie peut commencer à la fois dans le tronc lui-même et dans une autre partie du cerveau. Le glyoblastome a un taux élevé de développement et de propagation, ainsi qu'une atypicité significative des cellules.

Glioblastome multiforme

Le glioblastome multiforme a ses propres caractéristiques distinctives. Parmi eux, un grand nombre de cellules et de tissus différents peuvent être distingués, ainsi que l'apparition de nouvelles structures. La maladie appartient aux formes les plus agressives des tumeurs cérébrales et représente près d'un tiers de tous les néoplasmes intracrâniens. La source du développement de la tumeur est constituée par les cellules gliales qui, sous l'influence de facteurs provoquants, commencent à dégénérer en cellules atypiques. Le plus souvent, le glioblastome est localisé dans les hémisphères cérébraux, cependant, des cas d'endommagement du processus malin de la moelle épinière ou du tronc sont enregistrés.

Glioblastome polymorphique

La forme cellulaire polymorphe de la maladie est diagnostiquée assez souvent. Dans une étude cytologique, les cellules tumorales ont une taille et une forme différentes. Leur cytoplasme occupe peu d'espace par rapport au reste des structures et faiblement taches au cours de la recherche. Les noyaux cellulaires diffèrent également dans leur polymorphisme, vous pouvez trouver des formes en forme de haricot, ovales, rondes et irrégulières. Le glioblastome à cellules polymorphes a également des cellules géantes, au milieu desquelles il y a un noyau.

Glioblastome à cellules isomorphes

Le glyoblastome, qui a une composition cellulaire isomorphe, est extrêmement rare. Les cellules tumorales sont caractérisées par la monotonie, mais il existe néanmoins des différences insignifiantes dans la taille et la forme des noyaux dans les cellules. Les plus communs sont des formes arrondies et ovales. Le glioblastome à cellules isomorphes est constitué de cellules, dont le cytoplasme et les processus cellulaires fins ne sont pas clairement profilés, et les sites de fission sont assez communs.

Glioblastome 4 degrés

Selon la présence de certains signes de la tumeur cérébrale ont quatre degrés de malignité. Le premier degré est considéré comme la frontière entre les processus bénins et malins. De tels néoplasmes n'ont aucun signe de malignité. Le deuxième degré contient déjà l'un des signes, qui est le plus souvent une atypie cellulaire. Les tumeurs de ces degrés se développent lentement et appartiennent aux néoplasmes les moins malins. Le troisième degré comprend deux signes, mais sans processus nécrotiques. Les tumeurs croissent plus vite que dans les degrés précédents et sont liées à des tumeurs malignes. Quant au quatrième degré, il est caractérisé par tous les signes de malignité, y compris la nécrose. Ainsi, le glioblastome de grade 4 est caractérisé par un taux de croissance élevé et est considéré comme le plus malin de tous les néoplasmes primaires du cerveau. Les perspectives de vie sont défavorables.

Rechute du glioblastome

Malgré les progrès considérables dans le domaine de la médecine, notamment en neurochirurgie, la question du développement rapide du glioblastome et de ses fréquentes rechutes reste ouverte. Glyoblastome se réfère à ces tumeurs avec une forme irrégulière qui n'ont pas de limites claires. À cet égard, l'élimination de la tumeur est complètement impossible, de sorte que la récidive de glioblastome est observée assez souvent. Les cellules de néoplasme ont une résistance élevée aux rayonnements, à la suite de laquelle les possibilités d'utilisation de la radiothérapie sont limitées en raison de la sensibilité des cellules saines environnantes. En outre, les cours de chimiothérapie ne peuvent pas garantir la réduction des tumeurs, car tous les médicaments ne peuvent pas pénétrer la barrière hémato-encéphalique. Un ensemble de mesures médicales, y compris l'ablation chirurgicale du glioblastome, la radiothérapie et la chimiothérapie, ne peut garantir une guérison complète.

La principale cause de progression rapide et de développement des rechutes est le micro-ARN-138. Glioblastome, à savoir les cellules souches sont capables de produire ce miR-138. Il peut être utilisé comme biomarqueur de la tumeur. Il y a une hypothèse que si cet indicateur est neutralisé, la probabilité de ralentir la progression de la maladie augmente, ainsi qu'une augmentation du taux de survie des personnes diagnostiquées avec un glioblastome. Grâce à cette découverte, une récurrence du glioblastome peut être observée comme une exception, pas une règle, comme à notre époque.

Où est-ce que ça fait mal?

Qu'est ce qui te tracasse?

Diagnostics Glioblastome

Diagnostics glioblastome

Le diagnostic du gliblastome est effectué en utilisant des méthodes modernes d'examen. Parmi eux, les plus couramment utilisés sont l'imagerie par résonance magnétique et informatique. IRM réalisée au cours de l'intervention chirurgicale est utilisée pour contrôler la biopsie tissulaire et la résection des néoplasmes. Un glybioblaste avec son propre caractère et son profil chimique peut être déterminé en utilisant la spectroscopie par résonance magnétique. En ce qui concerne la récidive tumorale, la tomographie par émission de positons est considérée comme la plus efficace ici. Le glioblastome n'a pas une structure homogène et prend parfois diverses formes. En conséquence, une seule étude peut révéler un faible niveau de malignité, qui ne correspond pas à l'ensemble de la tumeur. Les données les plus fiables sont obtenues à la suite d'une biopsie stéréotaxique avec un examen histologique ultérieur.

trusted-source[10], [11], [12], [13], [14], [15], [16]

Qu'est-ce qu'il faut examiner?

Traitement Glioblastome

Traitement du glioblastome

Le giloblastome se réfère à ces maladies, dont le traitement prend une longue période de temps et n'aboutit pas toujours au succès. Cependant, malgré cela, il existe néanmoins certaines méthodes de lutte contre la maladie. La méthode de traitement dépend de l'étape du processus, de la localisation du néoplasme malin et de la forme de la tumeur.

Le traitement du glioblastome comprend le respect d'une certaine méthode de nutrition. Ainsi, il est nécessaire de réduire la consommation de sel de table, et d'augmenter les produits à haute teneur en calcium, sodium et magnésium. Les algues doivent être utilisées pour rétablir l'équilibre minéral. En outre, à partir de l'alimentation devrait être enlevé le fromage, la choucroute, la moutarde et divers fruits secs - en un mot les aliments avec de grandes quantités de sodium. Difficile à digérer et provoquer une augmentation des gaz dans les intestins devrait être oublié pendant le traitement, comme la viande rouge, les légumineuses, le kéfir et le kvas.

Le traitement conditionnel du glioblastome peut être divisé en plusieurs étapes: chirurgicale, radiothérapie et chimiothérapie.

Chimiothérapie pour le glioblastome

Le glyoblastome peut être à différents stades de développement, de sorte que le dosage des médicaments doit être choisi en fonction de l'âge et de l'état de santé d'une personne. La chimiothérapie comprend la prise de certains médicaments dont le mécanisme d'action vise la mort des cellules néoplasiques malignes. Ces médicaments sont des dérivés du témozolimide, connu sous le nom de "Temodal". La chimiothérapie avec glioblastome est incluse dans les normes internationales de traitement. Le médicament doit être pris de manière concomitante avec le cours de la radiothérapie. Habituellement conduit de 6 à 8 cycles avec une durée allant jusqu'à 5 jours. La chimiothérapie peut augmenter le taux de survie des personnes atteintes de glioblastome, mais seulement 20% des cas ont un effet positif. Les enfants reçoivent souvent des cours de chimiothérapie au lieu d'un traitement de radiothérapie, car ce dernier a un effet négatif sur le développement du cerveau à cet âge. Ce type de traitement ne doit être utilisé qu'après une évaluation minutieuse de tous les avantages et inconvénients, en tenant compte de l'état de santé, de l'âge de la personne, de la forme et du degré de malignité de la tumeur.

En plus des principaux traitements, le glioblastome nécessite un traitement d'entretien. Le médicament de choix doit être considéré comme Temodal. La chimiothérapie de soutien avec le glioblastome commence quatre semaines après la fin des cycles de radiothérapie. Fondamentalement appliquer 6 cours courts en utilisant Temodal. La durée d'un cours est de 5 jours, et une pause entre eux doit être d'au moins 23 jours. Ce schéma est appelé "5/28", c'est-à-dire que le médicament est pris pendant 5 jours de chaque cycle de 28 jours.

Le dernier développement de médicaments efficaces offre un nouvel outil "Avastin". Il est considéré comme un médicament unique pour lutter contre les tumeurs, en raison de son mécanisme d'action spécifique. Avastin a été obtenu à la suite du travail de génie génétique et est un anticorps contre le facteur de croissance produit par l'endothélium des vaisseaux d'un néoplasme malin. Ce facteur est en fait une substance protéique sécrétée par le glioblastome. Grâce à lui, un réseau vasculaire se forme dans la tumeur pour son apport sanguin et son développement favorables. Plus les vaisseaux sont grands et gros, plus la concentration maligne augmente rapidement. Avastin est capable de bloquer ce processus de formation de réseau vasculaire, supprimant ainsi le développement de la tumeur.

Avastin a été mis en vente relativement récemment. Déjà en 2005, les premiers résultats du médicament dans le traitement des glioblastomes ont été publiés. Pendant plusieurs années, des études ont été menées sur l'utilisation d'Avastin dans les rechutes de la maladie. Les résultats ont confirmé l'efficacité de ce médicament.

trusted-source[17], [18], [19]

Radiothérapie avec glioblastome

La radiothérapie avec glioblastome est utilisée principalement après l'intervention chirurgicale déjà réalisée pour éliminer complètement le néoplasme malin. Avec l'opération, il n'est pas toujours possible d'atteindre 100% de résection tumorale, de sorte que de petites accumulations de cellules cancéreuses pourraient rester dans la source. Dans certains cas, la radiothérapie remplace la méthode chirurgicale de traitement en raison de l'inopérabilité du néoplasme. Comme tous les traitements, la radiothérapie a également certains effets secondaires qui peuvent se manifester plus ou moins chez une personne. Ils comprennent la nausée, la fatigue, la faiblesse générale et la perte de cheveux. En outre, des cas fréquents de gonflement du tissu cérébral, entraînant des maux de tête, ainsi que des processus nécrotiques dans les tissus sains sous l'influence de la radiation. L'objectif de la radiothérapie est la destruction sélective des cellules malignes, sans affecter les zones saines du cerveau. La radiothérapie avec glioblastome comprend plusieurs séances. La zone d'irradiation doit couvrir les zones du cerveau situées à la périphérie du foyer pour un traitement plus efficace. Chaque séance a un effet destructeur non seulement sur les cellules néoplasiques malignes, mais aussi sur les structures saines. Le traitement subséquent stimule la restauration des tissus sains, tandis que les cancéreux meurent. Un glioblastome peut se manifester sous plusieurs formes, de sorte que l'ensemble du processus d'irradiation peut inclure 10 à 30 traitements en fonction du degré du processus. La radiothérapie augmente la probabilité d'augmenter l'espérance de vie de chaque patient atteint de cancer.

La radiothérapie est administrée fractionnée à raison de 2 Gy par jour pendant 5 jours. Le cours dure 6 semaines. La dose totale d'irradiation est de 60-65 Gy. De tels indicateurs correspondent aux normes, tandis qu'une irradiation plus faible n'aboutit pas au résultat souhaité, et qu'un dosage élevé contribue au développement de complications. Parallèlement à la radiothérapie, vous devez prendre Temodal tout au long du cours.

Enlèvement du glioblastome

Dans certains cas, le glioblastome est une tumeur inopérable. Cependant, dans le cas d'un certain endroit, il peut être traité chirurgicalement. Le but de la chirurgie est d'enlever la tumeur, ce qui augmente l'espérance de vie. Cela est dû à l'utilisation d'une approche intégrée du traitement. Ainsi, la radiothérapie et la chimiothérapie ont un effet plus important si elles ont été précédées par l'élimination du glioblastome.

Cependant, pas toujours le traitement chirurgical peut sauver du néoplasme malin. Dans la plupart des cas, le glioblastome a un caractère infiltrant et ses contours sont difficiles à déterminer. Même en utilisant un microscope, un neurochirurgien ne peut pas toujours distinguer les tissus cancéreux du tissu cérébral enflé. Afin de mieux visualiser la formation de tumeurs, une méthode moderne de détection par fluorescence de cellules altérées utilisant l'acide 5-aminolévulinique est utilisée. Il est nécessaire de commencer la préparation de l'opération 4 heures avant son début. Pour ce faire, vous devriez boire une solution spéciale avec ce médicament. Ensuite, dans le corps, à la suite de certaines transformations, la protoporphyrine s'accumule dans les cellules tumorales. Ainsi, le glioblastome acquiert des contours plus distincts sous l'influence d'une certaine illumination. Pour que le neurochirurgien voit clairement l'objet à enlever, une source de lumière spéciale doit être utilisée. En raison de la longueur d'onde de 375-400 nanomètres et de la lumière bleue émise, la fluorescence des cellules malignes se produit.

L'élimination complète du glioblastome était auparavant considérée comme un fait fantastique, car les neurochirurgiens, craignant d'endommager les zones fonctionnelles du cerveau, ont coupé la formation en partie. En conséquence, l'effet de l'intervention chirurgicale était minime avec un taux élevé de rechute. De nos jours, grâce aux derniers développements et aux technologies modernes, le glioblastome peut être complètement éliminé.

Traitement du glioblastome par d'autres moyens

Le glyoblastome a une progressivité rapide et une létalité élevée, cependant, malgré cela, certains préfèrent encore utiliser d'autres agents de traitement. Il y a quelques recettes, en voici quelques unes.

Il est nécessaire de prendre un petit radis non pelé et de le râper finement. Ensuite, ajoutez le sel, mélangez et laissez reposer pendant 20 minutes avec le jus. Après cela, le mélange résultant doit être frotté dans la tête et recouvert d'un foulard chaud. Il y aura une sensation de chaleur pendant 25 minutes, qui se transformera plus tard en chaleur. La procédure est effectuée dans la soirée, et le matin, la tête doit être rincée sous l'eau. Les procédures suivantes doivent être répétées après 3 semaines et 1 mois après la précédente.

Le traitement du glioblastome par d'autres moyens implique l'utilisation de diverses décoctions et infusions. Afin de préparer une décoction de cônes de Sibérie, vous devez prendre 30 à 40 grammes de feuillage et de fleurs et verser 200 ml d'eau bouillante. Ensuite, le mélange devrait être insisté sur un bain d'eau pendant une demi-heure. Le cours du traitement comprend la prise de la teinture jusqu'à 5 fois par jour pour un tiers du verre pendant plusieurs mois.

La teinture d'un petit vinca est préparée à partir d'herbe fraîche, qui est versée avec de l'alcool (70%) et insiste 1-2 semaines. La solution résultante doit être prise avec précaution dans 15 gouttes jusqu'à 3 fois par jour pendant 2-3 mois.

Traitement du glioblastome en Allemagne

Le glyoblastome nécessite une approche thérapeutique complète. La difficulté réside dans la localisation du processus malin, ainsi que la résistance au traitement. Le traitement du glioblastome en Allemagne comprend simultanément plusieurs façons de lutter contre la maladie. Parmi les cliniques bien connues figurent l'hôpital universitaire de Heidelberg, le centre de protonthérapie de RINEKKER à Munich et les cliniques universitaires de Düsseldorf et de Fribourg.

L'une des méthodes les plus courantes est l'intervention chirurgicale pour enlever le néoplasme. La difficulté réside dans la résection complète du foyer due à la présence de contours flous. En relation avec cela, la prochaine étape est la radiothérapie ou la chimiothérapie. La radiochirurgie, à savoir un cyber-couteau et un couteau gamma, est utilisée en l'absence de possibilité d'effectuer une opération de routine ou en complément de celle-ci.

Une efficacité élevée a été démontrée par la thérapie protéique, utilisée exclusivement dans les cliniques allemandes. Ce type de traitement peut réduire le taux de développement de la formation maligne et réduire la capacité de vaincre les tissus sains environnants. Le traitement du glioblastome en Allemagne est effectué à l'aide d'une thérapie protéique avec des médicaments plus sûrs qu'avec la chimiothérapie, puisqu'ils agissent sélectivement sur les cellules cancéreuses.

Traitement du glioblastome en Israël

Parmi les cliniques les plus populaires en Israël, on trouve le centre médical de Tel-Aviv, la clinique Rabin et l'hôpital Ishilov. Une approche intégrée pour traiter une telle maladie oncologique comme le glioblastome, prouve son efficacité pendant de nombreuses années. Le traitement chirurgical du glioblastome en Israël s'accompagne certainement d'une radiothérapie, qui est principalement pratiquée avant et après la chirurgie. Dans les cas où l'ablation complète n'est pas possible, une résection partielle avec irradiation peropératoire à forte dose du foyer est réalisée. Pour réduire le risque de récidive, les gélules Gliadel sont largement utilisées, elles agissent comme une chimiothérapie en chirurgie, agissant localement. La chimiothérapie systémique est utilisée uniquement pour l'apparition de rechutes et de métastases.

Nouvelles méthodes de traitement du glioblastome

Le glioblastome est considéré comme une tumeur maligne complexe qui, dans la plupart des cas, ne se prête pas aux méthodes de traitement disponibles. A ce propos, de nouvelles méthodes de traitement du glioblastome et des effets sur les cellules tumorales ont été développées récemment. Ainsi, le chef de l'association clinique du Centre allemand du cancer, le professeur Huber, a suggéré que le blocage des voies de signalisation du TGF-β pouvait réduire la possibilité de processus régénératifs et augmenter l'effet de la radiothérapie. Le TGF-ß est un facteur de croissance qui est produit par la tumeur et la rend plus agressive. Pour le blocage, le médicament LY2109761 développé par eux est utilisé. Les informations sur les essais cliniques ne sont pas encore disponibles, mais les échantillons d'un site distant de glioblastome ont été couronnés de succès.

De nouvelles méthodes de traitement du glioblastome ont été suggérées par des scientifiques d'Israël. Ils ont inventé un dispositif spécial pour traiter les gens avec un diagnostic aussi terrible que le glioblastome, qui a un champ électromagnétique régulé. Le spectre d'un tel champ est capable de conduire sélectivement à la mort des cellules cancéreuses. Alors que la permission est reçue seulement pour le traitement des gens avec les formes les plus répandues et les plus agressives des tumeurs du cerveau. Cela inclut le glioblastome.

La prévention

Prévention des glioblastomes

La prophylaxie du glioblastome est pratiquement impossible à notre époque. En raison du manque d'informations sur les causes de l'apparition et du développement de la maladie, il est impossible d'éviter le diagnostic de "glioblastome" en utilisant des méthodes de prévention. On ne peut qu'essayer d'éviter l'influence de facteurs défavorables. La seule possibilité de prévenir le développement ultérieur de la maladie est considérée comme un appel opportun au médecin avec un examen ultérieur en vue d'un diagnostic précoce de la pathologie oncologique. En outre, un examen régulier réduit le risque de développer d'autres maladies moins mortelles.

Prévoir

Pronostic avec glioblastome

Le pronostic du glioblastome est défavorable. Ceci est dû à la localisation du processus oncologique dans les hémisphères cérébraux, le cervelet, le tronc ou la moelle épinière. En outre, le glioblastome a plusieurs formes de manifestation. Une forte probabilité de survie est notée dans la condition d'un diagnostic rapide et en temps opportun. Le glioblastome peut être surmonté après l'ablation chirurgicale complète de la tumeur, suivi d'un cycle complet de radiothérapie et de chimiothérapie. Aussi, ne pas oublier le cours d'entretien de la chimiothérapie, ce qui augmente la durée de vie.

Espérance de vie avec glioblastome

Le glyoblastome a un taux de survie à deux ans d'environ 10% de tous les cas. Selon la localisation, la prévalence, la forme du processus oncologique et les dommages aux structures du cerveau, le pourcentage de survie peut varier. Particulièrement difficiles sont les tumeurs, dont l'emplacement est le tronc du cerveau, puisqu'il existe des centres respiratoires et vasomoteurs. En conséquence, l'intervention chirurgicale ne conduit pas aux résultats souhaités, l'espoir demeure pour la radiothérapie et la chimiothérapie. À cet égard, l'espérance de vie avec le glioblastome demeure un problème non résolu de notre temps.

Espérance de vie après la chirurgie

L'espérance de vie après l'opération est d'environ un an, soit une moyenne de 40 semaines. Cela dépend non seulement de l'opération effectuée et de la poursuite de la thérapie, mais aussi de l'état de santé initial et de l'âge de la personne, ce qui n'est pas négligeable pour les personnes atteintes de glioblastome. La pathologie concomitante peut réduire considérablement la possibilité de certains stades de traitement, ce qui est indésirable dans cette maladie. Parmi les affections concomitantes les plus courantes, il convient de prêter attention aux stades décompensés du diabète sucré, à l'insuffisance rénale, respiratoire et cardiovasculaire, ainsi qu'à la présence d'antécédents de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux.

Comment mourir du glioblastome?

Le glyoblastome est une maladie oncologique terrible, qui a une masse de symptômes. Plus la taille de la tumeur et la durée du processus sont grandes, plus les manifestations cliniques deviennent plus brillantes et l'intensité augmente. Ainsi, les derniers mois de la vie peuvent être très difficiles. Comment mourir du glioblastome? Parmi devraient mettre en évidence les points forts de maux de tête persistants, des crises fréquentes, l'activité mentale, troubles de la paralysie, les troubles mentaux, ainsi que la perte de certaines fonctions, en fonction de la zone touchée du cerveau les symptômes les plus courants. Tout cela se passe dans un contexte de faiblesse générale et de manque de force.

Translation Disclaimer: For the convenience of users of the iLive portal this article has been translated into the current language, but has not yet been verified by a native speaker who has the necessary qualifications for this. In this regard, we warn you that the translation of this article may be incorrect, may contain lexical, syntactic and grammatical errors.

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.