^

Santé

Diagnostic de balanite

, Rédacteur médical
Dernière revue: 17.08.2019
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

L’inflammation du gland du pénis est l’une des maladies les plus désagréables et, dans une certaine mesure, les plus dangereuses de la moitié de l’humanité. La maladie appelée «balanite» réduit non seulement la qualité de vie du patient, elle introduit également des corrections négatives dans la relation des partenaires sexuels, réduit l’estime de soi du patient en tant qu’homme et entrave une vie sexuelle normale. Les diagnostics professionnels et le traitement de la balanite aident à éviter de tels problèmes et, dans la plupart des cas, vous permettent de rétablir la santé des hommes.

Caractéristiques du diagnostic de balanite

Le processus inflammatoire dans la région génitale, en fonction de la cause de son développement et des comorbidités, peut évoluer différemment. L'hyperémie et l'œdème des tissus du pénis peuvent avoir une gravité différente. Sur la surface du pénis peuvent être aussi petites éruptions cutanées, et les foyers érosifs ulcéreuses, les zones de nécrose et une atrophie des tissus. L'urologue ou l'andrologue note tous ces signes lors d'un examen physique du patient.[1], [2]

Ce moment peut sembler incommode et extrêmement désagréable pour le patient, mais il est très important pour le diagnostic, car les signes extérieurs en disent long sur le type et la forme de la balanite. Par exemple, des plaies enflammées sur la tête du pénis indiquent la forme érosive et ulcéreuse de la maladie, ce qui indique à son tour l'effet de l'infection sur les tissus de l'organe mâle. La nature infectieuse de la pathologie est également confirmée par une congestion sous le prépuce du secret crémeux de couleur blanchâtre ou jaune-vert (écoulement purulent et smegma). Si une fleur de fromage blanchâtre et visible est visible à la surface du pénis, le médecin suspectera une balanite à Candida.[3]

Pour le processus inflammatoire, quelle que soit son étiologie, l'hyperhémie et l'œdème des tissus, visibles à l'œil nu, sont caractéristiques. Mais au sujet des symptômes tels que démangeaisons, brûlures et douleur, aggravés pendant la marche et la miction, le médecin ne peut apprendre que des paroles du patient. Vous ne devriez pas avoir peur des grandes questions sur le moment où les symptômes sont apparus et sur la présence éventuelle de rapports sexuels non protégés (la plupart des infections sont sexuellement transmissibles et constituent un danger pour le partenaire sexuel), quel type de sous-vêtement porte le patient ou s'il a déjà eu une allergie aux crèmes ou au lavage. Poudres, etc.[4], [5]

Si un homme se tourne vers le médecin dès l'apparition des premiers signes de la maladie, il est très difficile de déterminer, à partir des symptômes existants, s'il existe une balanite infectieuse ou s'il s'agit d'un effet irritant non infectieux. La recherche en laboratoire aide à résoudre ce problème. A propos, ils sont également importants lorsque les symptômes indiquent clairement la présence d'une infection, car seuls des tests permettent de déterminer l'agent responsable de la maladie ou une infection survenue ultérieurement et ne permettant pas au processus inflammatoire de s'estomper. Et cela, à son tour, permet de choisir les bons médicaments pour les agents pathogènes existants.

Afin d'identifier l'agent responsable de la balanite, le médecin prélève un frottis sur l'urètre du patient et un frottis sur la surface de la tête. L'étude du biomatériau est réalisée par la méthode de la réaction en chaîne de la polymérase (analyse PRC), qui permet d'isoler l'ADN du pathogène. Si des infections sexuellement transmissibles sont détectées, une consultation avec un vénéréologue sera nécessaire.

Lorsque la microflore bactérienne est détectée, et ne peut être traitée qu'avec des antibiotiques, pour exclure les cas de résistance aux antibiotiques, la bacposiv est déterminée et la sensibilité d'un agent pathogène particulier aux médicaments utilisés traditionnellement est déterminée.

En outre, il est proposé au patient de subir des tests de réaction de Wasserman (vous permettant de détecter une syphilis en cours cachée), de virus de l'hépatite et de l'infection par le VIH, tests sanguins généraux et biochimiques, analyses d'urine. Pour exclure ou confirmer l’effet néfaste du diabète, un test sanguin de sucre est prescrit aux patients.

Si vous suspectez une oncologie, le médecin peut vous prescrire une biopsie des tissus du pénis et procéder à un examen histologique de la biopsie.

La balanite est une maladie facilement diagnostiquée par les médecins, même par des signes extérieurs. Il est beaucoup plus difficile d'identifier la cause du processus inflammatoire. Par conséquent, lorsqu’une balanite d’étiologie non précisée, des consultations auprès de divers médecins (traumatologue, rhumatologue, thérapeute, dermatovénéréologue et même un oncologue) peuvent être nécessaires, ainsi que des études instrumentales supplémentaires.

Le diagnostic instrumental est attribué en fonction des comorbidités et des plaintes des patients. Cela peut être une échographie des voies urinaires (échographie) ou une urétroscopie. Dans le cadre du diagnostic de la pathologie, un électrocardiogramme, une radiographie des poumons et d'autres études peuvent être prescrits, car le processus inflammatoire peut être déclenché par une insuffisance de la circulation, respiration et nutrition insuffisantes des tissus du gland du pénis causées par des maladies des systèmes cardiovasculaire et respiratoire.

La tête du pénis, en tant que partie principale du corps humain, est recouverte de peau. La peau du pénis peut réagir non seulement aux infections et aux blessures, les éruptions cutanées, les rougeurs et les ulcères peuvent survenir pour d'autres raisons, par exemple en raison de diverses maladies systémiques. Afin de différencier la balanite de ces pathologies et de déterminer son type, un diagnostic différentiel est réalisé.[6]

Par exemple, diverses manifestations cutanées sont caractéristiques des maladies sexuellement transmissibles:

  • Avec l'herpès génital, on peut trouver sur la peau du pénis des vésicules, des plaies et des croûtes douloureuses.
  • en cas de syphilis primaire, d'ulcères douloureux et, en cas de syphilis secondaire, de verrues volumétriques et de foyers inflammatoires de forme annulaire,
  • avec le lymphogranulome chancroïde et vénérien, des ulcères apparaissent également sur la peau du pénis et il y a une augmentation des ganglions lymphatiques dans la région inguinale,
  • avec la gonorrhée sur la peau du phallus peut être vu des ulcères et des pustules,
  • la trichomonase se manifeste par l'apparition de foyers érosifs,
  • le papillomavirus peut se manifester par des éruptions cutanées de forme et de taille différentes, réagissant à l'acide acétique,
  • avec candidose, on note un érythème, une sensation de brûlure et de fortes démangeaisons dans la zone intime, une patine caoutchouteuse avec une odeur aigre apparaît sur la peau,
  • L'infection à Gardnerella anaérobie a ses propres caractéristiques - l'odeur désagréable des poissons gâtés, etc.

Des manifestations cutanées dans la région de la tête de l'organe génital peuvent également être détectées en cas de pityriasis et de lichen plan, de réactions allergiques, de psoriasis, de syndrome de Behcet, de dermatite séborrhéique, d'aphtose. Le diagnostic différentiel doit être réalisé pour les maladies oncologiques de l'organe mâle (érythroplasie de Keira, carcinome, carcinome verruqueux, maladie de Paget).

Lors du diagnostic comparatif, les médecins s’appuient sur les antécédents du patient, ses études de laboratoire et ses études instrumentales. [7]Si nécessaire, demandez des tests spéciaux, par exemple des études histologiques. Après tout, la qualité du diagnostic de la balanite sera déterminée, et le traitement et son efficacité en dépendront.

Une attention particulière est portée aux comorbidités et aux complications de la balanite. Par exemple, la maladie se développe souvent dans le contexte du phimosis congénital (rétrécissement du prépuce), mais une inflammation persistante et en elle-même peut provoquer un tel rétrécissement, c'est-à-dire phimosis acquis. Si rien n’est fait pour éliminer l’inflammation, le phimosis peut entraîner des complications sous forme de compression de l’urètre avec le prépuce modifié (paraphimosis), ce qui entraîne de graves problèmes de miction et d’érection, des processus de congestivité et une inflammation interne (cystite, urétrite, prostatite, etc.)..)

Par ailleurs, la balanite peut être l'une des complications de l'urétrite ou d'une autre maladie inflammatoire du système urogénital de nature infectieuse. Ceci est facilité par la décharge de l'urètre, qui contient des particules bactériennes.

La décharge du sac préputial, caractéristique d'une pathologie telle que la balanite infectieuse, est également observée dans l'inflammation du prépuce (post). Et bien que le traitement des deux maladies soit similaire, ces pathologies doivent être différenciées pour déterminer le foyer de l'inflammation.

C'est important de savoir!

Les types de balanoposthite sont divisés en plusieurs groupes, dont chacun est déterminé par la source de l'infection. Lire plus...

!
Trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.
You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.