^

Santé

A
A
A

Causes et pathogenèse de la lipodystrophie généralisée

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 11.06.2019
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

La cause du syndrome de lipodystrophie généralisée est inconnue. Divers facteurs indésirables (infection, lésion cérébrale traumatique, chirurgie, grossesse et accouchement, diverses situations de stress) peuvent contribuer à l’élaboration de la maladie. Dans certains cas, la cause de la maladie ne peut être établie. Il existe des cas de syndrome congénital et acquis de lipodystrophie généralisée. La maladie survient principalement chez les femmes et se manifeste dans la plupart des cas jusqu'à 40 ans.

La plupart des chercheurs adhèrent à la théorie "centrale" de l'origine du syndrome de lipodystrophie généralisée. Cette théorie est démontrée de manière convaincante par les résultats d’une série d’études scientifiques menées en 1963-1972. LH Louis et ses collaborateurs ont isolé dans l’urine de patients atteints du syndrome de lipodystrophie généralisée, une protéine qui, administrée systématiquement aux animaux de laboratoire, leur donnait un tableau clinique de la maladie, et une fois à une personne, une hypertriglycéridémie, une hyperglycémie et une hyperinsulinémie. Selon les auteurs, cette substance a un effet fortement mobilisateur sur la graisse et est d'origine hypophysaire. La substance isolée et purifiée a été étudiée par la méthode de focalisation isoélectrique. Il a été constaté qu’elle n’est identique à aucune des hormones connues de l’hypophyse, bien qu’elle possède des propriétés physicochimiques similaires à celles de ce groupe d’hormones protéiques. Au cours des années suivantes, ces études ont révélé la même substance dans l’urine de certains patients diabétiques, dans l’hypophyse de chiens et de moutons et enfin dans l’adénohypophyse de personnes en bonne santé. Malheureusement, la détermination quantitative du peptide décrit chez des patients sains, diabétiques et des patients atteints du syndrome de lipodystrophie généralisée n'a pas été réalisée. Par conséquent, on ne peut actuellement affirmer que son contenu excessif dans l'organisme entraîne le développement du syndrome de lipodystrophie généralisée. La séquence d'acides aminés de ce peptide reste également inexplorée. Des études menées dans notre institut en collaboration avec Yu. M. Keda ont montré que le plasma de patients atteints du syndrome de lipodystrophie généralisée avait en fait une activité lipolytique élevée, ce qui plaide en faveur de la présence dans le sang de ces patients d'un facteur ayant des propriétés mobilisatrices de la graisse.

Il est suggéré que l'augmentation du syndrome de lipodystrophie à sécrétion généralisée croissance hormone somatotrope. Cependant, la plupart des chercheurs ont trouvé des taux normaux de GH dans le plasma des patients. L'étude des réserves hypophysaires d'hormone de croissance chez des patientes atteintes du syndrome de lipodystrophie généralisée, menée à l'Institut d'Endocrinologie Expérimentale, n'a révélé aucun écart par rapport à la norme chez l'une des femmes examinées. Par conséquent, nous pensons qu'une violation quantitative de la sécrétion de l'hormone de croissance n'est pas impliquée dans la pathogenèse du syndrome de lipodystrophie généralisée. Dans le même temps, la question de la sécrétion d'hormone de croissance aux propriétés biologiques altérées, ainsi que celle de la perturbation du métabolisme de la GH, reste ouverte. On sait qu'il existe un fragment d'une molécule d'hormone de croissance humaine, qui a une activité de mobilisation de la graisse prononcée, mais est totalement dépourvu d'effet stimulant la croissance.

Des preuves récentes suggèrent que les principaux symptômes de la lipodystrophie généralisée peuvent être déclenchés lorsqu’ils sont utilisés en clinique pour traiter les inhibiteurs de la protéase α. Donc, Sagg A. Et al. Ont montré que l'utilisation de ces médicaments chez les patients atteints de SIDA développait une lipodystrophie, un hyperinsulinisme et un métabolisme des glucides, c'est-à-dire un tableau clinique typique de la lipodystrophie généralisée. Les mécanismes de développement de ces symptômes n'ont pas encore été clarifiés.

Un certain nombre de chercheurs préfèrent la théorie "périphérique" de la genèse de la lipodystrophie généralisée. L'absence de dépôt de graisse sous-cutanée peut être due, selon eux, à un défaut enzymatique - une absence congénitale de récepteurs de triglycérides sur les adipocytes, et éventuellement à d'autres causes. Il semble que ces deux théories ne s’excluent pas mutuellement. Très probablement, le syndrome de lipodystrophie généralisée est hétérogène, car toute raison qui empêche les adipocytes de déposer des graisses neutres entraîne automatiquement une lipoatrophie, une hyperlipidémie et une hyperinsulinémie endogène chronique compensatoire avec le développement ultérieur d'une cascade de réactions hormonales et métaboliques formant une maladie clinique de la maladie.

Pathogenèse de la lipodystrophie généralisée

La pathogenèse du syndrome de lipodystrophie généralisée est mal connue. Pour des raisons inconnues à ce jour, le corps perd sa capacité à accumuler des graisses neutres dans les dépôts graisseux, ce qui entraîne l'apparition d'une lipoatrophie généralisée et d'une hyperlipidémie significative. Dans le même temps, les lipides cesseraient apparemment d'être un substrat énergétique, leur utilisation ralentirait considérablement et constituerait le seul moyen d'éliminer le foie et le tractus gastro-intestinal. Il existe des conditions préalables au développement de la stéatose hépatique. Une hyperinsulinémie survient une seconde fois pour restaurer les dépôts de graisses neutres dans les adipocytes. Cependant, cette réaction en tant que réaction compensatoire est incapable de normaliser l'activité fonctionnelle du tissu adipeux. En conséquence, les signes cardinaux du syndrome de lipodystrophie généralisée - lipodystrophie et hyperlipidémie - demeurent et l'hyperinsulinémie jointe du mécanisme compensatoire se transforme en son contraire, contribuant à l'accélération et à l'augmentation de la synthèse des lipides dans le foie. La condition est aggravée par l'ajout d'une résistance à l'insuline avec l'apparition ultérieure d'une hyperglycémie résistante à l'insuline.

L'hyperinsulinémie endogène chronique dans le syndrome de la lipodystrophie généralisée a apparemment une origine complexe. Comme le montrent des études menées chez des individus présentant une tolérance modérée aux glucides, une hyperinsulinémie se développe chez eux non seulement à cause d'une production excessive d'insuline par les cellules bêta du pancréas, mais également à la suite de troubles métaboliques de cette hormone. Normalement, 50 à 70% de l'insuline est détruite dans le foie. La diminution de l'activité fonctionnelle du tissu hépatique dans le syndrome de la lipodystrophie généralisée due à sa dégénérescence graisseuse entraîne une diminution de l'extraction de l'insuline par les hépatocytes et une augmentation de son contenu dans le sang périphérique. Comme on le sait, une certaine partie de la dégradation de l'insuline est conditionnée par les récepteurs, et les récepteurs de l'insuline, apparemment, peuvent être un réservoir de l'hormone contenue dans le plasma. Par conséquent, une légère diminution du nombre de récepteurs de l'insuline ou de leur affinité pour l'insuline, qui survient dans le syndrome de lipodystrophie généralisée, peut également contribuer à une augmentation de la concentration de l'hormone dans le sang.

Nos observations nous ont permis d’expliquer en partie le développement d’un certain nombre de signes cliniques du syndrome de lipodystrophie généralisée. Par exemple, l'hypertrophie des muscles squelettiques, le pronostic modéré, la viscéromégalie, la reprise de la croissance chez un certain nombre de patients à l'âge adulte, le développement excessif de la graisse sous-cutanée, où elle peut encore se déposer (dans la région du visage et du cou chez environ la moitié de nos patients), peuvent être expliqués comme indiqué ci-dessus, la présence d'une hyperinsulinémie endogène chronique. L'insuline a une activité anabolique prononcée et une certaine croissance. En outre, il existe des suggestions sur l'effet possible d'un excès d'insuline circulant dans le sang sur des récepteurs tissulaires spécifiques de facteurs de croissance analogues à l'insuline ayant une structure chimique similaire à l'insuline. Des données expérimentales sur l'interaction croisée de l'insuline et de facteurs de croissance analogues à l'insuline avec des récepteurs spécifiques les uns des autres ont été obtenues.

À cet égard, nos observations concernant la relation entre l'hyperinsulinémie et l'état fonctionnel des ovaires, ainsi que l'hyperinsulinémie et la sécrétion de prolactine sont intéressantes. Des études cliniques menées à l'étranger ont montré une corrélation directe entre le niveau de testostérone et le contenu en insuline dans le sang des femmes atteintes de polykystose ovarienne. Parallèlement, il existe des données expérimentales montrant la capacité de l'insuline à stimuler la sécrétion d'androgènes par le tissu stromal ovarien et le tissu thécal humain.

Les travaux de E. I. Adashi et al. Le rôle de l'insuline en tant que modèle a été mis en évidence en relation avec la sensibilité de l'hypophyse antérieure à l'hormone libérant des gonadotrophines. Les mêmes auteurs ont établi un effet stimulant direct de l'insuline sur les lactotrophes et les gonadotrophes de l'adénohypophyse. Il existe également des données cliniques sur la relation entre la prolactine et l'hypersécrétion d'insuline. Ainsi, chez les femmes atteintes d'hyperprolactinémie modérée, une augmentation significative du niveau d'insuline immunoréactive après un repas a été détectée. Ces données suggèrent une genèse complexe de troubles hypothalamo-hypophyso-ovariens dans le syndrome de lipodystrophie généralisée.

V. G. Baranov et al. Le syndrome de lipodystrophie généralisée est un type de syndrome des ovaires polykystiques. Notant le lien étroit qui existe réellement entre le syndrome de lipodystrophie généralisée et l'état fonctionnel des ovaires, nous ne pouvons souscrire à ce point de vue. Le syndrome des ovaires polykystiques avec syndrome de lipodystrophie généralisée est secondaire et est causé, semble-t-il, par une hyperinsulinémie. La littérature décrit un certain nombre de syndromes de la plus forte résistance à l'insuline (qui comprend le syndrome de lipodystrophie généralisée), souvent accompagné d'une maladie polykystique ovarienne. Le fait que la dysfonction hyperandrogénique des ovaires ne se développe que chez certains patients atteints du syndrome de lipodystrophie généralisée indique l'indépendance du syndrome de la lipodystrophie généralisée en tant que forme nosologique. Une étude morphologique de patients ovariens atteints de syndrome de lipodystrophie généralisée, opérée pour hyperandrogénie ovarienne, réalisée par M. E. Bronstein, a montré un tekomatoz stromal marqué avec des caractéristiques morphologiques caractéristiques, qui ne surviennent que dans le syndrome de lipodystrophie généralisée. Par conséquent, à notre avis, il serait correct de ne pas considérer le syndrome de lipodystrophie généralisée comme une variante du syndrome de Stein-Leventhal, mais au contraire, le dysfonctionnement ovarien hyperandrogénique observé dans le syndrome de lipodystrophie généralisée devrait être considéré comme une forme particulière de polykystose ovarienne.

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9], [10], [11]

Pathologie de la lipodystrophie généralisée

Lors de l'étude morphologique des adipocytes chez des patients atteints du syndrome de lipodystrophie généralisée, des cellules adipeuses immatures ont été découvertes sur les sites de lipoatrophie. Lorsque ces cellules ont été transplantées chez des personnes en bonne santé, les adipocytes transplantés ont mûri et ont commencé à fonctionner normalement, formant un tissu adipeux. Le syndrome de lipodystrophie généralisée est caractérisé par une hypertrophie et une hyperplasie des glandes endocrines et des organes internes, une véritable hypertrophie des muscles squelettiques, un épaississement du cartilage articulaire, des capsules et des ligaments.

trusted-source[12], [13], [14], [15]

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.