^

Santé

A
A
A

Facteurs de risque et causes de l'arthrose

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 19.10.2021
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

L'arthrose survient à la suite de l'interaction de nombreux facteurs génétiques et environnementaux (y compris traumatiques). C’est l’analyse des facteurs de risque de survenue d’une arthrose de diverses localisations qui a contribué à l’émergence du concept d’hétérogénéité de la maladie. Ainsi, des différences nettes de facteurs de risque de coxarthrose et de gonarthrose sont établies: dans l’ostéoarthrose des articulations de la hanche, il n’ya pas de différence de sexe; il est rarement diagnostiqué chez les représentants de la race mongoloïde, souvent associé à des anomalies congénitales du développement; La gonarthrose est plus fréquente chez les femmes de race négroïde que chez les femmes de race caucasienne, elles se caractérisent par des lésions traumatiques antérieures des articulations. Il a été démontré que le groupe de facteurs de risque d'arthrose de la partie pato-fémorale de l'articulation du genou diffère des facteurs de risque d'atteinte de la partie tibo-fémorale médiale - le premier type est associé à des antécédents familiaux d'arthrose et à la présence de lésions nodulaires des mains, le second type est associé à une obésité et à des procédures chirurgicales antérieures au niveau du joint.

Le sexe est important dans le développement de l'arthrose - les femmes sont plus susceptibles de développer une arthrose de la plupart des localisations. Les résultats d'une étude finlandaise portant sur 6647 agriculteurs ont montré que le sexe féminin est un facteur de prédisposition indépendant pour le développement de la gonarthrose. Un examen de 29 études épidémiologiques sur l'arthrose des articulations du genou et de la hanche dans 14 pays à travers le monde suggère que l'arthrose des articulations de la hanche est plus répandue chez les hommes que chez les femmes; Les articulations du genou sont plus souvent touchées chez les femmes, en particulier celles âgées de plus de 45 ans. Cependant, la plupart des autres études montrent une incidence élevée de coxarthrose chez les femmes. Dans l'arthrose des articulations des mains, il y a une augmentation rapide de l'incidence chez les femmes de moins de 60 ans, alors la fréquence de l'arthrose de cette localisation ne change pas de manière significative; chez les hommes, l’incidence augmente plus lentement, elle se poursuit au cours de la septième ou la huitième décennie de la vie. Des différences dans la prévalence de la monoostéoarthrose, de l’oligososteoarthrose et de la (poly) ostéoarthrose généralisée entre hommes et femmes ont été mises en évidence.

Facteurs de risque pour l'arthrose

Génétique

  • genre (femme)
  • pathologie héréditaire du gène du collagène de type II
  • mutation du gène du collagène de type II
  • autres maladies héréditaires des os et des articulations
  • origine raciale / ethnique

Non génétique

  • âge avancé
  • en surpoids
  • diminution du niveau d'hormones sexuelles féminines (par exemple, pendant la période post-ménopausique)
  • malformations des os et des articulations
  • antécédents de chirurgie des articulations (par exemple, méniscectomie)

Exogène

  • activités professionnelles
  • blessure articulaire
  • faire du sport

Ces caractéristiques suggèrent que les facteurs endocriniens jouent un rôle dans l'arthrose. En effet, les résultats de nombreuses études, notamment d'études sur des modèles d'ostéoarthrose chez l'animal, indiquent que les hormones sexuelles peuvent modifier le métabolisme dans les tissus cartilagineux. Les récepteurs aux œstrogènes se trouvent dans le cartilage articulaire de nombreuses espèces animales. L’étude JAP Da Silva et ses coauteurs (1994) ont noté que l’ovariectomie augmentait le taux de processus destructifs dans le cartilage animal. Sur des modèles d'arthrose chez l'animal, il a été démontré que l'estradiol peut inhiber la synthèse des protéoglycanes. Les doses superphysiologiques d'estradiol augmentent la "dégradation" du cartilage, qui est bloqué par l'anti-œstrogène tamoxifène. Après l'oophorectomie, chez le lapin qui a reçu de fortes doses d'œstrogènes, un amincissement et une dilatation du cartilage articulaire se sont développés, c'est-à-dire changements typiques de l'arthrose chez l'homme.

Il existe également un certain nombre de preuves épidémiologiques de l'implication des hormones sexuelles, principalement les œstrogènes, dans le développement de l'arthrose. Celles-ci incluent une incidence plus élevée d'arthrose chez les femmes, qui augmente à la ménopause, du lien entre l'arthrose commune et des facteurs tels que la chirurgie gynécologique, la masse osseuse et l'obésité, pouvant refléter les effets des hormones sexuelles endogènes. Selon TD Spector et GC Champion (1989), les femmes présentant une hyperproduction d’oestrogènes sont sujettes à l’arthrose généralisée.

En outre, le rôle possible des œstrogènes dans la pathogenèse de l'arthrose est suggéré, en raison de la relation «antagoniste» de l'ostéoporose avec l'ostéoarthrose et d'un risque accru d'ostéoarthrose chez les personnes obèses. Les œstrogènes régulent le métabolisme osseux, leur carence entraîne la perte osseuse de la composante minérale chez la femme pendant la période pré et post-ménopausique; une densité minérale osseuse élevée (DMO) pendant la période post-ménopausique peut indiquer un maintien prolongé d'un excès d'oestrogènes. Chez les femmes ménopausées atteintes de gonarthrose, de coxarthrose, d'ostéoarthrose des articulations des mains et de polyosteoarthrose, il existe une augmentation de la densité osseuse, qui n'est pas causée par l'obésité ou une perte osseuse plus lente chez les femmes atteintes d'ostéoarthrose pendant la ménopause. Avec une densité osseuse élevée, le cartilage articulaire peut résister à une contrainte mécanique accrue.

L'obésité est également associée à un taux plus élevé d'œstrogènes endogènes pendant la période post-ménopausique. L'obésité augmente le risque d'arthrose du genou, de la hanche et de la main chez la femme, mais la cause de ce phénomène (effet mécanique du surpoids sur le cartilage, taux d'œstrogène plus élevé ou autres effets systémiques) n'a pas encore été étudiée.

Certaines preuves du lien entre les hormones sexuelles féminines et l'ostéoarthrose ont été obtenues lors d'études portant sur les facteurs de risque d'arthrose chez les femmes recevant un traitement hormonal substitutif par l'œstrogène (HHTE). Il a été prouvé que le THS réduit le risque de gonarthrose et de coxarthrose. Chez les femmes qui ont reçu le HST pendant 8 ans, une progression lente de l’arthrose a été observée. Étant donné que HRTE réduit le métabolisme osseux, on peut supposer que les œstrogènes contribuent à la stabilisation de l'arthrose en ralentissant le remodelage de l'os sous-chondral.

Le rôle des œstrogènes dans le développement de l'arthrose est très probablement réalisé grâce à l'influence sur les cytokines proinflammatoires et anaboliques, qui ont à leur tour un effet sur le métabolisme du cartilage. Apparemment, l'effet de l'œstrogène sur l'os est partiellement associé à l'interleukine-1 (IL-1), à l'IL-6 et au facteur de nécrose tumorale a (TNF-a). Les récepteurs aux œstrogènes se trouvent dans le cartilage articulaire et, probablement, IL-1 et IL-6 sont capables de médier l'effet de l'œstrogène sur son métabolisme. Le facteur de croissance analogue à l'insuline 1 (IGF-1) et le facteur de croissance transformant bêta (TGF-bêta) participent à la synthèse et à la restauration de la matrice cartilagineuse, tandis que les œstrogènes ont probablement un effet complexe sur les facteurs de croissance.

En général, les preuves de l'association de l'arthrose avec des facteurs associés aux effets des hormones sexuelles chez la femme sont contradictoires. Il est possible que les œstrogènes aient un effet différent, qui dépend du moment de la ménopause et du stade de l’ostéoarthrose.

Un facteur important parmi les facteurs de risque génétiques de l'arthrose est une mutation héritée ou acquise du gène du procollagène de type II (collagène du cartilage hyalin basique) COL 2 A b situé sur le 12ème chromosome. Les premières descriptions de la relation génétique entre le phénotype de l'arthrose précoce et COL 2 A font référence à la fin des années 80 et au début des années 90 du siècle dernier. Dans l'un d'entre eux, une mutation de COL 2 A a été rapportée chez des membres de la famille atteints d'ostéoarthrose précoce, qui s'est manifestée par le remplacement de l'acide aminé arginine par la cystéine en position 519 dans une molécule de collagène de type II. À ce jour, 4 autres familles ont décrit une mutation similaire. CJ Williams et ses collaborateurs (1995) ont découvert une autre mutation de COL 2 A! Dans la famille où l'on a noté un développement précoce de l'ostéoarthrose, le remplacement de l'arginine par la cystéine en position 75. Les auteurs notent que le phénotype de l'ostéoarthrose dans cette famille est différent de celui des familles dont les membres ont trouvé le remplacement de l'arginine par la cystéine en position 519. JF Bleasel Les coauteurs (1995) ont identifié la même mutation COL 2 A dans une autre famille. Outre celles décrites ci-dessus dans les familles dont les membres ont été diagnostiqués avec une ostéoarthrose précoce, il existe d'autres mutations de COL 2 A: remplacement de la glycine par la série en position 976, en position 493.

La prédisposition héréditaire est souvent détectée avec une forme généralisée d'arthrose (GOA). JH Kellgren et ses coauteurs (1963) ont trouvé les nodules de Bouchard et Heberden chez 36% des membres de la famille d’hommes et 49% des membres de la famille de femmes présentant une forme généralisée d’arthrose; dans la population générale, ces chiffres étaient respectivement de 17 et 26%. Chez les patients présentant une forme généralisée d'arthrose, on retrouve plus souvent l'haplotype HLA Al B8 et la forme MZ, α-antitrypsine. TD Spector et ses coauteurs (1996) ont étudié l'influence de l'hérédité sur l'apparition d'une forme nodulaire de la maladie chez des jumeaux et notent également un certain rôle des facteurs génétiques dans le développement de cette forme d'arthrose.

Dans les grandes familles présentant une forme généralisée d'ostéoarthrose, une analyse du couplage montre la transmission conjointe de l'ostéoarthrose et de l'allèle du gène du procollagène de type II (COL 2 A,). Cet allèle a été cloné et une seule mutation a été trouvée en position 519 dans la 1ère chaîne de collagène, qui était présente chez tous les membres de la famille malades, mais n'a été détectée chez aucun des membres sains. L'arthrose primaire généralisée semble être une maladie hétérogène et peut être associée à des mutations dans d'autres gènes. Des études récemment menées sur les marqueurs polymorphes de gènes codant pour le collagène de type II, la protéine de matrice cartilagineuse et la protéine de liaison de 38 paires de frères et sœurs n'ont pas confirmé l'hypothèse de leur relation avec la susceptibilité aux locus de l'ostéoarthrose. Ce désordre génétique ne peut probablement expliquer qu'une faible proportion des cas.

Les études de population indiquent le rôle de la race / ethnie dans le développement de l’ostéoarthrose, mais les auteurs fournissent souvent des données contradictoires. Ainsi, selon JJ Anderson et DT Felson (1988), les femmes afro-américaines sont plus susceptibles de souffrir d'arthrose du genou chez les femmes à la peau blanche; pour la coxarthrose, les auteurs n'ont pas révélé de différences raciales. L’examen susmentionné de 29 études épidémiologiques menées dans 14 pays du monde indique que les représentants des Caucasiens sont plus susceptibles de présenter des signes de coxarthrose aux rayons X; Cependant, la prévalence de la gonarthrose dans les deux populations était la même.

La prévalence de l'arthrose chez les membres de différents groupes ethniques / raciaux

Groupe ethnique / racial

Âge ans

La prévalence de l'arthrose,%

Les femmes

Les hommes

Les britanniques

> 35

70

69

Américains - Caucasiens

> 40

44

43

Esquimaux d'Alaska

> 40

24

22

Jamaïque rurale

35-64

62

54

Indiens Pima d'Amérique du Nord

> 30

74

56

Indiens d'Amérique du Nord de la tribu des Pieds-Noirs

> 30

74

61

Les Sud-Africains sont des représentants de la race négroïde

> 35

53

60

En moyenne dans 17 populations

> 35

60

60

Bien que l'ostéoarthrose touche principalement les personnes âgées et que sa prévalence soit extrêmement faible chez les personnes âgées de moins de 45 à 50 ans, on ne peut pas parler de conséquence inévitable du vieillissement. La prévalence de l'arthrose des articulations des mains, des hanches et des genoux augmente fortement chez les hommes et les femmes âgés de 50 à 80 ans. Cependant, les raisons pour lesquelles l'âge est l'un des facteurs de risque significatifs de l'ostéoarthrose ne sont pas claires. Il est possible que, d'une part, les chondrocytes humains en cours de vieillissement perdent la capacité de reconstituer ou de restaurer la matrice de cartilage articulaire «perdue» à la suite d'un dommage ou d'un métabolisme normal (pour cet âge), entraînant ainsi un déficit en composants de la matrice (comme dans l'ostéoporose).. D'autre part, la matrice du cartilage chez les personnes âgées peut devenir plus sensible aux microtraumatismes cumulatifs normaux, et les mécanismes de réparation des cellules ne sont pas en mesure de compenser cette sensibilité accrue. Dans les deux cas, il existe un décalage entre l’influence de l’environnement externe sur le cartilage articulaire et la capacité des chondrocytes ou de la matrice à réagir à ces influences. Et bien que le temps qui s'écoule entre le début des changements dans les articulations et l'apparition des symptômes et des signes radiographiques d'ostéoarthrose soit différent, il est généralement mesuré en années et en décennies. Cependant, le taux de progression de l’ostéoarthrose chez chaque patient varie même dans le même groupe d’âge et avec la même localisation de la maladie. Cela implique la participation à l'apparition d'ostéoarthrose de facteurs tels que la prédisposition génétique, le niveau d'activité physique, les différences entre les articulations, etc.

Selon L. Buratti et autres (1995), l'incidence de l'ostéoarthrose de la hanche, du genou et du poignet augmente avec l'âge, mais l'incidence de l'ostéoarthrose de la colonne cervicale est réduite. De plus, on observe une augmentation du nombre d'articulations touchées par l'ostéoarthrose chez les individus des groupes plus âgés.

Le nombre d'articulations atteintes d'ostéoarthrose dans différents groupes d'âge (d'après Ciocci A, 1996, avec modifications)

Âge ans

Nombre de patients,%

Monoarthrose

Oligoarthrite

OA généralisée

<50

54,8

33,9

11.3

51-60

56,5

34

9,5

61-70

38,2

45,3

16,5

> 70

19.4

20

60,6

Relativement peu d’études ont été menées dans lesquelles l’effet du vieillissement sur l’évolution de l’arthrose, bien que l’importance du vieillissement dans le développement de l’arthrose soit généralement reconnu. Chez l'un d'entre eux, la plupart des patients atteints d'ostéoarthrose (60% des articulations du genou examinées) n'ont montré aucun changement radiographique selon Kellgren et Lawrence au cours des 11 années d'observation, et seulement 33% de changements mineurs. Ainsi, la progression de l'arthrose n'est pas toujours un processus inévitable et dépend probablement de la capacité différente de restaurer et de dégrader les tissus de l'articulation après leur lésion.

Dans les études de population, il est clairement établi que le surpoids des rues présente un risque plus élevé de gonarthrose. Le plus grand risque d'arthrose chez les personnes ayant un indice de masse corporelle (IMC)> 25 (Centers for Disease Control). L’étude NHANES-1 a montré que chez les femmes obèses ayant un IMC supérieur à 30, mais inférieur à 35, le risque de développer une arthrose était 4 fois plus élevé que chez les femmes présentant un IMC égal à 25. Chez les hommes présentant le même surpoids, le risque était accru 4 fois plus. 8 fois par rapport aux hommes ayant un poids corporel normal. Une association directe significative a été observée entre l'IMC et la gonarthrose chez les personnes des deux sexes: pour 5 unités d'IMC, le rapport relatif (intervalle de confiance à 95%) du lien avec l'arthrose du genou était de 2,1 (1,7; 2,58) chez les hommes et de 2,2 (1.95; 2.5) pour les femmes. Ces données sont similaires aux résultats d'autres études. Selon T. MacAlinden et ses coauteurs (1996), le surpoids était associé à l’arthrose et aux parties tibio-fémorales et fémoro-patellaires de l’articulation du genou. Les auteurs ont suggéré que le poids corporel avait déjà augmenté après l'apparition de l'ostéoarthrose en raison de la limitation de l'activité motrice. Cependant, il a été prouvé qu'en présence de surpoids chez les personnes âgées de 37 ans, lorsque l'arthrose est extrêmement rare, le risque de développer une arthrose du genou à l'âge de 70 ans augmente. Les résultats d'une étude prospective en population et d'observations répétées aux rayons X suggèrent que le surpoids chez les personnes sans arthrose est un facteur de risque potentiel pour l'arthrose des articulations du genou à l'avenir.

En cas d'embonpoint, non seulement le risque d'arthrose du genou est élevé, mais, comme le montrent les observations à long terme, le risque de progression de la maladie est également élevé et, chez la femme, le développement d'arthrose bilatérale est élevé.

M.A. Davis et ses collègues (1989) ont étudié la relation entre le surpoids et l'arthrose un / / bilatérale du genou, diagnostiquée par radiographie. Dans NHAINS-1, 3885 personnes âgées de 45 à 74 ans ont participé, dont 226 (4,9%) avaient une gonarthrose bilatérale et 75 (1,8%) une gonarthrose unilatérale; Un IMC supérieur à 30 est noté chez 65% des patients atteints de gonarthrose bilatérale, chez 37,4% des patients souffrant d'arthrose du genou droit, chez 43,3% des patients souffrant d'ostéoarthrose du genou gauche et chez 17,7% des individus en bonne santé. Le rapport relatif (intervalle de confiance à 95%) du surpoids associé à la gonarthrose bilatérale était de 6,58 (4,71; 9,18), alors que pour l'arthrose droite et gauche, respectivement, il était de 3,26 (1,55; 7,29). Et 2,35 (0,96; 5,75).

La relation entre le surpoids et la gonarthrose en relation avec la nature de la distribution du tissu adipeux sous-cutané (PZHK) chez les personnes âgées de 45 à 74 ans ayant participé à NHAINS-I a été étudiée par MA Davis et autres (1990). La distribution centrale du tissu adipeux sous-cutané a été déterminée en mesurant l'épaisseur du pli cutané sous l'angle de l'omoplate, les plis périphériques situés dans la région du triceps du muscle de l'épaule. Les auteurs n'ont pas trouvé de lien entre l'épaisseur des plis cutanés correspondants et la présence d'arthrose unilatérale / bilatérale des articulations du genou, sans distinction de sexe, d'âge, de race ou d'IMC. Cependant, l'association de l'IMC avec la gonarthrose bilatérale s'est avérée forte chez les hommes et les femmes, avec unilatérale, chez les hommes seulement.

M.S. Hochberg et ses collaborateurs (1995) ont étudié la relation entre la distribution de l'acide alslavique, le pourcentage de tissu adipeux sous-cutané chez 465 hommes et 275 Caucasiens ayant participé à l'étude longitudinale sur le vieillissement de Baltimore, ainsi que chez 169 hommes et 99 femmes radiographiés ayant présenté une ostéoarthrose. La distribution du tissu adipeux sous-cutané a été déterminée par le rapport de la circonférence du poignet et de la hanche, tandis que l'équation standard a été utilisée pour calculer le pourcentage de tissu adipeux sous-cutané, qui comprenait des indicateurs tels que les plis sous l'angle de l'omoplate, de l'abdomen et dans la région du triceps de l'épaule. Comme on pouvait s'y attendre, BMI avait un lien étroit avec la présence de gonarthrose dans les rues des deux sexes. Cependant, les auteurs de l'étude n'ont pas trouvé d'association entre l'ostéoarthrose du genou diagnostiquée par radiographie et la nature de la distribution du tissu adipeux sous-cutané (central / périphérique), ainsi que le pourcentage de tissu adipeux sous-cutané.

Des études menées par K. Martin et ses coauteurs (1997), Davis MA et ses coauteurs (1988) ont montré que, dans le cas de l'obésité, l'apparition d'arthrose des articulations du genou est influencée par des facteurs mécaniques plutôt que métaboliques.

En cas d'embonpoint, le risque d'arthrose des articulations de la hanche est accru, bien que cette association ne soit pas aussi forte qu'avec la gonarthrose. Les résultats de telles études sont contradictoires. Il est à noter que ces personnes sont prédisposées à l'arthrose bilatérale et non unilatérale des articulations de la hanche.

Selon une observation prospective (depuis 23 ans) du surpoids, le risque d'arthrose des articulations des mains était également plus élevé.Les études menées à Londres avec la participation de jumeaux ont également révélé une association entre le surpoids et l'ostéoarthrose de l'articulation carpométacarpienne du premier doigt de la main..

La relation entre le surpoids et l’arthrose peut s’expliquer par une augmentation de la charge des articulations, ce qui provoque une «rupture» mécanique du cartilage, qui conduit ensuite au développement de l’arthrose. Cependant, cette explication ne s'applique que pour l'arthrose des articulations du genou et de la hanche, mais pas pour l'arthrose des articulations des mains. Il est également possible que chez les personnes obèses, il existe encore un facteur inconnu qui accélère la «dégradation» du cartilage et contribue au développement de la maladie. En outre, les personnes obèses présentent une DMO plus élevée, ce qui est également considéré comme un facteur de risque pour l'arthrose.

Dans l'étude Framingham, les patients ont été examinés tous les 2 ans pendant 40 ans, alors qu'il était établi qu'une augmentation du poids corporel était un facteur de risque d'arthrose manifeste du genou chez la femme et une réduction de 5 kg chez les femmes présentant un IMC de 25 (t. Au-dessus de la moyenne), réduit de 50% le risque d'arthrose.

Pour les femmes ayant un IMC inférieur à la moyenne, ni une augmentation ni une diminution de poids n'influencent de manière significative le risque de développer la maladie. En conséquence, l'obésité est un facteur de risque important pour l'arthrose du genou, des articulations de la hanche et des articulations des mains. Chez ces patients, le risque d'évolution progressive de la maladie est également élevé. La perte de poids peut prévenir les maladies, en particulier l'arthrose du genou.

Selon KD Brandt et ses co-auteurs (1986), environ 80% de tous les cas d'arthrose idiopathique des articulations de la hanche sont associés à des anomalies du développement non reconnues, telles que la dysplasie et la subluxation. Dans le même temps, la fréquence de ces anomalies de développement ne permet pas d'expliquer clairement la prévalence élevée d'arthrose des articulations de la hanche en Europe et aux États-Unis.

Il existe des preuves convaincantes du lien entre les facteurs professionnels et le développement de l'arthrose, une charge excessive sur certaines articulations est associée à un risque accru de développer une arthrose de ces articulations. Les mineurs sont à risque (arthrose du genou et de la colonne lombaire), les dockers et les chantiers navals (arthrose du genou et du poignet), les ramasseurs de coton et les ouvriers du moulin (arthrose du poignet), les opérateurs d'outils pneumatiques (l'arthrose du coude et du poignet), peintres et travailleurs du béton (arthrose des articulations du genou), agriculteurs (arthrose des articulations de la hanche).

Le sport professionnel (football, athlétisme, etc.) est associé à un risque élevé d'arthrose. Chez les personnes engagées dans une culture physique non professionnelle, le risque d'arthrose du genou et des articulations de la hanche ne diffère pas de celui de la population totale.

Les lésions / lésions articulaires constituent un facteur de risque très important pour l'arthrose. Les blessures à l'articulation du genou (en particulier le ligament croisé antérieur) sont associées à un risque élevé d'arthrose du genou chez les footballeurs professionnels.

Dans le NHAINS-I décrit ci-dessus, MA Davis et ses collaborateurs (1989) ont étudié la relation entre une lésion de l'articulation du genou et une gonarthrose uni- / bilatérale confirmée par radiographie. Chez 5,8% des personnes interrogées atteintes de gonarthrose bilatérale, chez 15,8% des 37 personnes atteintes de gonarthrose droite et chez 1,5% des sujets témoins, il y avait des signes de lésion de l'articulation du genou droit, tandis que des informations sur la lésion du genou gauche dans l'histoire de l'articulation, 4,6% des personnes présentant des lésions bilatérales, 27% des personnes atteintes de gonarthrose gauche et 1,8% du groupe témoin. L'analyse statistique des données a montré que le ratio relatif (intervalles de confiance à 95%) de l'association blessure au genou et gonarthrose bilatérale était de 3,51 (1,8; 6,83), gonarthrose du côté droit - 16,3 (6,5; 40,9 ) et gonarthrose du côté gauche - 10,9 (3,72 à 31,93).

S. Terreg et M.S. Hochberg (1993) a étudié la relation entre lésion de la hanche et coxarthrose confirmée par radiographie chez 2 359 personnes âgées de 55 à 74 ans ayant participé à NHAINS-I; parmi eux, seulement 73 (3,1%) ont reçu un diagnostic d'arthrose d'une ou des deux articulations de la hanche. L'analyse statistique a révélé une association significative entre une lésion de la hanche et la coxarthrose (rapport relatif (intervalles de confiance à 95%) - 7,84 (2,11; 29,1). L'analyse de la relation entre une lésion de la hanche et des lésions un / bilatérales, association plus prononcée avec unilatérale (rapport relatif (intervalles de confiance à 95%) - 24,2 (3,84; 153)) qu'avec la coxarthrose bilatérale (rapport relatif (intervalles de confiance à 95%) - 4,17 (0,5; 34, 7).Ainsi, blessure à la hanche Les articulations abdominales et articulaires du genou constituent un facteur de risque important de coxarthrose et de gonarthrose, en particulier unilatérale.

En plus de ce qui précède, KD Brandt (2000) souligne la faiblesse des muscles périarticulaires en tant que facteur de risque pour le développement de la gonarthrose.

Chez les patients souffrant d'arthrose du genou, on observe souvent une faiblesse du muscle quadriceps de la cuisse, qui est généralement associée à une atrophie due à une restriction de mouvement du membre affecté. Cependant, la faiblesse de ce muscle se retrouve également chez les patients atteints de gonarthrose non manifeste, chez lesquels il n'y avait pas de douleur dans l'articulation et au moment de l'examen et dans les antécédents, la masse musculaire n'a pas seulement diminué et même parfois augmenté. Des études prospectives suggèrent que la faiblesse du quadriceps femoris n'est pas seulement une conséquence d'une gonarthrose manifeste, mais peut également être un facteur de risque pour l'arthrose. Chez les femmes ne présentant pas de signes radiologiques de gonarthrose au début de l'observation et chez lesquelles l'ostéoarthrose était diagnostiquée aux rayons X, après 30 mois, la force initiale de l'extenseur du genou était significativement inférieure (p <0,04) à celle des femmes ne développant pas d'arthrose.

C. Slemenda et autres (1997) ont déterminé qu'une augmentation de la force des extenseurs du genou tous les 10 livres / pied 2 était associée à une diminution de 20% du risque de développer une arthrose du genou et à une arthrose manifeste de 29%. Une augmentation relativement faible de la force des extenseurs du genou (environ 20% de la moyenne chez les hommes et 25% de la moyenne chez les femmes) est associée à une diminution du risque de gonarthrose de 20 et 30%, respectivement.

Le rôle du muscle quadriceps de la cuisse dans la protection de l'articulation du genou est lié à la fonction de stabilisation de l'articulation et au fait qu'il offre une résistance à la gravité du membre inférieur tout entier.

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5]

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.