^

Santé

Dynamique de la colonne vertébrale humaine

, Rédacteur médical
Dernière revue: 25.06.2018
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Le squelette de la colonne vertébrale sert de support solide du tronc et se compose de 33-34 vertèbres. La vertèbre comprend deux parties - le corps vertébral (à l'avant) et l'arc vertèbre (postérieur). Le corps vertébral a la masse de la vertèbre. L'arc vertèbre est constitué de quatre segments. Deux d'entre eux sont les jambes formant les murs de soutien. Les deux autres parties sont des plaques minces, qui forment une sorte de "toit". Trois processus osseux partent des vertèbres. A partir de chaque connexion "jambe-plaque", les processus transversaux droit et gauche se ramifient. De plus, sur la ligne médiane, lorsque la personne est inclinée vers l'avant, on peut voir une apophyse épineuse en saillie. Selon l'emplacement et la fonction des vertèbres de différents départements ont des caractéristiques spécifiques dans la structure, et la direction et le degré de mouvement de la vertèbre sont déterminées par l'orientation des processus articulaires.

Vertèbres cervicales. Les processus articulaires ont une forme ovale plate et sont situés dans l'espace à un angle par rapport au plan frontal de 10-15 °, au plan sagittal - 45 °, au plan horizontal - 45 °. Ainsi, tout déplacement produit par l'articulation précitée par rapport à l'articulation inférieure se fera simultanément selon un angle par rapport aux trois plans. Le corps vertébral a une concavité des surfaces supérieure et inférieure et est considéré par de nombreux auteurs comme un facteur contribuant à une augmentation du volume du mouvement.

Vertèbres thoraciques. Les processus articulaires sont inclinés sur le plan frontal à un angle de 20 °, sur le plan sagittal - à un angle de 60 °, horizontal et frontal - selon un angle de 20 °.

Cet agencement spatial des articulations facilite le mouvement de l'articulation supérieure par rapport à l'articulation inférieure à la fois ventro-costale ou dorsocarde en conjonction avec son biais médial ou latéral. L'inclinaison prédominante des sites articulaires est dans le plan sagittal.

Vertèbres lombaires. L'interposition spatiale de leurs zones articulaires diffère des divisions thoracique et cervicale. Ils ont une forme arquée et sont situés sur le plan frontal à un angle de 45 ° par rapport au plan horizontal - à un angle de 45 °, par rapport au plan sagittal selon un angle de 45 °. Cette disposition spatiale facilite le mouvement de l'articulation supérieure par rapport à l'articulation inférieure, à la fois dorsolatérale et ventromédiaire en combinaison avec un déplacement crânien ou caudal.

Le rôle important des articulations intervertébraux dans le mouvement de la colonne vertébrale et de montrer la, dans laquelle une grande attention le travail bien connu Lesgaft (1951) est versée à la coïncidence des centres de gravité de la surface sphérique des joints dans les segments C5-C7. Ceci explique le volume de mouvement qui y règne. De plus, l'inclinaison des surfaces articulaires simultanément aux plans frontal, horizontal et vertical favorise le mouvement linéaire simultané dans chacun de ces trois plans, excluant la possibilité d'un mouvement à un seul plan. De plus, la forme des articulations articulaires facilite le glissement d'une articulation dans le plan de l'autre, limitant la possibilité d'exécution simultanée d'un mouvement angulaire. Ces vues sont cohérentes avec des études White (1978), à la suite de laquelle , après enlèvement des processus articulaires termine augmentée quantité de mouvement angulaire dans le segment de mouvement spinal dans le plan sagittal de 20 à 80 %, l'avant - à 7-50%, horizontal - par 22-60 % Les données de l'étude aux rayons X de Jirout (1973) confirment ces résultats.

Dans la colonne vertébrale il y a toutes sortes d'articulations osseuses: continue (syndesmose, synchondrose, synostose) et discontinue (articulations entre la colonne vertébrale et le crâne). Les corps vertébraux sont reliés entre eux par des disques intervertébraux qui constituent ensemble la totalité de la longueur de la colonne vertébrale. Ils servent principalement d'amortisseurs hydrauliques.

Il est connu que l'amplitude de la mobilité dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale dépend dans une large mesure du rapport entre la hauteur des disques intervertébraux et la partie osseuse de la colonne vertébrale.

Selon Kapandji (1987), ce rapport provoque la mobilité d'un certain segment de la colonne vertébrale: plus le rapport est élevé, plus la mobilité est grande. Le rachis cervical a la plus grande mobilité, puisque ce rapport est de 2: 5 ou 40%. La région lombaire est moins mobile (ratio 1: 3, soit 33%). La zone thoracique est encore moins mobile (ratio 1: 5, soit 20%).

Chaque disque est construit de telle sorte qu'à l'intérieur il a un noyau gélatineux et un anneau fibreux.

Le noyau gélatineux est constitué d'un matériau de type gel incompressible enfermé dans un "récipient" élastique. Sa composition chimique est représentée par des protéines et des polysaccharides. Le noyau est caractérisé par une hydrophilicité puissante, c'est-à-dire attraction à l'eau.

Selon Puschel (1930), à la naissance, la teneur en liquide dans le noyau est de 88%. Avec l'âge, le noyau perd sa capacité à lier l'eau. À l'âge de 70 ans, la teneur en eau a été réduite à 66%. Les causes et les conséquences de cette déshydratation sont d'une grande importance. La réduction de la teneur en eau dans le disque peut être expliquée par une diminution de la concentration de protéine, de polysaccharide, et par le remplacement progressif du matériau de noyau de type gel par du tissu cartilagineux fibreux. Les résultats des études d'Adams et des co-auteurs (1976) ont montré qu'avec l'âge, la taille moléculaire des protéoglycanes change dans le noyau gélatineux et dans l'anneau fibreux. La teneur en liquide diminue. À l'âge de 20 ans, l'approvisionnement vasculaire des disques disparaît. À l'âge de 30 ans, le disque est alimenté uniquement par diffusion de la lymphe à travers les plaques d'extrémité des vertèbres. Ceci explique la perte de flexibilité de la colonne vertébrale avec l'âge, ainsi qu'une perturbation de la capacité des personnes âgées à restaurer l'élasticité du disque blessé.

Le noyau gélatineux prend des forces agissant verticalement sur le corps des vertèbres et les distribue radialement dans le plan horizontal. Afin de mieux comprendre ce mécanisme, il est possible de représenter le noyau sous la forme d'une articulation articulée mobile.

L'anneau fibreux se compose d'environ 20 couches concentriques de fibres, elles sont entrelacées de telle sorte qu'une couche soit inclinée par rapport à la précédente. Une telle structure assure le contrôle du trafic. Par exemple, sous l'action d'une force de cisaillement, les fibres obliques qui vont dans une direction tendent à se déformer, tandis que celles qui vont dans la direction opposée se relâchent.

Fonctions du noyau gélatineux (Alter, 2001)

Action

Flexion

Extension

Flexion athéromateuse

La vertèbre supérieure est surélevéeAvantArrièreAu côté de la flexion
En conséquence, le disque se redresseAvantArrièreAu côté de la flexion
Par conséquent, le disque augmenteArrièreAvantDu côté opposé au virage

En conséquence, le noyau est envoyé

Forward

Retournez

Du côté opposé au virage

L'anneau fibreux avec l'âge perd son élasticité et sa conformité. À un jeune âge, le tissu fibreux-élastique de l'anneau est principalement élastique. Avec l'âge ou après une blessure, le pourcentage d'éléments fibreux augmente et le disque perd son élasticité. Comme la perte d'élasticité, il devient plus sensible aux blessures et aux dommages.

Chaque disque intervertébral peut être raccourci de 1 mm en moyenne sous l'influence d'une charge de 250 kg qui, pour l'ensemble de la colonne vertébrale, donne un raccourcissement d'environ 24 mm. A une charge de 150 kg, le raccourcissement du disque intervertébral entre T6 et T7 est de 0,45 mm, et une charge de 200 kg entraîne une réduction du disque entre T11 et T12 de 1,15 mm.

Ces changements de disque de la pression disparaissent plutôt rapidement. Lorsque se trouvant dans la moitié de la longueur du corps, ayant une hauteur de 170 à 180 cm, est augmentée de 0,44 cm. La différence dans la longueur du corps de la même personne est déterminé, le matin et le soir, une moyenne de 2 cm. Selon Leatt, Reilly, Troup (1986), une diminution de 38,4% de la croissance a été observée dans les 1,5 premières heures après le réveil et de 60,8% dans les 2,5 premières heures après le réveil. La reprise de la croissance de 68% s'est produite dans la première moitié de la nuit.

Analysant la différence de taille chez les enfants le matin et l'après-midi, Strickland et Shearin (1972) ont révélé une différence moyenne de 1,54 cm et l'amplitude des oscillations était de 0,8-2,8 cm.

Pendant le sommeil, la charge sur la colonne vertébrale est minime et les disques gonflent, absorbant le liquide des tissus. Adams, Dolan et Hatton (1987) ont identifié trois conséquences importantes d'amplitude d'oscillation diurne de la charge sur la colonne vertébrale lombaire séparés: 1 - « gonflement » provoque une augmentation de la raideur de la colonne vertébrale lors de la flexion dans les lombaires au réveil; 2 - tôt le matin pour les ligaments des disques de la colonne vertébrale, un risque plus élevé de dommages est caractéristique; 3 - l'amplitude des mouvements de la colonne vertébrale augmente au milieu de la journée. La différence de longueur du corps dépend non seulement de la réduction de l'épaisseur du disque intervertébral, mais aussi des variations de la hauteur de la voûte plantaire, et éventuellement aussi dans une certaine mesure en modifiant l'épaisseur du cartilage des articulations des membres inférieurs.

Les disques peuvent changer de forme sous l'influence de la force avant la maturité sexuelle d'une personne. A ce moment, l'épaisseur et la forme des disques sont finalement déterminées, et la configuration de la colonne vertébrale et la posture qui lui est associée deviennent permanentes. Cependant, c'est précisément parce que la posture dépend principalement des caractéristiques des disques intervertébraux qu'il ne s'agit pas d'un signe complètement stable et qu'il peut changer dans une certaine mesure sous l'influence d'effets externes et internes, en particulier physiques.

Un rôle important dans la détermination des propriétés dynamiques de la colonne vertébrale est joué par les structures ligamentaires et d'autres tissus conjonctifs. Leur tâche est de limiter ou de modifier le mouvement de l'articulation.

Les surfaces avant et arrière des corps vertébraux et des disques intervertébraux passent les ligaments longitudinaux antérieur et postérieur.

Entre les arcs des vertèbres, il y a des ligaments très-forts, faits de fibres d'élastine, qui leur donnent une couleur jaune, de sorte que les ligaments eux-mêmes sont appelés intercostaux ou jaunes. Lorsque la colonne vertébrale se déplace, en particulier lors de la flexion, ces ligaments s'étirent et se tendent.

Entre les apophyses épineuses des vertèbres il y a des interstitiels, et entre les processus transverses il y a des ligaments interdigitaux. Au-dessus des apophyses épineuses, sur toute la longueur de la colonne vertébrale, passe le ligament sus-épineux, qui, s'approchant du crâne, augmente dans la direction sagittale et s'appelle le ligament ligamentaire. Chez l'homme, ce ligament ressemble à une large plaque, formant une sorte de septum entre les groupes musculaires droits et gauches de la région nucale. Les processus articulaires des vertèbres sont reliés les uns aux autres au moyen de joints, qui sont plats dans les parties supérieures de la colonne vertébrale, et cylindriques dans la partie inférieure, en particulier dans la région lombaire.

La connexion entre l'os occipital et l'atlas a ses propres particularités. Ici, ainsi qu'entre les apophyses articulaires des vertèbres, il existe une articulation articulaire constituée de deux articulations détachées anatomiquement. La forme des surfaces articulaires de l'articulation atlantocapital est ellipsoïdale ou ovoïde.

Trois articulations entre l'atlant et l'épistrophe sont combinées en une articulation combinée atlanto-axiale avec un axe de rotation vertical; Parmi eux, l'amas est une forme cylindrique entre la dent de l'épistrophe et l'arcade antérieure de l'atlas, et celle qui est appariée, une articulation plate entre la surface articulaire inférieure de l'atlas et la surface articulaire supérieure de l'épistrophe.

Deux articulations, atlanto-occipital et atlantoove, situées au-dessus et au-dessous de l'atlas, se complètent, forment des articulations donnant à la tête une mobilité autour de trois axes de rotation mutuellement perpendiculaires. Ces deux articulations peuvent être combinées en une seule articulation. Lorsque la tête tourne autour de l'axe vertical, l'atlas se déplace avec l'os occipital, jouant le rôle d'un ménisque intermédiaire entre le crâne et le reste de la colonne vertébrale. Dans le renforcement de ces articulations, un appareil ligamentaire assez compliqué est impliqué, qui comprend les ligaments cruciformes et ptérygoïdiens. À son tour, le ligament croisé se compose d'un ligament transversal et deux jambes - le haut et le bas. Le ligament transverse passe derrière la dent de l'épistrophe et renforce la position de cette dent à sa place, s'étendant entre les masses latérales droite et gauche de l'atlas. Les jambes supérieures et inférieures s'éloignent du ligament transverse. Parmi ceux-ci, la partie supérieure est attachée à l'os occipital, et la partie inférieure au corps de la deuxième vertèbre cervicale. Les ligaments ptérygoïdes, droit et gauche, vont des surfaces latérales de la dent vers le haut et vers l'extérieur, s'attachant à l'os occipital. Entre l'atlas et l'os occipital il y a deux membranes (membranes) - antérieure et postérieure, couvrant l'ouverture entre ces os.

La connexion du sacrum avec le coccyx se fait par synchondrose, dans laquelle le coccyx peut se déplacer principalement dans la direction antéropostérieure. L'amplitude de la mobilité de la pointe du coccyx dans cette direction chez les femmes est d'environ 2 cm Dans le renforcement de cette synchondrose, l'appareil ligamentaire participe également.

Parce que la colonne vertébrale chez l'adulte forme deux lordose (cervicale et lombaire) et deux cyphose (thoracique et coccyx) de pliage, la ligne verticale du centre de gravité traverse en deux endroits, souvent au niveau de la C8 et Vertèbres L5. Ces relations peuvent toutefois varier en fonction des caractéristiques de la posture humaine.

La sévérité de la moitié supérieure du corps exerce non seulement une pression sur les vertèbres, mais agit également sur certains d'entre eux sous la forme d'une force formant les coudes de la colonne vertébrale. Dans la région thoracique, la ligne de gravité du corps passe devant les corps vertébraux, en liaison avec laquelle il existe une action de force visant à augmenter la flexion cyphotique de la colonne vertébrale. Ceci est gêné par son appareil ligamentaire, en particulier le ligament longitudinal postérieur, les ligaments inter-épanchés et le tonus de la musculature extenseur du tronc.

Dans le rachis lombaire, les rapports sont inversés, la ligne de gravité du corps passe généralement de sorte que la gravité tend à réduire la lordose lombaire. Avec l'âge, tant la résistance de l'appareil ligamentaire que la tonicité des muscles extenseurs diminuent, et de ce fait, sous l'influence de la pesanteur, la colonne vertébrale change le plus souvent de configuration et forme un coude commun dirigé vers l'avant.

On constate que le déplacement de la moitié supérieure du centre de gravité du corps vers l'avant est influencée par plusieurs facteurs: le poids de la tête et des épaules, les membres supérieurs, la poitrine, thoracique et des organes abdominaux.

Le plan frontal, dans lequel se situe le centre de gravité du corps, diffère relativement peu de l'articulation atlanto-occipitale chez l'adulte. Chez les jeunes enfants, la masse de la tête est d'une grande importance, car sa relation avec la masse du corps entier est plus significative, de sorte que le plan frontal du centre de gravité de la tête est généralement plus déplacé antérieurement. Masse du membre supérieur humain dans une certaine mesure affecte la formation de la flexion de la colonne vertébrale en fonction du déplacement de la courroie d'épaule vers l'avant ou vers l'arrière, étant donné que les experts ont noté une certaine corrélation entre le degré de déplacement et se courber vers l'avant des extrémités épaule et supérieure. Cependant, avec une posture redressée, la ceinture diagonale est généralement déplacée vers l'arrière. La masse de la poitrine humaine augmente d'autant plus que le centre de gravité du tronc est avancé, plus son diamètre antéro-postérieur est développé. Avec un thorax plat, son centre de gravité est relativement proche de la colonne vertébrale. Organes thoraciques, en particulier le cœur, contribuent non seulement à leur déplacement de masse du centre de masse du corps vers l'avant, mais agissent aussi comme un coup droit à la partie crânienne de la colonne vertébrale thoracique, augmentant ainsi sa courbure cyphose. Le poids des organes abdominaux varie en fonction de l'âge et de la constitution de l'individu.

Les caractéristiques morphologiques de la colonne vertébrale déterminent sa force pour la compression et l'étirement. Dans la littérature, il existe des indications qu'il peut supporter une pression de compression d'environ 350 kg. Résistance à la compression pour la région cervicale est d'environ 50 kg, pour la poitrine - 75 kg et pour les lombaires - 125 kg. On sait que la résistance à la traction est d'environ 113 kg pour le col de l'utérus, de 210 kg pour le thorax et de 410 kg pour le rachis lombaire. La connexion entre la vertèbre lombaire et le sacrum est rompue au tirant d'eau de 262 kg.

La force des vertèbres individuelles pour la compression de la région cervicale est approximativement la suivante: C3- 150 kg, C4- 150 kg, C5-190 kg, C6-170 kg, C7-170 kg.

Pour thoracique caractérisé par des indicateurs: T1 - 200 kg, T5 -200 kg, T3 190 kg, 210 kg T4-, T5- 210 kg, T6 - 220 kg 250 kg, T7, T8 - 250 kg, T9 - 320 kg, T10 - 360 kg, T11 - 400 kg, T12 - 375 kg. Le département lombaire peut supporter approximativement les charges suivantes: L1 - 400 kg, L2 - 425 kg, L3 - 350 kg, L4 - 400 kg, L5 - 425 kg.

Entre les corps de deux vertèbres adjacentes, les types de mouvements suivants sont possibles. Mouvement le long de l'axe vertical à la suite de la compression et de l'étirement des disques intervertébraux. Ces mouvements sont très limités, car la compression n'est possible que dans l'élasticité des disques intervertébraux et la tension est inhibée par les ligaments longitudinaux. Pour la colonne vertébrale en général, les limites de compression et d'extension sont négligeables.

Les mouvements entre les corps de deux vertèbres adjacentes peuvent se produire partiellement sous la forme d'une rotation autour de l'axe vertical. Ce mouvement est inhibé principalement par la contrainte des fibres concentriques de l'anneau fibreux du disque intervertébral.

Entre les vertèbres, des rotations sont également possibles autour de l'axe frontal pendant la flexion et l'extension. Avec ces mouvements, la forme du disque intervertébral change. Lors de la flexion, sa partie avant est comprimée et la partie postérieure est étirée; lorsque l'extension est observée, le phénomène inverse est observé. Dans ce cas, le noyau de gelée change de position. Lorsqu'il est plié, il se déplace vers l'arrière, et lorsqu'il est étendu, il se déplace vers l'avant, c'est-à-dire vers la partie allongée de l'anneau fibreux.

Un autre type de mouvement prononcé est la rotation autour de l'axe sagittal, qui conduit à un torse latéral du tronc. En même temps, un côté du disque est comprimé, et l'autre est étiré, et le noyau gélatineux se déplace vers l'extension, c'est-à-dire vers la convexité.

Les mouvements qui se produisent dans les articulations entre deux vertèbres adjacentes dépendent de la forme des surfaces articulaires, qui sont situées différemment dans différentes parties de la colonne vertébrale.

Le plus mobile est la section cervicale. Dans ce département, les processus articulaires ont des surfaces articulaires planes dirigées vers l'arrière d'environ 45-65 °. Ce type d'articulation donne trois degrés de liberté, à savoir: les mouvements de flexion-extenseur dans le plan frontal, les mouvements latéraux dans le plan sagittal et les mouvements de rotation dans le plan horizontal sont possibles.

Dans l'intervalle entre les vertèbres C2 et C3, l'amplitude des mouvements est quelque peu inférieure à celle des autres vertèbres. C'est parce que le disque intervertébral entre ces deux vertèbres est très mince et que la partie antérieure du bord inférieur de l'épistrophe forme une saillie qui limite le mouvement. L'amplitude du mouvement de flexion-extenseur dans la région cervicale est d'environ 90 °. La convexité vers l'avant, formée par le contour antérieur de la région cervicale, change pendant la concavité en concavité. La concavité résultante a un rayon de 16,5 cm, si nous tirons des rayons des extrémités antérieure et postérieure de cette concavité, nous obtenons un angle ouvert et égal à 44 °. Avec l'extension maximale, un angle est créé, qui est ouvert vers l'avant et vers le haut et est égal à 124 °. Les cordes de ces deux arcs sont reliées à un angle de 99 °. La plus grande amplitude de mouvement est notée entre les vertèbres C3, C4 et C5, un peu plus petite - entre C6 et C7 et même plus petite - entre les vertèbres C7 et T1.

Les mouvements latéraux entre les corps des six premières vertèbres cervicales ont également une amplitude assez importante. La vertèbre C ... Est beaucoup moins mobile dans cette direction.

Les surfaces articulaires de la selle entre les corps des vertèbres cervicales ne favorisent pas les mouvements de torsion. En général, selon divers auteurs, l'amplitude des mouvements dans la région cervicale est en moyenne de telles valeurs: flexion - 90 °, extension - 90 °; pente latérale - 30 °, rotation dans un sens - 45 °.

L'articulation occipitale de l'Atlas et l'articulation entre l'atlant et l'épistrophe du complexe ont trois degrés de liberté de mouvement. Dans le premier cas, les inclinaisons de la tête sont possibles vers l'avant et vers l'arrière. Dans la seconde, il est possible de faire tourner l'atlas autour du processus en forme de dent, et le crâne tourne avec l'atlant. L'inclinaison de la tête en avant dans le joint entre le crâne et l'atlas n'est possible que de 20 °, l'inclinaison vers l'arrière de 30 °. Mouvement de retour de la tension antérieure inhibée et les membranes occipitales postérieures et passe autour de l'axe avant extension derrière l'ouverture de l'oreille externe et directement en face de l'apophyse de l'os temporal. Une inclinaison de plus de 20 ° du crâne vers l'avant et de 30 ° vers l'arrière n'est possible qu'avec le rachis cervical. Une pente vers l'avant est possible avant que le menton touche le sternum. Un tel degré de pente est atteint seulement avec une contraction active des muscles, en pliant la colonne cervicale et en inclinant la tête sur le tronc. Lorsque la tête tombe vers l'avant sous la force de gravité, habituellement le menton ne touche pas l'os du sein parce que la tête est les muscles tendus sous tension de l'arrière du cou et le ligament de la nuque. La gravité de l'inclinaison de la tête en avant dans son action sur le levier du premier type ne suffit pas pour surmonter la passivité du dos des muscles du cou et l'élasticité du ligament nucale. Avec les muscles grudinopodyazychnoy de réduction et le menton-hyoïdien de leur force, ainsi que le poids de la tête est plus grand étirement des muscles de l'arrière du cou et le ligament de la nuque, ce qui provoque la tête se penche en avant de toucher le menton au sternum.

Dans l'articulation entre l'atlant et l'épître, un tour de 30 ° vers la droite et vers la gauche est possible. La rotation de l'articulation entre l'atlas et epistrofeem tension limitée faisceaux originaires ptérygoïdes sur les surfaces latérales des condyles occipitaux et fixés sur les surfaces latérales de l'apophyse odontoïde.

Du fait que la surface inférieure des vertèbres cervicales est concave dans la direction antéropostérieure, des mouvements entre les vertèbres dans le plan sagittal sont possibles. Dans le rachis cervical, l'appareil ligamentaire est le moins puissant, ce qui contribue également à sa mobilité. La région cervicale est beaucoup moins (par rapport aux divisions thoracique et lombaire) soumis à l'action de charges compressives. C'est le lieu d'attachement pour un grand nombre de muscles, qui déterminent les mouvements de la tête, de la colonne vertébrale et de la ceinture scapulaire. Au niveau du cou, l'effet dynamique de la traction musculaire est relativement plus important que celui de l'action des charges statiques. La région cervicale n'est pas très sensible aux charges déformantes, car les muscles environnants la protègent en quelque sorte des effets statiques excessifs. L'une des caractéristiques de la région cervicale est que les surfaces planes des processus articulaires avec la position verticale du corps sont à un angle de 45 °. Lorsque la tête et le cou sont inclinés vers l'avant, cet angle augmente jusqu'à 90 °. Dans cette position, les surfaces articulaires des vertèbres cervicales se superposent dans la direction horizontale et sont fixées en raison de l'action de la musculature. Avec une position courbée du cou, l'action des muscles est particulièrement significative. Cependant, la posture courbée du cou est habituelle pour une personne au travail, puisque l'organe de la vision doit contrôler les mouvements des mains. De nombreux types de travaux, ainsi que la lecture de livres sont généralement effectués avec une position inclinée de la tête et du cou. Par conséquent, les muscles, en particulier, la surface postérieure du cou, doivent être inclus dans le travail pour garder la tête en équilibre.

Dans la région thoracique, les processus articulaires ont également des surfaces articulaires planes, mais ils sont orientés presque verticalement et sont situés principalement dans le plan frontal. Avec cette disposition des processus, la flexion et la rotation sont possibles, et l'extension est limitée. Les pentes latérales ne sont réalisées que dans des limites insignifiantes.

Dans la colonne vertébrale thoracique, la mobilité est la plus faible, ce qui est dû à la faible épaisseur des disques intervertébraux.

La mobilité dans la partie supérieure de la région thoracique (de la première à la septième vertèbre) est insignifiante. Il augmente dans la direction caudale. Les pentes latérales de la région thoracique sont possibles à environ 100 ° vers la droite et un peu moins vers la gauche. Les mouvements de rotation sont limités par la position des processus articulaires. L'amplitude des mouvements est assez importante: autour de l'axe avant est de 90 °, l'extension est de 45 °, la rotation est de 80 °.

Dans la région lombaire, les processus articulaires ont des surfaces articulaires orientées presque dans le plan sagittal, leur surface articulaire de l'articulation supérieure concave et la convexe inférieure convexe. Cette disposition des processus articulaires exclut la possibilité de leur rotation mutuelle, et les mouvements ne se font que dans les plans sagittal et frontal. Dans ce cas, le mouvement des extenseurs est possible dans une plage plus large que le mouvement de flexion.

Dans la région lombaire, le degré de mobilité entre les différentes vertèbres n'est pas le même. Dans toutes les directions, il est le plus grand entre les vertèbres L3 et L4, et aussi entre L4 et L5. La moindre mobilité est notée entre L2 et L3.

La mobilité de la colonne vertébrale lombaire est caractérisée par les paramètres suivants: flexion - 23 °, l'extension - 90 °, l'inclinaison latérale dans chaque direction, - 35 °, la rotation de - 50. La plus grande mobilité caractérisée espace intervertébral entre L3 et L4, qui doit être comparé avec le fait que la position centrale de la vertèbre L3 . En effet, cette vertèbre correspond au centre de la région abdominale chez l'homme (chez la femme, L3 est un peu plus caudale). Il y a des cas où le sacrum chez l'homme était situé presque horizontalement, et l'angle lombosacré a diminué à 100-105 °. Les facteurs limitant les mouvements dans le rachis lombaire sont présentés dans le tableau. 3.4.

Dans le plan frontal, la flexion de la colonne vertébrale est possible principalement dans les régions cervicales et thoraciques supérieures; L'extension est principalement réalisée dans les régions cervicales et lombaires, dans la région thoracique ces mouvements sont insignifiants. Dans le plan sagittal, la plus grande mobilité est notée dans la région cervicale; dans la région thoracique, il est insignifiant et augmente de nouveau dans la partie lombaire de la colonne vertébrale. La rotation est possible dans de grandes zones dans la région cervicale; dans la direction caudale, son amplitude diminue et est très faible dans la région lombaire.

Lors de l'étude de la mobilité de la colonne vertébrale dans son ensemble n'a pas de sens arithmétique récapituler les chiffres caractérisant l'amplitude des mouvements dans les différents départements, puisque tous les mouvements de la partie libre de la colonne vertébrale (comme dans les préparations anatomiques ou chez des sujets vivants) apparaissent en raison de courbes de compensation de mouvement de la colonne vertébrale. En particulier, la flexion dorsale dans un département peut provoquer une extension ventrale dans l'autre. Par conséquent, il est opportun de compléter l'étude de la mobilité des différents services par des données sur la mobilité de la colonne vertébrale dans son ensemble. Dans l'étude d'une colonne vertébrale isolée, les données suivantes ont été obtenues par un certain nombre d'auteurs à cet égard: flexion 225 °, extension 203 °, inclinaison 165 °, rotation 125 °.

Dans la région thoracique, la flexion latérale de la colonne vertébrale n'est possible que lorsque les processus articulaires sont situés exactement dans le plan frontal. Cependant, ils sont légèrement inclinés vers l'avant. De ce fait, seules les articulations intervertébrales participent à l'inclinaison latérale dont les facettes sont orientées approximativement dans le plan frontal.

Les mouvements de rotation de la colonne vertébrale autour de l'axe vertical sont possibles dans la plus grande mesure dans le cou. La tête et le cou peuvent être tournés par rapport au corps d'environ 60-70 ° dans les deux directions (c'est-à-dire à environ 140 ° l'un de l'autre). Dans la colonne thoracique, la rotation est impossible. Dans la région lombaire, il est pratiquement nul. La plus grande rotation est possible entre les divisions thoracique et lombaire dans les 17ème et 18ème paires biokinématiques.

La mobilité rotationnelle totale de la colonne vertébrale dans son ensemble est donc de 212 ° (132 ° pour la tête et le cou et 80 ° pour les 17ème et 18ème couples biokinématiques).

Il est intéressant de déterminer le degré de rotation possible du corps autour de son axe vertical. En position debout sur une jambe, la rotation dans une articulation de hanche demi-courbée est possible de 140 °; supporté par les deux jambes, l'amplitude de ce mouvement diminue à 30 °. Au total, cela augmente la capacité de rotation de notre corps à environ 250 ° en position debout sur deux jambes et jusqu'à 365 ° - en se tenant debout sur une jambe. Les mouvements de rotation, produits de la tête aux pieds, provoquent une diminution de la longueur du corps de 1 à 2 cm, mais chez certaines personnes, cette diminution est significativement plus importante.

Le mouvement de torsion de la colonne vertébrale est effectué à quatre niveaux, caractéristiques de divers types de coudes scoliotiques. Chacun de ces niveaux de torsion dépend de la fonction d'un groupe musculaire spécifique. Le niveau de rotation inférieur correspond à l'ouverture inférieure (niveau XII des fausses côtes) du thorax. Le mouvement de rotation à ce niveau est dû à la fonction du muscle oblique interne d'un côté et du muscle oblique externe du côté opposé jouant le rôle de synergiste. Ce mouvement peut être poursuivi vers le haut en raison d'une réduction des muscles intercostaux internes d'un côté et des intercostaux externes de l'autre. Le deuxième niveau de mouvements de rotation est à la ceinture scapulaire. Si elle est fixe, la rotation de la poitrine et de la colonne vertébrale est provoquée par la contraction des muscles dentaires et pectoraux antérieurs. La rotation est également assurée par certains muscles du dos - dentelé postérieur (supérieur et inférieur), iliaque-côtes et semi-ovoïde. Le muscle thoraco-claviculaire-mastoïdien à contraction bilatérale maintient la tête en position verticale, la rejette et courbe également la colonne cervicale. Avec une coupe unilatérale, il incline la tête dans sa direction et se tourne vers l'opposé. Le muscle de la tête de la tête déplie le rachis cervical et tourne la tête dans la même direction. La ceinture du cou étend la colonne cervicale et tourne le cou vers la contraction.

Les pentes vers le chato sont combinées avec sa rotation, car cela est favorisé par la localisation des articulations intervertébrales. Le mouvement est autour d'un axe qui ne se trouve pas exactement dans la direction sagittale, et est inclinée vers l'avant et vers le bas, de sorte que l'inclinaison du côté accompagné par la rotation du corps vers le côté où la bosse est formée au niveau d'une inclinaison de la colonne vertébrale. La combinaison de pentes sur les côtés avec rotation est une caractéristique très importante qui explique certaines des propriétés des coudes scoliotiques. Dans la région des 17ème et 18ème paires biocinétiques, les pentes des côtés de la colonne vertébrale sont combinées avec sa rotation dans un côté convexe ou concave. Dans ce cas, il est habituel de mettre en œuvre une telle triade de mouvements: basculer sur le côté, se pencher en avant et tourner vers la convexité. Ces trois mouvements sont généralement réalisés avec des coudes scoliotiques.

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7]

Groupes fonctionnels de muscles qui assurent le mouvement de la colonne vertébrale

Section du cou: mouvements autour de l'axe avant

Flexion

  1. Muscle mastocytaire-mastoïdien
  2. Escalier antérieur
  3. Escalier de retour
  4. Muscle long cou
  5. Le long muscle de la tête
  6. Muscle droit antérieur de la tête
  7. Muscle sous-cutané du cou
  8. Bêche-et-hyoïde
  9. Muscle du sein-hyoïde
  10. Poitrine et thyroïde
  11. Duodénum Subctal
  12. Muscle dorsal
  13. Szilovidyazychnaya musculaire
  14. Muscle de la mâchoire
  15. Muscle Chin-hyoïde

Mouvement autour de l'axe sagittal

  1. Muscle long cou
  2. Escalier antérieur
  3. Escalier moyen
  4. Escalier de retour
  5. Muscle trapèze
  6. Muscle mastocytaire-mastoïdien
  7. Muscle, redressant la colonne vertébrale
  8. Muscle de la nuque
  9. Le long muscle de la tête

Mouvement autour de l'axe vertical - torsion

  1. Escalier antérieur
  2. Escalier moyen
  3. Escalier de retour
  4. Muscle mastocytaire-mastoïdien
  5. La partie supérieure du muscle trapèze
  6. Muscle de la nuque
  7. Muscle soulevant l'omoplate

Mouvements circulaires dans la région cervicale (circumduction):

Avec la participation alternée de tous les groupes musculaires qui produisent la flexion, l'inclinaison du rhume et l'extension de la colonne vertébrale dans la région cervicale.

Section lombaire: mouvements autour de l'axe avant

Flexion

  1. Muscle ilio-lombaire
  2. Muscle lombaire carré
  3. Muscle abdominal droit
  4. Muscle abdominal oblique externe

Extension (parties thoraciques et lombaires)

  1. Muscle, redressant la colonne vertébrale
  2. Muscle transverse
  3. Muscles interstitiels
  4. Les muscles transversaux
  5. Muscles soulevant les côtes
  6. Muscle trapèze
  7. Le plus grand muscle du dos
  8. Grand muscle en forme de losange
  9. Petit muscle rhomboïde
  10. Muscle postérieur supérieur
  11. Muscle postérieur inférieur

Mouvement latéral (flexion latérale) autour de l'axe sagittal (rachis thoracique et lombaire)

  1. Les muscles transversaux
  2. Muscles soulevant les côtes
  3. Muscle abdominal oblique externe
  4. Muscle abdominal oblique interne
  5. Muscle abdominal transverse
  6. Muscle abdominal droit
  7. Muscle lombaire carré
  8. Muscle trapèze
  9. Le plus grand muscle du dos
  10. Grand muscle en forme de losange
  11. Muscle postérieur supérieur
  12. Muscle postérieur inférieur
  13. Muscle, redressant la colonne vertébrale
  14. Muscle transversal-aristé

Mouvement autour de l'axe vertical - torsion

  1. Le muscle lombaire iléal
  2. Muscles soulevant les côtes
  3. Muscle lombaire carré
  4. Muscle abdominal oblique externe
  5. Muscle abdominal oblique interne
  6. Muscle intercostal externe
  7. Muscle intercostal interne
  8. Muscle trapèze
  9. Grand muscle en forme de losange
  10. Le plus grand muscle du dos
  11. Muscle postérieur supérieur
  12. Muscle postérieur inférieur
  13. Muscle, redressant la colonne vertébrale
  14. Muscle transverse

Mouvements de rotation circulaires avec des axes mixtes (circumduction): avec une contraction alternée de tous les muscles du tronc qui produisent l'extension, creux sur le côté et la flexion de la colonne vertébrale.

!
Trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.
You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.