^
A
A
A

Décollement de l'ovule en début de grossesse

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 18.10.2021
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

L'un des problèmes qui surviennent au début de la grossesse est le détachement de l'ovule. Considérez les principales causes de la pathologie, les symptômes, les méthodes de traitement.

Le premier trimestre de la grossesse est une période importante tant pour la mère que pour l'enfant à naître. À ce stade, les organes clés, les systèmes du bébé sont posés et un grand nombre de fausses couches spontanées se produisent. L'une des raisons de l'interruption de grossesse est le détachement de l'ovule.

L'utérus  est un organe musculaire qui se contracte périodiquement. Pendant la grossesse, l'ovule s'attache à ses parois et se développe. À ce moment, le placenta est formé, c'est-à-dire le chorion. C'est la coquille villeuse de l'embryon qui recouvre la surface de l'œuf. Par le chorion, le fœtus reçoit de l'oxygène et tous les nutriments. La formation d'un placenta à part entière est observée à la fin du premier mois après la conception. [1]

Egguf fertile :

  • Il s'agit d'un ovule fécondé à l'aide d'un spermatozoïde, qui est fixé sur les parois de l'utérus.
  • C'est le début du développement embryonnaire du fœtus et agit comme la première structure déterminée par échographie.
  • Un mois après la conception, un sac vitellin est déterminé dans l'œuf, dont la présence indique un déroulement sain de la grossesse.
  • Il a une forme ronde ou ovale, dont la taille augmente progressivement, ce qui vous permet d'établir la période exacte de gestation et d'identifier les violations possibles.

Contrairement à l'utérus, le chorion ne se contracte pas, par conséquent, avec une forte contraction de l'organe dans les premiers stades, un détachement partiel ou complet se produit. Ce problème survient dans 2% de toutes les grossesses et varie en gravité et en symptômes. [2]

Le terme détachement fait référence à deux conditions : le détachement immédiat (stades précoces) et l'état critique (milieu ou fin de grossesse). Dans le premier cas, c'est un signal alarmant d'une éventuelle fausse couche.

Épidémiologie

Selon la Classification internationale des maladies CIM-10, les fausses couches spontanées appartiennent à la catégorie XV Grossesse, accouchement et puerpéralité (O00-O99) :

  • O03 Avortement spontané.
  • O02.1 Échec de la fausse couche.
  • O20.0 Avortement menacé.

Selon les statistiques médicales, environ 10 à 15 % de toutes les grossesses se terminent par une fausse couche précoce. De plus, plus de 50 % des fausses couches sporadiques (accidentelles) sont associées à des anomalies génétiques du fœtus. [3]

Le décollement de l'ovule est étroitement lié à l'âge de la femme enceinte, plus la femme est âgée, plus le risque d'avortement est élevé :

  • Jusqu'à 35 ans - 15%
  • 35-45 ans - 20-35%
  • Plus de 45 ans - 50%
  • Antécédents de fausses couches - 25%

En raison de l'action de certains facteurs, l'embryon meurt, puis le détachement de l'ovule des parois utérines commence. Pendant cette période, une femme a un écoulement sanglant, car l'exfolié est retiré de la cavité utérine. Pour confirmer un avortement spontané, une détermination quantitative de la bêta-hCG et des diagnostics échographiques sont effectués. [4], [5]

Causes décollements en début de grossesse

De nombreux facteurs peuvent déclencher le passage de l'ovule au cours du premier trimestre. Le plus souvent, l'état pathologique est associé aux raisons suivantes:

  • Troubles hormonaux.
  • Histoire de l'avortement.
  • Maladies de la reproduction.
  • Tumeurs.
  • Pathologies inflammatoires des organes pelviens.
  • Anomalies génitales chez une femme.
  • Maladies virales et infectieuses pendant la grossesse.
  • MST.
  • Hypertension artérielle.
  • Augmentation de l'activité physique.
  • Pathologies héréditaires.
  • Conflit rhésus entre la mère et le fœtus.
  • Troubles du développement du placenta, embryon.
  • Mauvaises habitudes d'une femme : tabagisme, toxicomanie, alcoolisme.
  • L'impact négatif des facteurs environnementaux.

La cause la plus fréquente de décollement est le déficit en progestérone. Avec cette pathologie, le corps féminin ne produit pas assez de progestérone, responsable du port normal d'un enfant. [6]

Facteurs de risque

Le risque de détachement de l'ovule au début de la grossesse augmente considérablement lorsque le corps est exposé à de tels facteurs:

  • Stress et expériences émotionnelles.
  • Âge de plus de 35 ans.
  • Activité physique épuisante.
  • Mauvaises habitudes.
  • Conflit rhésus.
  • Tumeurs tumorales.
  • Carence en progestérone.
  • Maladies d'une femme enceinte: vénérienne, infectieuse, virale, inflammatoire.
  • Prendre certains médicaments.
  • Pathologies héréditaires et plus.

N'importe lequel de ces facteurs peut provoquer un avortement spontané. Un risque élevé de fausse couche est caractéristique de la période où le placenta n'est pas encore complètement formé, c'est-à-dire des premiers jours de la fécondation à 16 semaines. Pendant cette période, une femme doit se protéger autant que possible de l'action de tout facteur pathologique. [7]

Pathogénèse

Le mécanisme de développement d'une fausse couche spontanée aux premiers stades de la gestation est associé à de nombreux facteurs. La pathogenèse du détachement peut être causée par de tels virus chez une femme: cytomégalovirus, herpès, parvovirus, rubéole. Les pathologies chromosomiques ou héréditaires sont une autre cause possible de fausse couche. 

Considérez l'étiopathogénie des principales causes de décollement de l'ovule :

  1. Pathologies utérines - anomalies dans le développement du canal de Muller, synéchie du plateau utérin, hypoplasie de l'utérus, lésions organiques dues à l'avortement, insuffisance isthmique-cervicale,
  2. Maladies endocriniennes - hypofonction ovarienne, insuffisance lutéale, hyperandrogénie surrénale, hyperthyroïdie, hypothyroïdie, diabète. Troubles du travail des ovaires, des glandes surrénales et d'autres glandes endocrines. Dans ce cas, une fausse couche peut survenir à la fois lors d'une conception spontanée et lors d'une grossesse induite par un médicament.
  3. Anomalies chromosomiques - anomalies structurelles, aberrations chromosomiques quantitatives. Violations de l'immunité cellulaire et humorale chez la femme, incompatibilité isosérologique du groupe sanguin et du facteur Rh de la mère et du fœtus.
  4. Intoxication du corps - le plus grand danger est l'empoisonnement au plomb, au mercure, à l'essence, à la nicotine et à d'autres substances toxiques. Les fausses couches précoces sont fréquentes chez les femmes exposées aux rayonnements ionisants ou travaillant dans l'industrie chimique.
  5. Incompatibilité isoantigénique du sang de la matière fœtale - avec cette anomalie, les antigènes fœtaux pénètrent dans le placenta dans le corps de la femme et provoquent la formation d'anticorps spécifiques. De ce fait, une maladie hémolytique, une mort fœtale intra-utérine et d'autres pathologies peuvent se développer.
  6. Maladies et anomalies dans le développement des organes génitaux. Par exemple, avec le myome utérin, l'implantation de l'ovule peut se produire sur le nœud myomateux, qui est une muqueuse amincie. Pour cette raison, l'embryon ne reçoit pas une nutrition suffisante et ne peut pas se développer pleinement.
  7. Antécédents d'avortement - l'interruption artificielle de la grossesse provoque des troubles des systèmes nerveux et endocrinien. Dans ce contexte, le développement de maladies inflammatoires, l'endométrite chronique est possible. Avec l'ablation instrumentale du fœtus pendant l'expansion du col de l'utérus, des dommages à ses structures musculaires sont possibles. Cela entraîne une insuffisance du canal isthmo-cervical et une fausse couche de toutes les grossesses ultérieures.
  8. Maladies infectieuses - une fausse couche peut provoquer à la fois des infections chroniques et des lésions locales des organes génitaux par la flore bactérienne, les virus, les champignons et d'autres agents pathogènes. Les lésions inflammatoires des organes génitaux entraînent une perturbation de la structure et des fonctions des couches principales de l'endomètre et du myomètre. De ce fait, des adhérences, des néoplasmes tumoraux dans le petit bassin, une rétroflexion fixe et d'autres pathologies qui perturbent la croissance du fœtus apparaissent.

De plus, il ne faut pas exclure les facteurs psychogènes, dont l'action augmente le risque de fausse couche. L'une des raisons ci-dessus entraîne une augmentation de l'activité contractile de l'utérus et un détachement de l'ovule. Si une fausse couche survient au début du trimestre I-II, l'ovule est séparé de l'utérus sans ouvrir la vessie fœtale. [8]

Symptômes décollements en début de grossesse

Les symptômes de l'avortement spontané se manifestent par une détérioration du bien-être de la femme. Pendant cette période, un décollement du chorion se produit, les vaisseaux grâce auxquels il a pénétré dans l'utérus sont rompus et un hématome se forme.

Les principaux symptômes d'une fausse couche comprennent :

  • Maux de dos similaires aux crampes menstruelles.
  • Attaques de crampes dans le bas-ventre.
  • Écoulement sanglant avec caillots, indiquant le retrait de l'ovule exfolié de la cavité utérine.
  • Diminution ou absence totale des signes de grossesse : nausées, douleurs thoraciques, sautes d'humeur, etc.

Dans la plupart des cas, un avortement précoce commence par un écoulement de spotting qui se transforme en saignement. De tels symptômes sont la raison d'une attention médicale urgente. 

Premiers signes

Une fausse couche spontanée peut survenir à n'importe quel stade de la grossesse, mais le plus souvent elle survient au cours des premiers mois de la gestation. Au premier trimestre, il existe un risque élevé de formation d'hématome rétrochorial.

Les premiers signes de détachement de la formation fœtale :

  • Crampes douloureuses dans le bas-ventre.
  • Douleurs tiraillantes dans le bas du dos.
  • Écoulement vaginal rouge vif ou foncé.
  • Sensation de spasme de l'utérus.
  • Écoulement abondant sanglant et coagulé.

Si l'hématome ne commence pas à se vider, l'écoulement ne se produit pas, la femme se plaint de douleurs et d'une détérioration générale du bien-être. L'apparition d'écoulements bruns indique une diminution de l'hématome et est la raison de consulter un gynécologue. Dans 30% des cas, la fausse couche est asymptomatique et ne peut être diagnostiquée qu'à l'aide d'une échographie de dépistage. [9]

Étapes

Il y a plusieurs étapes de détachement de l'ovule :

  1. Avortement menacé - la femme ressent de la douleur, il y a des saignements mineurs du vagin. Si vous demandez une aide médicale en temps opportun, il y a des chances de maintenir la grossesse.
  2. Fausse couche naissante - douleur associée à un écoulement sanglant. Il y a encore des chances de maintenir la grossesse.
  3. Avortement sur le pouce - douleurs aiguës, écoulement sanglant abondant avec caillots. La grossesse ne peut pas être maintenue.
  4. Avortement terminé - l'ovule quitte complètement la cavité utérine, le saignement s'arrête.

Le rejet fœtal avant 12 semaines est appelé fausse couche précoce, et l'avortement spontané avant 22 semaines est appelé tardif. [10]

Formes

Des études ont montré que les membranes fœtales exfolient de différentes manières. Par conséquent, il existe plusieurs types d'avortement spontané dans les premiers stades, considérez-les:

  1. Grossesse biochimique - le rejet s'est produit avant même le retard de la menstruation. L'échographie ne détecte pas l'ovule, mais dans l'analyse de l'hCG, il existe des indicateurs accrus. Le plus souvent, un tel détachement est associé à des défauts de l'ovule ou à des troubles hormonaux chez une femme.
  2. Détachement complet - membranes fœtales détachées des parois utérines, l'embryon est mort. L'utérus se contracte et se débarrasse du fœtus. La femme ressent des tiraillements dans le bas-ventre, qui irradient vers le sacrum et le bas du dos. Des saignements abondants sont possibles.
  3. Avortement incomplet - lorsqu'une partie de l'ovule quitte l'utérus, des tissus restent dans l'utérus qui perturbent sa contraction et son hémostase. De ce fait, il existe un risque de saignement sévère et de choc hémorragique. Même si le saignement est mineur, le risque de son exacerbation demeure dû aux parties restantes de l'ovule, à l'infection ou à la formation d'un polype placentaire.
  4. Échec de la fausse couche - l'ovule cesse de se développer, mais n'est pas rejeté. Il subit une résorption et passe par plusieurs étapes : sanglante, charnue, litoneedion (fossilisation). Cette anomalie peut survenir à n'importe quel moment de la gestation. Le diagnostic repose sur une hémorragie à partir de sang non coagulé. Dans l'anamnèse, ces femmes enceintes peuvent avoir une angine de poitrine.
  5. Grossesse cervicale - l'ovule se développe dans le canal cervical, c'est-à-dire dans la zone de son isthme. Le rejet se produit à 4-6 semaines de gestation. La femme a des saignements abondants, ce qui met sa vie en danger. Pour le traitement, une hystérectomie et une thérapie de remplacement du sang sont effectuées.
  6. L'avortement septique (fébrile) est une maladie grave causée par une immunodéficience primaire ou secondaire. Le décollement est associé à la pénétration d'une surinfection avec une flore résistante aux antibiotiques dans le vagin et l'utérus. La femme se plaint d'une faiblesse générale, d'une hyperthermie, d'une tachycardie, de douleurs aiguës dans le bas-ventre, d'un écoulement sanglant et purulent de l'appareil génital. La femme enceinte a besoin de soins médicaux d'urgence et d'une hospitalisation.

Quel que soit le type de fausse couche spontanée, une femme a besoin d'une aide médicale et psychologique. 

Complications et conséquences

Le risque de développer des complications après une fausse couche dépend de nombreux facteurs. Tout d'abord, c'est la période à laquelle le rejet de l'ovule s'est produit, l'âge de la femme, le type d'avortement spontané, etc.

Les principales conséquences de cette pathologie sont :

  • Avortement incomplet, dans lequel une partie de l'ovule et du placenta reste dans l'utérus. Il est dangereux en cas de saignement grave et de syndrome infectieux.
  • Maladies infectieuses et inflammatoires de l'appareil reproducteur.
  • Troubles hormonaux.
  • Difficultés de conception et de portage ultérieurs du fœtus.
  • Hématomètre - une violation de l'évacuation du sang de la cavité utérine. En raison d'une faible contractilité ou de spasmes du col de l'utérus, des caillots sanguins s'y accumulent. La femme se plaint de douleurs aiguës dans le bas-ventre et d'une sensation de plénitude, il n'y a pas de spotting.
  • Violation du cycle menstruel.
  • Insuffisance isthmico-cervicale.
  • Érosion cervicale.
  • Polype placentaire - avec détachement incomplet de l'ovule, une partie du placenta reste dans l'utérus, qui finit par se développer avec le tissu conjonctif et est étroitement attaché aux parois de l'organe. La femme souffre de douleurs et de spottings occasionnels, qui peuvent se transformer en saignements abondants.
  • Problèmes psychologiques, dépression. [11]

Dans la plupart des cas, les conséquences du détachement de l'ovule aux premiers stades de la gestation ne présentent pas de danger pour la vie et la santé d'une femme. Pour la prévention d'éventuelles complications, les gynécologues recommandent d'effectuer un curetage obligatoire de l'utérus et une échographie de contrôle après 2-3 semaines.

Diagnostics décollements en début de grossesse

Pour évaluer l'état du patient et diagnostiquer une fausse couche spontanée, une anamnèse, une analyse des plaintes, un examen physique et un ensemble d'études supplémentaires sont effectués. L'évaluation primaire des paramètres hémodynamiques est obligatoire.

  • Analyse des plaintes et recueil de l'anamnèse - caractéristiques du cycle menstruel, grossesses et avortements antérieurs, maladies gynécologiques, résultats de l'échographie. La présence de symptômes de grossesse précoce: saignements vaginaux, douleurs dans le bas-ventre et le bas du dos, retard des règles. Test urinaire HCG.
  • Examen physique - température, tension artérielle, fréquence cardiaque. Examen et palpation de l'abdomen (douleurs, ballonnements, tension des muscles de la paroi abdominale antérieure), examens vaginaux (examen au miroir pour déterminer la source et estimer la quantité de saignement). Évaluation bimanuelle de la consistance et de la longueur du col de l'utérus, de l'état du canal cervical, de la douleur des appendices et des voûtes vaginales.
  • Examen instrumental des organes pelviens (échographie transvaginale ou transabdominale) et tests de laboratoire.

Une approche diagnostique intégrée permet de détecter le décollement de l'ovule à un stade précoce et, si possible, d'éviter une fausse couche complète. En outre, la recherche d'une aide médicale en temps opportun évite des complications graves en cas de décharge incomplète de l'embryon. [12]

Analyses

Des tests de laboratoire en combinaison avec les résultats de l'échographie peuvent diagnostiquer une fausse couche. Les tests qui doivent être passés au patient:

  • Test sanguin clinique.
  • Détermination du niveau d'hCG.
  • Détermination du groupe sanguin (à risque de perte de sang).
  • Test de MST.
  • Analyse des maladies infectieuses.
  • Examen microscopique de l'écoulement du col de l'utérus.

L'analyse de la gonadotrophine chorionique humaine est une hormone formée après l'implantation d'un embryon dans la cavité utérine. Après une fausse couche, le taux d'hCG est augmenté, ce qui permet de diagnostiquer un avortement spontané. L'analyse des maladies infectieuses et d'autres tests de laboratoire peuvent déterminer la cause de la fausse couche et, si possible, prévenir l'échec de futures grossesses. [13]

Diagnostic instrumental

En cas de fausse couche précoce, une échographie transvaginale ou transabdominale est réalisée pour détecter les signes de détachement de l'ovule et le retard de ses restes dans l'utérus. La première échographie est une étude à travers le vagin à l'aide d'une sonde endovaginale, qui vous permet d'examiner la structure de l'utérus et des ovaires avec un maximum de détails.

Si un examen transvaginal ne peut pas être effectué, un examen transabdominal est indiqué. Cela se fait avec une vessie pleine. Il vous permet d'étudier l'état des organes pelviens, de l'utérus et des appendices, d'identifier les pathologies des organes reproducteurs.

Résultats de recherche possibles :

  • Avortement complet - le diamètre intérieur moyen de l'ovule> 20-25 mm, l'embryon n'est pas visualisé. L'épaisseur de l'endomètre est inférieure à 15 mm, les produits de conception restants ont été préalablement identifiés.
  • Grossesse non en développement - embryon > 7-8 mm, aucune palpitation n'est visualisée.
  • En cas de fausse couche incomplète, un tissu d'un diamètre supérieur à 15 mm est présent dans l'utérus.
  • Grossesse extra-utérine - la cavité utérine est vide, mais agrandie, comme les appendices. Il existe des signes d'hyperplasie de l'endomètre.
  • Fausse couche septique - signes d'avortement complet ou incomplet, lésion infectieuse ascendante de la cavité utérine et de ses appendices, péritoine, abcès pelvien.

Si une femme a un cycle menstruel long ou irrégulier, une deuxième échographie est montrée une semaine après la première.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est une composante obligatoire des examens de rejet de la formation fœtale en début de grossesse.

Les fausses couches se différencient par les pathologies suivantes :

  • Tumeurs du vagin et du col de l'utérus. Des taches abondantes peuvent indiquer un ectropion, c'est-à-dire une éversion de la membrane muqueuse du canal cervical. Pour identifier la maladie, un examen dans les miroirs, une colposcopie sont effectués.
  • Une autre cause possible de saignement vaginal est le cycle anovulatoire, dans lequel la menstruation est souvent retardée. Pour le diagnostic, un test hCG (négatif) et un examen bimanuel de l'utérus sont effectués.
  • La différenciation se fait par dérive kystique. Avec cette pathologie, l'écoulement apparaît sous forme de bulles et la taille de l'utérus est supérieure à la période de gestation attendue. Une échographie est montrée pour confirmer le diagnostic.
  • Avec une grossesse extra-utérine, des pertes sanglantes, des douleurs aiguës, une sensation de pression sur la vessie apparaissent. Le test HCG est positif. Avec le diagnostic bimanuel, la douleur est déterminée lorsque le col de l'utérus bouge. L'organe est plus petit qu'il ne devrait l'être au moment de la grossesse prévue. A la palpation des trompes de Fallope, un épaississement et un gonflement des culs-de-sac est possible. Lors d'une échographie, un ovule fœtal est déterminé dans la trompe de Fallope. Lorsqu'il se rompt, le sang s'accumule dans la cavité abdominale.

Les résultats du diagnostic différentiel permettent de poser un diagnostic définitif d'avortement spontané à un stade précoce. [14]

Traitement décollements en début de grossesse

Si la suspicion de détachement de l'ovule est confirmée, la femme est envoyée à l'hôpital. Une grossesse qui peut être sauvée nécessite une hospitalisation et une surveillance médicale, la patiente est donc hospitalisée. L'objectif principal du traitement est de détendre l'utérus, d'arrêter les saignements et de prolonger la gestation, à condition que l'embryon/le fœtus soit viable.

À ce stade, la femme doit bénéficier d'une paix totale, à la fois physique et émotionnelle. Même un péristaltisme intestinal trop actif est dangereux, par conséquent, les aliments diététiques sont recommandés avec le rejet des aliments qui affaiblissent ou provoquent des flatulences. Les contacts sexuels sont également interdits. [15]

Une composante obligatoire de la thérapie est constituée de médicaments qui arrêtent les saignements, réduisent le tonus de l'utérus et soulagent la douleur. Mais lors de l'utilisation de médicaments au premier trimestre, le risque de leurs effets tératogènes et embryotoxiques doit être pris en compte. [16]

Médicaments

Dans la plupart des cas, le décollement de l'ovule aux premiers stades de la gestation nécessite un traitement médicamenteux. Les médicaments sont sélectionnés par le médecin en fonction de l'état de la femme enceinte, du type de rejet, de la durée et de l'état de santé général.

  • En cas de fausse couche menaçante ou naissante, un traitement hormonal est très souvent effectué. En cas d'insuffisance préalablement diagnostiquée de la fonction du corps jaune, des gestagènes sont utilisés : Allylestrenol, Turinal. Mais ces médicaments sont contre-indiqués pour les femmes atteintes d'hyperandrogénie surrénalienne, on leur prescrit donc des corticostéroïdes: Prednisolone, Dexaméthasone. [17]
  • Les médicaments à base de progestérone ont un effet positif sur le statut hormonal d'une femme enceinte et éliminent le risque de fausse couche. Le plus souvent, les patients se voient prescrire de l'acétoméprégénol.
  • Pour les femmes présentant des anomalies dans le développement de l'utérus, une hypoplasie, une hypofonction ovarienne, en plus des gestagènes, des œstrogènes sont prescrits: Ethinylestradiol, Microfollin, Folliculin, Estradiol dipropionate.
  • Pour les patientes présentant une hypofonction ovarienne corrigée, le médicament Choriogonin est utilisé dans le contexte d'un traitement par progestatifs et œstrogènes.
  • Lorsque le détachement commence par des saignements, on utilise Ascorutin, Ditsinon, Etamzilat.
  • En cas d'avortement incomplet, une perfusion intraveineuse d'ocytocine ou de prostaglandine F2 peut être utilisée pour retirer l'ovule.
  • En cas de saignement prolongé après avoir vidé l'utérus, il est indiqué par l'utilisation de médicaments qui contribuent à la contraction de l'organe : Méthylergométrine, Ergotal, Hydrotartrate d'Ergotamine. Ces fonds sont injectés par voie sous-cutanée, intramusculaire, lentement dans une veine ou un col de l'utérus.

Considérons plus en détail les principaux groupes de médicaments utilisés pour le rejet de l'ovule au premier trimestre:

  1. Médicaments antispasmodiques
    1. Papavérine

Agent antispasmodique myotrope. Réduit le tonus et la contractilité des muscles lisses. Il a des propriétés vasodilatatrices et antispasmodiques.

  • Indications d'utilisation: spasmes des muscles lisses des organes abdominaux, spasmes des voies urinaires et des vaisseaux cérébraux, spasmes des vaisseaux périphériques.
  • Mode d'application : par voie sous-cutanée, intramusculaire et intraveineuse. La posologie et la durée du traitement sont déterminées par le médecin traitant.
  • Contre-indications: intolérance aux composants du médicament, hypotension artérielle, coma, dépression respiratoire, glaucome, insuffisance rénale, syndrome broncho-obstructif.
  • Effets indésirables : maux de tête et vertiges, somnolence, diminution temporaire de l'acuité visuelle, nausées, altération des selles, sécheresse de la bouche, augmentation de l'activité des enzymes hépatiques. Arythmie, palpitations, réactions allergiques cutanées, apnée. Un surdosage a des symptômes similaires. Il n'y a pas d'antidote spécifique, le traitement est symptomatique.

Forme de libération : ampoules de 2 ml, 10 pièces par paquet.

  1. Non-shpa

Le médicament avec l'ingrédient actif est la drotavérine. Il a un effet antispasmodique fort et à long terme sur le corps. Développe les vaisseaux sanguins et normalise la motilité intestinale. Ne pénètre pas la barrière hémato-encéphalique et n'affecte pas le système nerveux central.

  • Indications d'utilisation: spasmes des muscles lisses d'étiologie et de localisation diverses, maux de tête et stress, algoménorrhée, colite, gastrite.
  • Mode d'application : 120-240 mg par jour, répartis en 2-3 doses. La durée du traitement dépend de la gravité de l'état douloureux.
  • Effets secondaires : maux de tête, vertiges, troubles du système nerveux central, difficulté à déféquer, nausées et vomissements, tachycardie, hypotension, réactions allergiques.
  • Contre-indications: hypersensibilité aux composants du médicament, insuffisance rénale / hépatique, intolérance au lactose, allaitement, insuffisance cardiaque,
  • Surdosage : violation du rythme et de la conduction du muscle cardiaque. Le traitement vise à maintenir le fonctionnement normal du corps.

Forme de libération: comprimés de 10 pièces dans un blister, 2 blisters dans un emballage.

  1. Métacine

Agent M-anticholinergique utilisé dans les maladies avec spasmes des muscles lisses. Il est prescrit pour les ulcères gastro-intestinaux, la gastrite, les coliques rénales et hépatiques. En anesthésiologie pour réduire la sécrétion des glandes salivaires et bronchiques.

Mode d'application: par voie orale, 20-40 mg 2-3 fois par jour, par voie parentérale, 0,5-2 ml d'une solution à 0,1%. Les effets secondaires et les symptômes de surdosage se manifestent par des difficultés à uriner, une bouche sèche, une constipation. La métacine est contre-indiquée en cas d'augmentation de la pression intraoculaire, d'hypertrophie prostatique. Le médicament a deux formes de libération: comprimés de 20 mg, 10 pièces par paquet, ampoules de 1 ml de solution à 0,1%, 10 pièces par paquet.

  1. Baralgin

Il a des propriétés antispasmodiques et analgésiques prononcées. Il est utilisé pour les spasmes des muscles lisses : spasmes des uretères, dysménorrhée spastique, spasmes de l'estomac et des intestins, ténesme de la vessie et autres pathologies.

  • Le médicament est pris par voie orale 1-2 comprimés 2-3 fois par jour. Dans les cas particulièrement graves, Baralgin est administré par voie intramusculaire ou intraveineuse.
  • Contre-indications: intolérance aux composants du médicament, granulocytopénie, tachyarythmie, glaucome, hypertrophie de la prostate, insuffisance de la circulation coronarienne.
  • Effets secondaires : réactions allergiques. Le surdosage a des symptômes similaires, un traitement symptomatique.

Forme de libération: comprimés de 20 pièces et ampoules de 5 ml, 5 pièces par emballage.

En outre, l'administration intramusculaire d'une solution à 25% de sulfate de magnésium aidera à détendre les muscles de l'utérus.

  1. Hémostatique
  1. Étamsilat

Augmente la formation de mucopolysaccharides dans les parois des capillaires et augmente leur stabilité. Il normalise leur perméabilité, améliore la microcirculation et a un effet hémostatique.

Stimule la formation de facteur III de coagulation sanguine, normalise le taux d'adhésion plaquettaire. N'affecte pas le temps de Quick, ne provoque pas d'augmentation de la coagulation sanguine et ne contribue pas à la formation de caillots sanguins.

  • Indications d'utilisation : saignement capillaire dans les angiopathies diabétiques. Interventions chirurgicales en oto-rhino-laryngologie et ophtalmologie, dentisterie, urologie en pratique chirurgicale et gynécologique. Cas d'urgence avec hémorragie intestinale et pulmonaire et diathèse hémorragique.
  • Mode d'application : intraveineux, intramusculaire, oral, sous-conjonctival, rétrobulbaire. La posologie et la durée du traitement sont déterminées par le médecin traitant.
  • Contre-indications : saignements causés par les anticoagulants. Il est prescrit avec prudence chez les patients ayant des antécédents de thrombose et d'embolie. Les cas de surdosage et les effets indésirables n'ont pas été identifiés.

Forme de libération : solution à 12,5% en ampoules de 2 ml, 10, 50 ampoules par emballage. Comprimés 250 mg, 50 et 100 pièces par emballage.

  1. Trenax

Médicament antifibrinolytique, contient l'ingrédient actif - l'acide tranexamique. Il ralentit le processus de fibrinolyse, a un effet hémostatique local et systémique. Il pénètre bien dans le liquide synovial, créant des concentrations plasmatiques égales. Dans le liquide cérébral, le niveau de composants actifs est d'environ 10%. L'acide tranexamique ne se lie pas à l'albumine plasmatique. Il est excrété par les reins sous forme inchangée et sous forme de métabolites.

  • Indications d'utilisation: traitement à court terme de l'hémorragie chez les patients présentant une fibrinolyse totale accrue, y compris des lésions malignes du pancréas et de la prostate, interventions chirurgicales, hémorragie du post-partum. Saignements nasaux, utérins et gastro-intestinaux, hématurie, saignement après conisation du col de l'utérus, prostatectomie. Angiœdème héréditaire et dermatoses allergiques.
  • Mode d'application : par voie orale 1-1,5 g 2 à 3 fois par jour. La durée du traitement dépend de la gravité de l'état douloureux.
  • Effets secondaires : douleur dans la région épigastrique, nausées, vomissements, troubles des selles, maux de tête et vertiges, urticaire, démangeaisons, thrombose, thromboembolie.
  • Contre-indications: intolérance individuelle aux composants du médicament, dysfonctionnement rénal sévère, thrombophlébite, hématurie macroscopique, infarctus du myocarde, hémorragies sous-arachnoïdiennes, risque élevé de formation de thrombus.
  • Surdosage : douleurs dans la région épigastrique, nausées et vomissements, hypotension orthostatique. Il n'y a pas d'antidote spécifique, le traitement est symptomatique.

Forme de libération : 6 comprimés dans une bande, 2 bandes dans un emballage.

  1. Ascorutine

Réduit la perméabilité capillaire, bloque l'enzyme hyaluronidase. Empêche la peroxydation lipidique des membranes cellulaires. Il est utilisé pour augmenter la perméabilité vasculaire, l'hypovitaminose et l'avitaminose R.

Le médicament est pris 1 comprimé 2-3 fois par jour. Non utilisé en cas d'intolérance aux principes actifs. Les cas de surdosage et les effets indésirables n'ont pas été identifiés. L'ascorutine est disponible sous forme de comprimés de 10 et 50 pièces par paquet.

  1. Dicinon

Agent antihémorragique. Supprime la dégradation des mucopolysaccharides de la paroi vasculaire, normalise sa perméabilité dans les processus pathologiques. Le médicament agit de manière hémostatique, augmente le taux de formation d'un thrombus primaire. Il n'a aucun effet sur le temps de Quick et n'a pas d'effet hypercoagulable.

Montre une activité après 5-10 minutes avec l'injection et après 1-2 heures avec l'administration orale. Conserve son effet pendant 4 à 8 heures. Au cours du traitement, l'effet thérapeutique dure 5 à 8 jours.

  • Indications d'utilisation : saignements parenchymateux et capillaires lors d'interventions chirurgicales en oto-rhino-laryngologie, ophtalmologie, dentisterie, gynécologie. Chirurgie d'urgence pour arrêter les saignements aigus, maladies du système sanguin, diathèse hémorragique.
  • Mode d'application : intraveineux / intramusculaire, oral. La posologie et la durée du traitement sont déterminées par le médecin traitant.
  • Effets secondaires : maux de tête et vertiges, altération de la sensibilité des membres inférieurs. Nausées, vomissements, brûlures d'estomac, lourdeur dans la région épigastrique. Diminution de la tension artérielle, hyperémie de la peau.
  • Contre-indications : hémorragies et saignements en cas de surdosage anticoagulant, porphyrie, thromboembolie, thrombose. Aucun cas de surdosage aigu n'a été enregistré.

Forme de libération : comprimés de 50 et 500 mg, solution injectable à 5 % et 12,5 %.

  1. Sédatifs
    1. Persen

Médicament à effet sédatif léger à base de plantes. Contient de l'extrait de valériane et de mélisse. Apaise, soulage l'irritabilité et le stress psycho-émotionnel, l'agitation. Améliore l'endormissement, mais ne provoque pas de somnolence pendant la journée.

  • Indications d'utilisation : névroses, agitation psycho-émotionnelle, diminution de l'attention, insomnie, anxiété, dystonie vasculaire. Troubles psychosomatiques avec facteurs de stress. Retrait des sédatifs puissants.
  • Mode d'application : par voie orale 2-3 gélules 1 à 3 fois par jour. La durée du traitement est déterminée par le médecin traitant.
  • Effets secondaires : réactions d'hypersensibilité, tendance à la constipation.
  • Contre-indications : intolérance aux constituants du médicament, pratique pédiatrique.
  • Surdosage : faiblesse, maux de tête et vertiges, nausées, douleurs spastiques dans les organes internes, tremblements des extrémités, mydriase. Les symptômes douloureux disparaissent d'eux-mêmes un jour après l'administration.

Forme de libération : comprimés entérosolubles en plaquettes thermoformées de 40 pièces, gélules de 20 pièces par emballage.

  1. Novo-Passit

Un produit combiné qui comprend de la guaifénésine et un complexe d'extraits de plantes médicinales : aubépine, houblon, millepertuis, mélisse, passiflore, sureau noir, valériane. Il a des propriétés apaisantes et anti-anxiété. Élimine le stress mental et la peur. Favorise la relaxation des muscles lisses.

  • Indications d'utilisation : irritabilité, formes légères de neurasthénie, anxiété, peur, fatigue, troubles de la mémoire, épuisement mental. Troubles du sommeil, maux de tête, migraines, irritabilité neuromusculaire. Dermatoses, maladies gastro-intestinales fonctionnelles, dystonie végétative-vasculaire.
  • Mode d'application: le sirop et les comprimés sont pris par voie orale. La posologie et la durée du traitement sont déterminées par le médecin, individuellement pour chaque patient.
  • Effets secondaires : maux de tête et vertiges, fatigue, diminution de la concentration, nausées, vomissements, brûlures d'estomac, faiblesse musculaire, démangeaisons, constipation.
  • Contre-indications : faiblesse musculaire, hypersensibilité aux composants médicamenteux, troubles gastro-intestinaux sévères, pratique pédiatrique.

Forme de libération : solution buvable en flacons de 100 ml, comprimés de 10 pièces sous blister.

Comme sédatif, vous pouvez utiliser une infusion de racine de valériane ou d'herbe d'agripaume, 1 cuillère à soupe trois fois par jour. Les thés et décoctions à base de menthe, mélisse, camomille seront utiles.

  1. Les adrénomimétiques, qui ont un effet inhibiteur sur l'activité contractile du myomètre.
    1. Partusisten

Agent tocolytique du groupe pharmacologique des bêta2-adrénostimulants. Son mécanisme d'action est similaire à celui du fénotérol.

  • Indications d'utilisation : la menace d'accouchement prématuré. N'a pas d'effet négatif sur le fœtus et le bébé.
  • Méthode d'application: goutte à goutte intraveineuse de 0,5 mg dans 250-500 ml de solution de glucose à 5%. Par voie orale 5 mg toutes les 2-3 heures, la dose quotidienne maximale est de 40 mg. La durée du traitement est de 1 à 3 semaines.
  • Effets secondaires : tachycardie, tremblements des membres, diminution de la tension artérielle, transpiration, nausées et vomissements, faiblesse musculaire.
  • Contre-indications : arythmies cardiaques, malformations cardiaques, thyréotoxicose, glaucome.

Forme de libération : comprimés de 0,5 mg et ampoules de 0,025 mg.

  1. Fénotérol

Agent adrénomimétique, stimule les récepteurs bêta-adrénergiques de l'utérus et des bronches. Il est utilisé pour soulager les crises d'asthme bronchique, avec emphysème pulmonaire, bronchite asthmoïde spastique. La méthode d'administration et la posologie sont individuelles pour chaque patient, elles sont donc choisies par le médecin traitant.

Les effets secondaires se manifestent par des tremblements des membres, une tachycardie, une augmentation de l'anxiété, de la fatigue, des sueurs, des maux de tête. Une réduction de la posologie est indiquée pour le traitement.

Le médicament est contre-indiqué dans les arythmies cardiaques, l'athérosclérose sévère. Le fénotérol est disponible sous forme de comprimés à 5 mg, d'ampoules à 0,5 mg pour préparations injectables, ainsi que sous forme d'aérosol de 15 ml (300 doses uniques).

  1. Rhythodrine

Médicament qui, dans son mécanisme d'action, est similaire au fénotérol, au salbupartur et à d'autres agonistes bêta2-adrénergiques. Détend les muscles utérins. Il est utilisé comme agent tocolytique pour la menace d'interruption prématurée de la grossesse.

  • Mode d'application : à l'intérieur, 5-10 mg 3-6 fois par jour. La durée du traitement est de 1 à 4 semaines. Si vous soupçonnez un détachement de l'ovule à un stade précoce, le médicament est administré par voie intraveineuse. 50 mg du médicament sont dilués dans 500 ml de solution de chlorure de sodium isotonique et injectés goutte à goutte (10-15 gouttes par minute).
  • Effets secondaires : palpitations cardiaques, tremblements des membres, faiblesse musculaire, transpiration excessive, nausées et vomissements, baisse de la tension artérielle. Les symptômes douloureux sont réduits par l'administration intraveineuse de 30 mg de vérapamil.
  • Contre-indications : arythmies cardiaques, maladie thyroïdienne, malformations cardiaques, augmentation de la pression intraoculaire.


Forme de libération : ampoules de 10 mg et comprimés de 5 mg.

  1. Agents hormonaux
    1. Utrojestan

Le médicament avec l'ingrédient actif est la progestérone micronisée naturelle. Lorsqu'il est introduit dans le corps, il normalise les transformations sécrétoires de la membrane muqueuse de l'utérus. Favorise la transition de l'endomètre de la phase proliférative à la phase sécrétoire. Pendant la grossesse, il réduit la contractilité et l'excitabilité du myomètre et des trompes de Fallope. Stimule la transformation des éléments terminaux des glandes mammaires. [18]

  • Indications d'utilisation: le médicament est utilisé par voie orale pour l'infertilité due à une insuffisance du corps jaune de l'ovaire, des irrégularités menstruelles, une mastopathie, un syndrome prémenstruel.
  • L'administration intravaginale de gélules est indiquée pour maintenir la phase lutéale de la menstruation, comme traitement hormonal substitutif de la ménopause prématurée. Il est prescrit en cas d'infertilité due à une insuffisance du corps jaune de l'ovaire, pour la prévention des fibromes utérins et de l'endométriose. Le médicament est efficace pour les menaces d'avortement et pour le traitement des fausses couches à répétition dues à une carence en progestérone.
  • Mode d'application: les comprimés sont pris par voie orale à 200-300 mg par jour, divisés en deux prises. Les capsules sont insérées profondément dans le vagin avec un dosage choisi par le médecin traitant. Pour menacer l'avortement et pour le traitement préventif des fausses couches à répétition, 400 à 800 mg sont utilisés par voie intravaginale.
  • Effets secondaires : saignements intermenstruels, maux de tête et vertiges, somnolence, réactions d'hypersensibilité. Le surdosage a des symptômes similaires, un traitement symptomatique.
  • Contre-indications: saignements des voies génitales, tendance à la thrombose, avortement incomplet, lésions malignes des organes reproducteurs et des glandes mammaires, porphyrie. Il n'est pas utilisé pour le dysfonctionnement hépatique sévère, les réactions allergiques aux composants du médicament. [19]

Forme de libération : comprimés de 100 mg, 30 pièces sous blister, gélules pour administration intravaginale 200 mg, 14 pièces par emballage.

  1. Duphaston

Le médicament avec l'ingrédient actif est la dydrogestérone (un analogue de la progestérone naturelle). N'a pas d'effets œstrogéniques, corticoïdes et androgènes. N'interfère pas avec la thermogenèse et n'affecte pas les processus métaboliques. Affecte sélectivement les récepteurs progestatifs de la muqueuse utérine. N'affecte pas l'ovulation du follicule.

  • Indications d'utilisation: déficit en progestérone endogène, menace d'avortement, perte fœtale habituelle, syndrome prémenstruel. Hormonothérapie substitutive, syndrome de la ménopause.
  • Mode d'application : en cas de menace d'avortement, prendre 40 mg une fois par jour, puis 10 mg toutes les 8 heures pendant 1 semaine. À l'avenir, la posologie est réduite, mais avec une nouvelle menace d'avortement, les doses sont rétablies. Le médicament peut être pris jusqu'à 12-20 semaines de gestation. En cas de saignement dysfonctionnel, prendre 10 mg deux fois par jour en association avec de l'éthinylestradiol 0,05 mg. Lors de la planification d'une grossesse ou d'une fausse couche à répétition - 10 mg deux fois par jour de 11 à 25 jours du cycle menstruel.
  • Effets secondaires : dans de rares cas, des saignements se développent. Le développement d'une hypersensibilité au médicament est possible.
  • Contre-indications : intolérance à la dydrogestérone ou à d'autres composants du médicament, syndrome de Rotor et Dabin-Johnson. Les cas de surdosage n'ont pas été enregistrés.

Forme de libération : comprimés pour administration orale.

Selon les statistiques, avec un accès rapide aux soins médicaux, environ 80% des cas de rejet de l'éducation fœtale se terminent par le rétablissement du patient sans développement de complications. Avec un recours tardif aux soins médicaux, il est impossible de maintenir la grossesse. Avec une vidange incomplète de la cavité utérine, un grattage chirurgical des produits de conception est effectué. La durée du traitement est individuelle pour chaque patient, mais en moyenne - au moins 10-14 jours. [20], [21]

Vitamines

La thérapie vitaminique est un élément indispensable du traitement de toute maladie ou état pathologique. Les vitamines sont recommandées en début de grossesse et en cas de décollement de l'ovule. Le plus souvent, les femmes se voient prescrire les substances bénéfiques suivantes:

  1. Vitamine E

Le tocophérol améliore les fonctions de reproduction, il est donc prescrit pour une conception réussie. Il a des propriétés antioxydantes, normalise le système nerveux, protège contre le stress. Favorise le développement normal du fœtus au cours du premier trimestre et est responsable du système nerveux central du bébé, protège contre les facteurs environnementaux négatifs. [22]

Prenez de la vitamine E après avoir consulté votre médecin. Ceci est associé au risque de développer des réactions allergiques et des troubles gastro-intestinaux. Le tocophérol se présente sous forme liquide et sous forme de gélules à prendre par voie orale. Dans les premiers stades, la vitamine est prise à raison de 200 mg par jour, divisée en deux doses. La durée du traitement ne doit pas dépasser 1 mois. [23], [24]

  1. Acide folique

La vitamine B9 appartient au groupe des substances hydrosolubles antianémiques. Stimule l'hématopoïèse, participe à la formation des érythrocytes, des leucocytes et des plaquettes. Favorise l'absorption du fer. L'acide folique est impliqué dans la synthèse des acides aminés ADN et ARN, maintenant des niveaux normaux d'homocystéine et dans la maturation de l'œuf. [25]

B9 stimule le cerveau, améliore la mémoire et l'humeur. Normalise les niveaux hormonaux féminins. L'utilisation de la vitamine avant la conception et au cours du premier trimestre réduit le risque de développer des pathologies chez le fœtus. [26]

Une carence en acide folique peut provoquer un décollement placentaire et une fausse couche. Augmente la probabilité de malformations et d'anomalies congénitales chez le fœtus, par exemple, une anomalie du tube neural, une fente palatine, etc. L'acide folique est pris à 0,4 mg par jour. Une surdose du médicament provoque une excitabilité accrue, des troubles gastro-intestinaux, des modifications fonctionnelles des reins. [27]

  1. Magné B6

Le magnésium est impliqué dans de nombreux processus biochimiques dans le corps. La substance normalise le fonctionnement des systèmes immunitaire, nerveux et musculaire, accélère les processus métaboliques et favorise également la restauration du tissu osseux. Pendant la période de gestation, le besoin du corps pour ce micro-élément augmente 2 à 3 fois. [28]

La carence en Magne B6 affecte négativement la santé des femmes et le développement du fœtus. Cela peut entraîner des malformations des articulations et de la valve mitrale du cœur. Le risque de fausse couche et d'accouchement prématuré augmente. Le dosage de la vitamine et la durée de son utilisation sont déterminés par le médecin traitant, individuellement pour chaque patient. [29]

Traitement de physiothérapie

S'il existe une menace de détachement de l'ovule aux premiers stades de la gestation, une physiothérapie peut être prescrite à une femme. Un tel traitement vise à éliminer la menace d'interruption de grossesse et à réduire la charge médicamenteuse sur le corps.

Le plus souvent, les patients se voient prescrire des procédures de physiothérapie qui affectent la contractilité de l'utérus, les mécanismes centraux ou périphériques.

Le traitement de physiothérapie est indiqué dans de tels cas:

  • Le risque d'avortement spontané.
  • Toxicose précoce avec nausées et vomissements.
  • Gestose.
  • Retard de croissance fœtale.
  • Le report de la grossesse.
  • Divergence des os pubiens.
  • Lactostase, endométrite post-partum.

Avec la menace de rejet de l'éducation fœtale, les procédures de physiothérapie suivantes sont utilisées:

  1. Galvanisation endonasale.
  2. Electrophorèse au magnésium à courant modulé sinusoïdal.
  3. Inductothermie de la région rénale.
  4. Relaxation électrique de l'utérus par courant alternatif sinusoïdal.

Si la cause du détachement est une insuffisance isthmique-cervicale, la pharmacothérapie et la physiothérapie sont des méthodes auxiliaires. La principale méthode de traitement est la correction chirurgicale.

Traitement alternatif

Les recettes médicales non conventionnelles pour le détachement de l'ovule sont dans la plupart des cas inefficaces et même dangereuses. Mais certaines femmes utilisent encore des thérapies alternatives. Considérez les méthodes à base de plantes les plus sûres :

  • Versez une cuillère à soupe d'écorce de viorne avec 500 ml d'eau bouillante et faites bouillir à feu doux pendant 10 minutes. Réfrigérer, filtrer. Prendre ½ tasse 3 fois par jour.
  • Broyer et mélanger 100 g d'herbe sèche d'un millénaire et 50 g d'herbe de renouée. Prendre ½ cuillère à café de poudre à base de plantes 3 fois par jour 30 minutes avant les repas.
  • Prenez 5 grammes de feuilles ou de racines de pissenlit fraîches. Verser de l'eau bouillante dessus et faire bouillir pendant 5-7 minutes à feu moyen. Prendre 50 ml 3 fois par jour.
  • Mélangez des proportions égales de millepertuis frais et de fleurs de calendula. Versez 250 ml d'eau bouillante et laissez infuser 30 à 40 minutes. Filtrer et prendre 2 verres par jour, en ajoutant une cuillerée de miel.

Toutes les recettes ci-dessus sont utilisées en cas de risque de fausse couche au cours du premier trimestre. Avant d'utiliser des méthodes de médecine alternative, vous devriez consulter votre médecin et obtenir sa permission.

Traitement à base de plantes

Les herbes médicinales sont une autre approche non conventionnelle dans le traitement du détachement de l'ovule aux premiers stades de la gestation.

Des recettes à base de plantes peuvent être utilisées pour prévenir les fausses couches :

  • Prendre 2 parts de seigle, de fleurs de souci et d'herbe d'angélique. Combinez-les avec 1 partie de feuilles d'ortie et des rhizomes de potentille dressés. Versez 500 ml d'eau bouillante sur deux cuillères à soupe de la collection et laissez infuser pendant 3 heures. Filtrer et prendre ½ tasse 3 fois par jour 30 minutes avant les repas.
  • Versez trois cuillères à soupe de calendula (feuilles et inflorescences) avec 1 litre d'eau et mettez sur feu moyen. Le liquide doit être réduit de moitié. Filtrez le bouillon refroidi et prenez 50 ml 2-3 fois par jour avant les repas.
  • Prenez 3 parts de racine de réglisse et d'aunée, ajoutez-y 2 parts de cassis. Mélangez bien les herbes et mélangez avec 1 partie de racine de Potentilla et d'ortie. Versez 2-3 cuillères de la collection avec 250-300 ml d'eau bouillante, faites bouillir à feu moyen pendant 20-30 minutes. Réfrigérer, filtrer et prendre ½ tasse 3 fois par jour avant les repas.

Avant d'utiliser les recettes ci-dessus, vous devez consulter votre médecin et vous assurer qu'il n'y a pas de réactions allergiques aux ingrédients à base de plantes des recettes.

Homéopathie

L'homéopathie est un traitement alternatif de l'avortement spontané dans les premiers mois de la gestation. S'il existe un risque de fausse couche, les médicaments homéopathiques suivants peuvent être utilisés :

  • Aconit - la menace d'avortement après une expérience nerveuse, le stress, une poussée de colère.
  • Arnica - rejet de l'ovule après une blessure, saignement abondant.
  • Belladonna - Douleurs tiraillantes dans le bas-ventre et dans le dos, écoulement sanglant abondant.
  • Caulophyllum est une fausse couche habituelle, des douleurs dans le dos et l'abdomen. Contractions de l'utérus avec peu d'écoulement sanguinolent.
  • Chamomilla - avortement après une excitation nerveuse intense.
  • Cimicifuga - Douleur aiguë dans le bas-ventre.
  • Sabina - Écoulement sanglant abondant. Mal de dos s'étendant au bas-ventre.
  • Secale - risque de décollement, saignement abondant, douleur intense.
  • Sépia - douleur aiguë et faiblesse, spasmes musculaires.
  • Viburnum - une histoire de fausses couches, de douleurs dans l'abdomen, le dos et les hanches.

Tous les médicaments et leur dosage sont choisis par le médecin homéopathe, qui évalue l'état du patient.

Opération

En cas de fausse couche incomplète, d'avortement septique et en cas d'hémorragie massive, un traitement chirurgical est indiqué. Avant l'opération, une échographie est effectuée, qui révèle les restes de l'ovule dans la cavité utérine. En fonction des résultats de l'échographie, les types de nettoyage suivants peuvent être prescrits :

  1. Curetage par aspiration - les restes de l'embryon sont petits et peuvent être aspirés avec un aspirateur. [30]
  2. Curetage - le fœtus est mort, mais n'est pas complètement sorti de l'utérus.

Le traitement est réalisé sous anesthésie générale ou locale. Pour l'opération, des instruments spéciaux sont utilisés pour ouvrir le col de l'utérus et retirer la couche supérieure de l'endomètre. La durée de la procédure prend environ 15-25 minutes. Après cela, le patient passe quelques heures sous surveillance médicale et s'il n'y a pas de complications, il rentre chez lui.

Après curetage, de telles complications peuvent se développer, dont certaines sont normales :

  • Douleur modérée dans le bas-ventre, semblable à la menstruation. Ils persistent de quelques heures à plusieurs jours et ne nécessitent pas de traitement.
  • Saignements abondants. Normalement, ils ne durent pas plus de 10 jours. Si le saignement dure plus longtemps, cela peut être un signe de spasme cervical et nécessite un traitement supplémentaire.
  • Le risque d'infection et le développement d'une septicémie.
  • Danger d'extraction incomplète des résidus de tissus fœtaux. Provoque de graves pertes de sang et nécessite une intervention chirurgicale urgente.
  • Risque de blessure du col de l'utérus ou de l'utérus pendant la chirurgie. Des actions inappropriées du chirurgien peuvent entraîner une perforation de l'utérus ou une rupture de ses tissus.

Les tissus obtenus à la suite de l'opération après une fausse couche sont envoyés pour examen histologique. Cela est nécessaire pour confirmer la grossesse utérine, exclure la grossesse extra-utérine, la maladie trophoblastique. [31]

Afin de minimiser le risque de fausses couches à l'avenir, vous devez subir un examen médical complet. Cela vous permettra de déterminer les causes de rejet de l'éducation fœtale et de les éliminer.

La prévention

Des méthodes spécifiques pour prévenir le détachement de l'ovule au cours des premiers mois de la grossesse n'ont pas été développées. Pour réduire le risque de développer des anomalies du tube neural chez le fœtus, qui peuvent provoquer des fausses couches, une supplémentation en acide folique est indiquée lors de la planification de la grossesse et au cours du premier trimestre.

La planification de la conception est également importante. Pour se préparer à la grossesse et pour réduire le risque d'avortement spontané, les futurs parents doivent se soumettre à un examen médical et passer un certain nombre de tests :

  • Analyse des MST et des maladies infectieuses.
  • Tests génétiques. [32]
  • Examen de l'appareil reproducteur.
  • Echographie des organes pelviens chez une femme.
  • Détermination de la biocompatibilité des conjoints et autres tests.

Des visites régulières chez le gynécologue et une inscription en temps opportun à la clinique prénatale sont également une méthode préventive. La consultation médicale et les dépistages précoces permettent d'évaluer l'état de la grossesse en cours.

La future mère bénéficie d'une bonne nutrition, d'une activité physique modérée et d'un minimum de stress. Vous devez également abandonner les mauvaises habitudes qui affectent négativement à la fois le corps féminin et le développement du fœtus.

Prévoir

Le détachement de l'ovule en début de grossesse a une issue favorable. Avec un avortement spontané, le risque de perturber la grossesse suivante est d'environ 20 %. Si une femme fait deux fausses couches spontanées d'affilée, un examen complet est effectué pour identifier les causes de cette anomalie. [33]

N'oubliez pas la réadaptation psychologique. Après une fausse couche, une femme est confrontée à un stress et à une dépression sévères, elle a donc besoin d'une thérapie réparatrice. Vous pouvez planifier une nouvelle grossesse au plus tôt dans 6 à 12 mois. Dans le même temps, il est très important d'exclure tous les facteurs qui ont conduit à l'avortement dans le passé.

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.