^
A
A
A

Dans le développement de l'autisme chez un enfant, la polycystose chez une mère est-elle «à blâmer»?

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 16.06.2019
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

08 February 2019, 09:00

Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques diagnostiqué sont plus susceptibles d’avoir des enfants autistes - une affection courante qui complique considérablement la vie d’une personne dans la société. Ces informations ont été publiées par des spécialistes représentant l’Université de Cambridge.

La polykystose ovarienne est un problème qui touche une femme sur dix de la planète. Le développement de cette maladie est dû à une augmentation des taux de testostérone dans le sang. Pour que le syndrome se caractérise par l'apparition de formations kystiques dans la région ovarienne, ces kystes ont un contenu liquide. Les principaux signes de pathologie sont considérés comme des violations de la puberté, des troubles du cycle mensuel, etc.

Dans leur nouveau projet de recherche, les scientifiques ont découvert que la présence de polykystose chez la future mère augmentait le risque de développer l’autisme chez le nouveau-né.

Un peu plus tôt, les scientifiques ont déjà établi que, dans la période de formation prénatale d'un enfant autiste, il existe un excès de certaines substances hormonales, notamment la testostérone. Les médecins ont suggéré que cela peut déjà être expliqué par le fait que les garçons sont plus souvent atteints d'autisme.

Dans le nouveau projet, les scientifiques ont tenté de comprendre pourquoi le niveau de certaines hormones augmentait. Dans le même temps, la principale hypothèse des spécialistes a été prise en compte, à savoir que les hormones «extra» sont transférées au bébé par leur mère.

Pour tester cette hypothèse, des informations sur plus de huit mille patients diagnostiqués avec le syndrome des ovaires polykystiques, ainsi que leurs enfants, ont été analysées. En outre, une analyse comparative des informations obtenues sur 41 000 femmes donnant naissance avec des ovaires en bonne santé a été réalisée. Une fois les calculs terminés, les résultats ont été modifiés: les scientifiques ont tenu compte de la présence de femmes présentant certains problèmes psychologiques, ainsi que de celles qui présentaient des complications pendant la grossesse, susceptibles d’affecter le développement de l’autisme chez le bébé. En conséquence, il a été constaté que les femmes atteintes de maladie polykystique mettaient au monde des enfants autistes dans 2,3% des cas et les femmes sans maladie polykystique - dans 1,7% des cas.

Beaucoup remarqueront qu'il y a une différence en pourcentage, mais elle est petite. Par conséquent, les scientifiques ne discutent pas de l'impact direct de la maladie sur l'émergence d'un problème infantile, mais se fixent un nouvel objectif: ils sont peut-être déjà sur le point de démêler le mécanisme de développement de l'autisme. Selon les experts, ils ont découvert une relation inverse: les patients autistes sont plus susceptibles de souffrir du syndrome des ovaires polykystiques que les femmes sans trouble autistique. D'accord, les experts ont encore du travail à faire.

Les résultats des travaux des scientifiques sont présentés dans la publication Translational Psychiatry (https://www.nature.com/articles/s41398-018-0186-7).

C'est important de savoir!

Le syndrome de Canner ou l'autisme précoce (RDA) est une violation dans le développement mental, dans lequel l'enfant a des problèmes de transmissibilité, de perception sociale et de sous-développement des manifestations émotionnelles. Lire plus...

!
Trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.
You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.