^

Changements de l'hCG dans la grossesse extra-utérine et leur valeur diagnostique

, Rédacteur médical
Dernière revue: 05.10.2018
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Pendant la grossesse, de multiples changements surviennent dans le corps de la femme. Certains d'entre eux sont visibles à l'œil nu, tandis que d'autres sont tellement cachés qu'ils ne peuvent être identifiés que par échographie ou diagnostic en laboratoire. Par exemple, les changements dans le fond hormonal, et ils sont particulièrement visibles avant l'apparition de symptômes externes qui indiquent des violations, peuvent être déterminés uniquement par des méthodes de laboratoire. Ainsi, le taux de hCG avec grossesse extra-utérine sera significativement inférieur à la normale et la cause de l'augmentation des taux de cette hormone peut devenir un diabète gestationnel ou des pathologies chromosomiques du fœtus.

C'est la façon dont les médecins révèlent parfois accidentellement des pathologies graves de la grossesse dès les premiers stades. Et bien qu'il soit difficile de juger sur les maladies spécifiques, des changements dans les niveaux d'hormones permet le temps de suspecter la maladie et de prendre les mesures nécessaires pour son traitement, et le cas échéant d'interruption de la grossesse anormale basée sur la simple analyse de hCG ou AFP.

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9], [10], [11]

À qui et quand l'analyse HCG est-elle programmée?

Un test sanguin général et une analyse d'urine, qui sont obligatoires pour les femmes dans le diagnostic de la grossesse, y compris l'ectopique et l'enregistrement, peuvent en dire long sur la santé d'une future mère. Mais ils ne donnent pas suffisamment d'informations sur le développement du fœtus à différentes périodes de la grossesse et sur sa localisation. Et après tout, porter un enfant est un processus assez compliqué et long, dont chaque étape s'accompagne de certains changements dans les indicateurs de laboratoire, qui ne peuvent être retracés qu'au moyen de tests et de tests spéciaux.

Une de ces analyses spéciales pendant la grossesse est l'étude des taux de gonadotrophine chorionique humaine (hCG). Qu'est-ce que hCG? Il s'agit d'une hormone spécifique, pratiquement absente chez une personne en bonne santé en dehors de la période de grossesse. Chez les hommes, la détection de la gonadotrophine chorionique dans le sang n'est possible qu'avec l'apparition de maladies oncologiques du système reproducteur (tératome / séminome du testicule). Ces tumeurs sont le plus souvent détectées chez les garçons et les jeunes hommes. Dans ce cas, l'analyse de l'HCG aide à clarifier le diagnostic.

Une augmentation du taux de gonadotrophine chorionique chez une femme à forte probabilité indique le début de la grossesse. Le fait est que pour la production de cette hormone inhabituelle est responsable de l'embryon, ou plutôt de sa coquille, qui fournit la nutrition foetale et s'appelle le chorion. Par conséquent, l'hormone est appelée chorionique. Plus tard, lorsque le placenta est formé (environ 3 à 4 mois après la grossesse), il commence également à produire de l'hCG, mais en moindre quantité.

Le chorion est l'enveloppe externe du fœtus, qui soutient la fonction de la glande endocrine temporaire (corps jaune) dès la conception et la formation du placenta. La vitalité du corps jaune, produisant des œstrogènes et de la progestérone, nécessaires au maintien de la grossesse, est préservée précisément par le développement de la gonadotrophine chorionique. C'est-à-dire que ces processus sont interdépendants et visent à préparer le corps d'une femme à porter un enfant. Il n'est pas surprenant que la gonadotrophine commence à être produite par le chorion presque dès la conception de l'enfant, dès que le sperme du père se confond avec l'œuf de la mère.

Le niveau de l'hormone de la grossesse augmente nettement au jour le jour jusqu'à 8-12 semaines de grossesse, après quoi il diminue progressivement, ce qui est dû à la préparation de l'organisme pour l'accouchement. Après tout, lorsque le placenta se forme au deuxième trimestre de la grossesse, tous les principaux organes et systèmes de l’enfant sont déjà formés et commencent à fonctionner. C'est déjà un petit homme à part entière, qui se prépare progressivement à une existence indépendante en dehors du sein de la mère.

Qu'est-ce qui est si important pour l'hCG pendant la grossesse? Le fait que ce soit grâce à lui soutient le niveau nécessaire de toutes les autres hormones dans le corps féminin, y compris les œstrogènes et la progestérone, ce qui est très important pour le cours normal de la grossesse. Il est clair que l’écart du niveau de hCG par rapport aux indices normaux indiquera certaines violations.

Quelles sont les indications pour l'analyse de l'hCG:

  • Il est prescrit aux femmes qui ont un retard ou un manque de règles sans autres symptômes de grossesse. Une augmentation du taux de gonadotrophine chorionique sera la preuve de la conception qui a eu lieu, sinon elle implique certaines violations du système reproducteur.
  • Avec l'aide de l'analyse peut être déterminée avec une grossesse très tôt à terme, parce que l'élévation du niveau de hCG dans l'urine a été célébrée pendant 6-8 jours après la conception (ce qui est l'une des méthodes les plus rapides pour la détermination de la grossesse), et le sang veineux, même pendant 2-3 jours.
  • L'étude est prescrite pour une grossesse présumée de multiplanes, lorsque deux embryons ou plus se développent dans l'utérus et mûrissent en même temps.
  • L'analyse est particulièrement pertinente si le médecin a des raisons de croire un avortement ectopique ou manqué, ce qui nécessite une intervention chirurgicale immédiate et interruption de grossesse (hCG grossesse extra-utérine ou d'arrêter le développement du fœtus dans l'utérus sera déviation par rapport à la norme).
  • après un avortement spontané ou un avortement non professionnel, il existe des situations où les tissus des tissus embryonnaires et placentaires ne sont pas complètement éliminés de l'organisme, ce qui constitue un danger pour la santé de la femme. La présence de résidus chorioniques et placentaires sera indiquée par le taux élevé de hCG, les produits pour lesquels ils sont engagés, normalement en l'absence de grossesse, l'hCG ne doit pas dépasser 5 UI par ml de sang.

Il faut dire que cette analyse est prescrite pour les femmes enceintes aujourd'hui et sans aucune indication. Cette période délicate de la vie d'une femme comporte plusieurs phases critiques: 8, 12-14 et 16-18 semaines de grossesse. Il y a actuellement une plus grande probabilité de décoloration de la grossesse ou d'autres pathologies. Dans ce contexte, des études de dépistage sont réalisées spécifiquement pour ces phases critiques, ce qui permet un diagnostic rapide des complications de la grossesse.

La croissance des valeurs de l'hCG indique la croissance et le développement du fœtus. Par conséquent, l’analyse de l’hCG et l’étude du sang sur l’alpha-foetoprotéine et l’œstriol sont incluses dans le complexe du diagnostic prénatal des pathologies du développement du fœtus.

À diverses pathologies de la grossesse, l’analyse de l’hCG peut être passée en dynamique, c’est-à-dire avec un intervalle de 2 jours. Le fait est que pendant la grossesse normale pendant cette période, il y a un doublement de la gonadotrophine chorionique dans le sang. Avec la grossesse ectopique et plus encore la décoloration fœtale, l'augmentation de l'hCG est beaucoup moins intense.

Préparation et technique d'analyse

Pour déterminer le niveau de gonadotrophine chorionique pendant la grossesse, diverses méthodes de diagnostic de laboratoire sont utilisées. La variante la plus simple du test est la bandelette de test dont le mécanisme d'action repose précisément sur l'augmentation du taux d'hCG après la conception.

Le test de grossesse peut être acheté dans toutes les pharmacies et même dans les supermarchés. Il s'agit d'une bande de lumière sur laquelle est appliqué un réactif, qui change de couleur au contact de l'urine, entraînant une deuxième bande indiquant la grossesse.

La question est que, six à huit jours après la conception dans les urines, le taux de gonadotrophine est déjà suffisant pour diagnostiquer la grossesse. Une autre chose est que la sensibilité de la plupart des tests vous permet de détecter la grossesse seulement après 2 semaines ou plus. Les plus précis sont les tests à jet d'encre et numériques, qui ne doivent pas être placés dans un contenant contenant de l'urine ou des gouttes d'urine, mais livrés sous un nouveau flux.

10 secondes de contact de la bandelette avec de l'urine suffisent pour que la réaction commence et son résultat peut être observé après 1 à 10 minutes, en fonction du taux de hCG. Mais si les tests habituels de concentration d'hormones et de temps de grossesse peuvent être jugés principalement sur l'intensité de la couleur de la bande manifestée, la version électronique du test fournira des informations dans une version numérique.

Une telle analyse sur l'hCG est tout à fait appropriée pour déterminer la grossesse, mais elle peut en dire peu sur son timing et la nature du cours. C'est à dire Les tests habituels de hCG avec grossesse extra-utérine seront peu instructifs. Ils montreront la présence de la grossesse dans tous les cas, mais le niveau de gonadotrophine et la dynamique de sa croissance ne peuvent être devinés. La méfiance peut paraître couleur insuffisamment intense de la deuxième bande ou son absence lors d'inspections répétées.

Le test numérique à cet égard est plus intéressant, car il vous permet d’évaluer la concentration de l’hormone et, dans la seconde analyse, d’évaluer même l’augmentation du taux de hCG au cours d’une certaine période. De tels changements donnent un plus grand pourcentage de vrais résultats au cours des deux premiers mois de la grossesse, après quoi de tels incidents, comme résultat négatif d’un test de grossesse, sont possibles.

De manière similaire, l'urine est analysée pour la gonadotrophine chorionique en laboratoire. Une femme enceinte dans ce cas devra passer une nouvelle analyse d'urine le matin. Pourquoi le matin? Parce que la concentration de la gonadotrophine affecte le volume du liquide à boire. Plus une femme boit d’eau, plus la concentration de l’hormone de grossesse est faible, ce qui faussera les résultats réels. La veille du test, il est également déconseillé de boire beaucoup de liquides, en particulier avant de se coucher.

En cas de grossesse extra-utérine et d'autres complications, la plus appropriée consiste à effectuer une analyse de sang pour l'hormone hCG. Dans le sang, la gonadotrophine est détectée plus rapidement que dans l'urine et les résultats du test sanguin sont considérés comme les plus précis. Le sang est prélevé dans la veine, après quoi une partie liquide est séparée à l'aide d'une centrifugeuse et les réactifs sont ajoutés. L'analyseur convertit les résultats quantitatifs en numérique, ce qui permet de diagnostiquer l'évolution de la grossesse.

Toute analyse a une valeur diagnostique. Si ses résultats sont fiables, une certaine préparation est souvent nécessaire avant l'analyse. Idéalement, le sang, comme l'urine, doit être pris le matin avant le petit-déjeuner, quelque temps après le réveil. Mais même si le sang doit être prélevé à un autre moment, pour améliorer la précision de la recherche, il est recommandé de ne pas manger et de limiter l’utilisation de l’eau et 5-7 heures avant de prendre du sang pour l’analyse.

Grossesse extra-utérine

Presque chaque femme rêve à un moment parfait de devenir une mère heureuse de son propre bébé. Mais pour cela, elle doit concevoir et endurer un enfant. La fécondation de l'œuf se produit après sa libération dans la trompe de Fallope, mais cela ne suffit pas pour le développement normal de la grossesse. Par la suite duo, qui est formé à partir de fœtus humain (embryon) devrait suivre la trompe de Fallope directement dans l'utérus, où il est fixé de résidence permanente 2-3 semaines après la conception a eu lieu.

Mais parfois il arrive que l'œuf dans le temps imparti n'ait pas le temps d'infiltrer l'utérus et il doit "s'installer" ailleurs. Le plus souvent, le site de sa localisation est le tube utérin lui-même, moins souvent l'œuf foetal est fixé près de l'ovaire, dans la cavité abdominale ou le col utérin. En tout cas, si l'embryon se développe en dehors de l'utérus, on parle d'une pathologie appelée "grossesse extra-utérine".

Cette situation est considérée comme inadaptée au développement normal de l'enfant, surtout si le fœtus est retranché dans la trompe utérine. Les dimensions de la lumière de la trompe de Fallope ne sont pas calculées pour augmenter l'œuf fécondé, qui se produit à mesure que le fœtus grandit et se développe, de sorte que le fœtus est en retard de développement et meurt rapidement. Garder une telle grossesse n'a tout simplement pas de sens.

De plus, la grossesse extra-utérine constitue une menace pour la vie d'une femme enceinte. Une petite lumière de la trompe de Fallope et l'élasticité insuffisante de ses parois constituent un facteur de risque de rupture d'organe à mesure que le fœtus se développe. Il s’agit d’une situation extrêmement dangereuse, caractérisée par de graves douleurs et une hémorragie interne abondante. Si le patient n'aide pas à temps, la femme risque la mort. Et même si les médecins parviennent à lui sauver la vie, il ne sera pas possible de restaurer la trompe utérine endommagée, de sorte que la possibilité de tomber enceinte sera extrêmement faible. Après tout, même après une intervention rapide, les chances de grossesse sont réduites de moitié.

Dans les premiers mois après la conception, il est presque impossible de distinguer la grossesse extra-utérine de la normale sans études spéciales. Une femme peut même développer une toxicose dans les stades précoces, gonfler les glandes mammaires, arrêter les menstruations ou se transformer en une salive mensuelle.

Quel que soit le site de localisation de l'embryon, une enveloppe protectrice (chorion) l'entoure, ce qui produit une gonadotrophine chorionique, ce qui signifie que le taux d'hCG lors d'une grossesse extra-utérine augmentera. Qu'est-ce que l'analyse peut donc aider dans une telle situation? Et le fait que l'hCG dans la grossesse utérine et extra-utérine est significativement différente.

Le niveau de hCG dans la grossesse extra-utérine

La grossesse extra-utérine est une situation dans laquelle le fœtus ne peut pas se développer normalement. Bien qu'il soit petit et puisse être placé en toute sécurité dans la lumière de la trompe utérine, le développement peut se dérouler normalement, comme en témoigne l'augmentation régulière du taux de gonadotrophine chorionique. Mais progressivement, la dynamique de la croissance de l'hCG dans la grossesse extra-utérine change.

Pour mieux comprendre la différence entre l’augmentation de la hCG dans les grossesses utérines et extra-utérines, vous devez connaître le taux de gonadotrophine chorionique en l’absence de grossesse. On pense que la concentration de cette hormone spécifique change tous les 1,5-2 jours, au cours desquels les indices augmentent presque deux fois. Autrement dit, après avoir pris des mesures de hCG à intervalles réguliers, même quelques jours, il est déjà possible de tirer des conclusions définitives sur l'évolution de la grossesse.

Il n'est pas logique de décrire les changements quotidiens de l'hCG pendant la grossesse, il suffit de considérer sa norme pendant des semaines avec un développement fœtal normal, puis de comparer les taux d'hCG avec les taux observés lors d'une grossesse extra-utérine.

Si une femme n'est pas enceinte, la gonadotrophine dans son sang peut ne pas être détectée ou contenue dans des quantités ne dépassant pas 5 UI / mL. C'est le soi-disant point de référence, appelé référentiel. Une augmentation supplémentaire de l'hCG indiquera déjà la grossesse chez la femme ou l'oncologie chez l'homme. Mais puisque la gonadotrophine chorionique commence à être libérée dès le moment de la conception du fœtus, ses indices peuvent atteindre 20 à 35 UI / ml au cours de la première semaine de grossesse.

Pendant 1 à 2 semaines de grossesse, lorsque le fœtus est toujours en route vers l'utérus, la teneur en hCG dans le sang de la femme varie d'environ 20 à 350 UI / ml. Nous soulignons le mot "approximativement", car différents laboratoires déterminent la concentration de gonadotrophine pendant la grossesse par différentes méthodes pouvant donner des résultats différents. Par conséquent, dans chaque institution de cette nature, ont développé leurs propres tableaux qui déterminent les taux de hCG dans les grossesses normales et pathologiques.

Voici un exemple de l'un de ces tableaux, où la première colonne reflétera la période de gestation en semaines et la deuxième limite supérieure et inférieure de l'hCG en UI par ml de sang.

1-2

25-156

2-3

101-4870

3-4

1110-31500

4-5

2560-82300

5-6

23100-151000

6-7

27300-233000

7-11

20900-291000

11-16

6140-103000

16-21

4720-80100

21-39

2700-78100

 

 

Si les résultats des tests écrits à la main entrent dans le cadre du tableau ci-dessus, cela ne peut être considéré comme une excuse pour la panique. Le tableau est strictement à titre informatif et sur la base duquel nous pouvons voir qu'avant les 7 à 11 semaines de grossesse, les taux d'hCG montent en flèche, puis commencent progressivement à diminuer.

Nous avons examiné la dynamique de la gonadotrophine chorionique dans le cours normal de la grossesse et l'emplacement correct du fœtus, et quelle est l'hCG dans la grossesse extra-utérine? En général, l'image est identique: premièrement, il y a une augmentation des valeurs de hCG, puis sa chute. Mais ici, l’augmentation du taux de hCG dans ce cas est nettement inférieure à celle d’une grossesse en cours de développement.

Ainsi, au cours des deux premières semaines de la grossesse, la différence de croissance de la gonadotrophine chorionique peut ne pas être observée. Mais déjà à 3-4 semaines, les indicateurs peuvent être inférieurs à 2 fois et plus qu'il n'est nécessaire pour cette période. Le taux maximal de hCG dans la grossesse extra-utérine ne dépasse généralement pas 75 000 UI / ml, alors que pendant la grossesse normale, les indicateurs atteindront 291 000 UI / ml pendant la même période.

Comme vous pouvez le voir, la différence est palpable. Les faibles niveaux de gonadotrophine chorionique humaine est une indication que le fruit est un retard de croissance, et à son emplacement dans la trompe de Fallope est inévitable. Et peu importe comment le fruit a été conçu. La fécondation in vitro, l'ovule fécondé lorsqu'il se trouve directement dans l'utérus d'une femme, également se produire une situation où l'embryon change de position, glisser dans le tube de Fallope ou la cavité abdominale, où fixe et augmente par la suite. HCG dans la grossesse extra-utérine après FIV a la même dynamique que dans la conception naturelle, qui n'a pas entraîné le transfert de l'oeuf à l'utérus.

Si la grossesse extra-utérine n'est pas détectée dans les premières semaines après la conception, la croissance lente de l'hCG est observée jusqu'à environ 7-8 semaines, puis diminue. À ce moment, la décoloration du fœtus est le plus souvent notée, lorsqu'elle cesse son développement et périt, ce qui, si elle n'est pas correctement localisée, est le plus probable. Mais une telle rupture peut arriver avant.

Le taux de hCG dans la grossesse morte n'atteint jamais un niveau élevé et après que la mort de l'embryon commence à diminuer rapidement. Mais normalement, pour les femmes non enceintes, il ne peut se rapprocher qu'après un avortement ou un avortement spontané, et si long dans ce cas, dans un organisme mère, il n'y avait pas de particules de tissu d'embryon ou de placenta.

Avec la grossesse extra-utérine et le retard de l'embryon dans la trompe de Fallope, il n'y a pas de rejet indépendant de l'embryon, même si le fœtus est gelé. Dans ce cas, avec une grossesse pathologique persistante, le taux de hCG sera extrêmement bas et sans intervention chirurgicale, il ne peut pas être supprimé.

Les modifications de l'hCG dans la grossesse extra-utérine, différentes de la norme, permettent de suspecter une pathologie, mais cela ne suffit pas pour poser un diagnostic précis. Une diminution des indices de cette hormone est également observée en cas de menace de fausse couche, provoquée par un retard dans le développement de l'embryon ou une insuffisance placentaire. Même des symptômes tels que des douleurs dans le bas-ventre et des taches brunes ou rouges ne sont pas spécifiques, et il est impossible de les diagnostiquer. Par conséquent, pour confirmer une grossesse extra-utérine, les résultats de l'échographie sont également importants, car ils montrent l'absence de fœtus dans l'utérus en présence d'autres symptômes de la grossesse.

C'est important de savoir!

La pathologie considérée dans cet article se réfère à l'un des types de fécondation ectopique de l'ovocyte. Lire plus...

!
Trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.
You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.