^
A
A
A

Le sens de la justice enfantine se manifeste dès l'âge de 3 ans

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 16.04.2020
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

24 July 2019, 09:00

Dès leur plus jeune âge, les enfants font preuve d'un sens aigu de la justice. Ils sont prêts à faire beaucoup pour qu'une personne qui montre une telle injustice soit punie en conséquence, même si l'enfant lui-même doit sacrifier quelque chose pour cela.

Un sens de la justice peut être apporté dans une variété d'interprétations. Certaines idées similaires peuvent être vues dans le comportement des chimpanzés. La seule différence est que les singes répondent à la présence ou à l'absence de justice, si cela les concerne personnellement. Quant aux gens, ici le sentiment se propage par rapport aux autres.

Les enfants déjà dans trois ans ressentent et s'inquiètent si une personne en offense une autre. Dans le même temps, le désir des enfants ne vise pas tant à punir celui qui a fait preuve d'injustice, mais à aider la victime.

Et pourtant, est-il nécessaire ou non de rétablir la justice? Après tout, une personne qui est un délinquant doit être punie - ne serait-ce que pour «ce serait honteux pour les autres». Dans certains cas, pour le triomphe de la justice, il faut sacrifier quelque chose. À quel âge l'enfant est-il disposé à faire de tels sacrifices? C'est assez difficile à comprendre, mais les scientifiques représentant l'Université de New York ont remarqué que les enfants, à partir de 3 ou 6 ans, ont déjà la volonté de se sacrifier pour la justice.

L'étude a impliqué plus de deux cents enfants âgés de 3 à 6 ans. Tous ces enfants étaient des visiteurs du musée des enfants de la ville. Les participants ont été emmenés dans la salle où se trouvait le toboggan en spirale: il a été autorisé à en sortir. Les enfants ont commencé à s'amuser, et après un certain temps, on leur a montré des images d'un bébé qui a gâté et déchiré par malveillance le métier de quelqu'un d'autre. Ils ont expliqué aux enfants que cette mauvaise fille allait bientôt venir à eux pour monter la colline. De plus, les participants ont eu les opportunités suivantes: écrire un signe sur la diapositive avec le mot «fermé» ou «ouvert». Si l'on supposait que le toboggan serait ouvert, cela signifiait que tout le monde pouvait rouler avec, y compris un bébé nuisible. Et le mot «fermé» signifiait que personne ne monterait. Il s'avère que chaque enfant a eu la possibilité de punir un autre enfant pour avoir endommagé l'artisanat de quelqu'un d'autre en portant atteinte à ses propres intérêts.

Il s'est avéré qu'un enfant sur deux exprimait sa volonté de sacrifier son divertissement. Parmi ces enfants, il y avait des participants de trois ans et de six ans.

Après cela, les experts ont décidé de déterminer quel facteur affectait le désir des enfants de punir les coupables. Les enfants ont été divisés en groupes: l'un d'eux a appris que cette fille était la même qu'eux et appartenait même à leur groupe. D'autres enfants ont appris que la fille leur était étrangère. La troisième catégorie d’enfants a reçu des «pouvoirs spéciaux» dans la prise de décisions en accrochant un insigne de shérif sur sa poitrine.

Il s'est avéré que les enfants étaient plus enclins à punir les «étrangers», et l'option du «pardon» était plus souvent appliquée aux leurs. Mais le «pouvoir supplémentaire du shérif» a tout changé: ils sont plutôt tombés entre leurs mains. Les chercheurs attribuent cela au fait qu'une personne dotée se sent plus responsable de «son» peuple, et il fera tout pour que «son» ne s'offense pas les uns les autres.

Les détails de l'étude sont publiés sur psycnet.apa.org/record/2019-26829-001?doi=1

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.