^
A
A
A

Éléments morphologiques des éruptions cutanées

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 19.10.2021
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Lors de l'évaluation de l'ensemble de la peau affectée, principalement la morphologie de lésions analysé leur prévalence ou limitée, l'emplacement, la symétrie, asymétrie, ou linéaire (par exemple, le long du nerf ou un vaisseau), en particulier l'agencement mutuel (dispersé groupés, drain). Le monomorphisme ou le polymorphisme (vrai et évolutif) des éruptions cutanées est défini. Lors du diagnostic des dermatoses, palpation des éruptions cutanées, leur raclage, pressage sur la surface avec du verre (vitrection, ou diascopie) et d'autres méthodes d'investigation sont utilisés.

Pour tout caractère de l'emplacement, un changement dans la peau doit être soigneusement analysé les éléments morphologiques de l'éruption cutanée - d'abord primaire, puis secondaire.

Principaux éléments appelés vysypnye apparus sur une peau précédemment inchangée.

Les éléments secondaires vysypnye apparaissent à la suite de l'évolution du primaire.

En dermatologie, il existe six affections pathologiques de la peau qui, dans un certain nombre de maladies, apparaissent sur une peau précédemment inchangée, et dans un certain nombre d'autres, elles sont le résultat de l'évolution d'autres éléments d'éruptions cutanées.

Lors de l'examen des patients dermatologiques, il est possible d'identifier 23 éléments morphologiques. Les éléments primaires de vysypnye incluent la tache, la boursouflure, le nodule, le tubercule, le noeud, la vésicule, la vessie, l'abcès.

Une macula est un changement de la couleur d'une parcelle de peau ou de muqueuse sans en changer le relief.

Les taches sont divisées en vasculaires, pigmentées et artificielles.

Les taches vasculaires ont différentes nuances de rouge. Leur base pathomorphologique est la vasodilatation instable ou persistante, la formation excessive de ce dernier et la libération de sang des vaisseaux. Les taches vasculaires rigides reflètent une réponse vasculaire réflexe ou inflammatoire. Au cours de la vitrification, ils disparaissent complètement (taches hyperémiques). Les petites taches vasculaires (jusqu'à 2 cm de diamètre) sont appelées «roseola», les plus grosses - «érythème». Les taches vasculaires persistantes sont causées par les vaisseaux dilatés parétiques en raison de la restructuration du lit microcirculatoire (télangiectasie) ou de l'excès de néoplasme des vaisseaux (hémangiomes). En cosmétologie, on utilise souvent le terme «couperose», qui signifie érythème télangiectasique persistant. Les taches vasculaires qui résultent de la libération de cellules sanguines des vaisseaux dans le tissu par rhéxine ou par diapedesim, sont appelées hémorragiques. Les taches fraîches ont une couleur cyanotique-violet et ne changent pas pendant la vitrection. Au fil du temps, leur couleur devient jaune brunâtre en raison de l'oxydation de l'hémoglobine (hémoglobine réduite en oxyhémoglobine - biliverdine - bilirubine). Les éruptions hémorragiques ont un nom spécial - "purpura" (il peut apparaître sur la peau avec des pétéchies, des vibrations et des ecchymoses).

Les taches pigmentées sont associées à une teneur excessive en pigment mélanine (taches hyperpigmentées) ou, inversement, à un contenu inadéquat (absence) (taches hypopigmentées et dépigmentées).

Taches artificielles forment lorsqu'elles sont administrées dans la peau du colorant de l'extérieur, typiquement différents colorants (tatouage, maquillage permanent et ap.), ou à la suite du dépôt sur la peau de certains produits métaboliques du colorant (par exemple, karotinodermiya).

Boursouflure (Urtica) - qui domine la peau qui démange la formation de bespolostnoe de couleur blanche ou rouge et blanc avec une surface lisse, texture dense, et sont de courte durée. L'élément urticar existe de quelques minutes à plusieurs heures (jusqu'à 24 heures) et est autorisé sans laisser de trace. Mécanisme de formation blister est un gonflement localisé derme papillaire, qui se produit en raison de l'expansion de développer et d'améliorer simultanément aiguë perméabilité vasculaire lorsqu'elle est soumise à un certain nombre de substances biologiquement actives (histamine, la sérotonine, acétylcholine, etc.). Il est le plus commun dans les ruches et reflète une réaction allergique de type réactif ou immunocomplexe. En cas d'œdème diffus du tissu sous-cutané, un blister géant (angio-œdème ou œdème de Quincke) apparaît.

Uzelok, papula (papula), - s'élevant au-dessus du niveau de la peau, est la formation d'une densité différente, d'origine inflammatoire ou non inflammatoire.

Les papules peuvent être formés en raison de la prolifération de l'épiderme (acanthose, gipergranulez) infiltration dans le derme (lymphocytes, histiocytes, etc. Mastocytes), la prolifération des différentes structures dans le derme (départements sécrétoires vasculaires et les glandes canaux excréteurs, etc.), les produits de graisse métabolisme (lipides, mucine, amyloïde, calcium, etc.).

Les papules sont inflammatoires et non inflammatoires. Les nodules qui reflètent le processus inflammatoire sont colorés dans diverses nuances de rouge. Les éléments non inflammatoires peuvent avoir la couleur d'une peau normale ou être pigmentés. Sous la forme de distinguer les papules plates (épidermiques et épidermodermiques), hémisphériques (dermiques) et pointues (folliculaires).

Par la taille des papules distingués: miliaire (taille de grains de millet - jusqu'à 2 mm de diamètre), lenticulaire (la taille d'une lentille - environ 5-7 mm de diamètre) nummulyarnye (une pièce de monnaie - environ 2 à 3 cm de diamètre), et les plaquettes (5 cm et plus de diamètre).

Tuberculum (tuberculum) est un membre inférieur limité de 2 à 7 mm de diamètre, qui augmente à la suite de la formation d'un infiltrat inflammatoire chronique (granulome) dans le derme. Le mécanisme de la formation du tubercule est une inflammation granulomateuse productive dans le derme. Elle survient avec quelques dermatoses rares (tuberculose, syphilis tertiaire, lèpre, sarcoïdose, etc.). Dans l'ouverture, le tubercule est très semblable à la papule inflammatoire. La couleur varie du rouge-brun au rouge cyanotique, la consistance est dense ou douce. Les bosses ont tendance à se produire sur des zones limitées de la peau, groupées et peuvent fusionner. Contrairement à la papule, le tubercule laisse toujours une cicatrice (après une ulcération) ou une atrophie cicatricielle (sans ulcération) à sa résolution.

Noeud (nodus) - grande formation de bespopostnoe de densité différente, la nature inflammatoire ou non inflammatoire, qui se trouve sur le tissu adipeux sous-cutané dans le derme profond.

Les nodules peuvent être inflammatoires et non inflammatoires. Les ganglions inflammatoires sont colorés en rouge dans diverses nuances. Peut s'élever au-dessus de la peau ou s'installer dans son épaisseur. Les nœuds qui reflètent une inflammation aiguë ont des contours flous, une consistance pâteuse (par exemple, un furoncle). En revanche, les noeuds qui présentent une inflammation chronique ou une tumeur diffèrent à divers degrés de densité, avec des limites claires. Les nodules, qui sont le reflet clinique d'une inflammation spécifique (pour la tuberculose, la syphilis tertiaire - la gencive, la lèpre, la sarcoïdose) ou d'une tumeur maligne, peuvent subir une désintégration.

Veslcula (veslcula) est une formation de cavité édifiante dans l'épiderme, allant de 1 à 5-10 mm, contenant un liquide séreux.

La cavité dans la formation de la bulle est toujours intra-épidermique, parfois multicellulaire. Les mécanismes de formation de bulles sont la dystrophie vacuolaire (œdème intracellulaire), spongiose (œdème intercellulaire), la dégénérescence ballonnement (signe lésions épithéliales de virus de l'herpès).

La bulle (bulle, pemphig) est une formation de cavité édifiante de plus de 10 mm, contenant un fluide hémorragique séreux ou séreux.

La forme et la taille de la vessie peuvent être différentes, la cavité est à une chambre. La cavité peut être localisée intraépidermalmo (subcorneally et suprabazalno) et subepidermally. La cavité de la vessie se produit seulement si les cellules de l'épiderme sont pré-endommagées, les liens entre eux ou entre l'épiderme et le derme sont brisés. Les causes de ces blessures peuvent être exogènes et endogènes. Exogènes comprennent obliger les facteurs physiques (friction, haute température), ainsi que des facteurs chimiques (obliger les concentrations des acides et des alcalis) et biologiques (micro-organismes). Les facteurs endogènes comprennent des complexes immuns, qui ont un effet sur des desmosomes immunopathologiques (acantholyse à la pemphigus), la membrane basale (avec épidermolyse pemphigoide bulleuse) ou au sommet du tissu conjonctif papille (dermatose Duhring).

La pustule (pustula) est une formation d'élévation cavitaire, mesurant de 1 à 10 mm, contenant du pus.

La pustule représente toujours une cavité à l'intérieur de l'épiderme, parfois en dessous. Cet élément d'efflorescence cavitaire primaire est formé à la suite de la nécrose des cellules épidermiques avec la formation d'une cavité purulente. La formation de pustules est précédée de lésions des kératinocytes par les produits de l'activité vitale des microbes pyogènes (facteurs exogènes de nature infectieuse) et des enzymes des granulocytes neutrophiles. Chez certaines dermatoses, la formation de pustules est due à l'action de facteurs endogènes suffisamment étudiés de nature non infectieuse, appelés «dermatoses pustuleuses amicrobiennes».

Il convient également de souligner qu'après l'établissement du type d'élément primaire de l'éruption pour la vérification du diagnostic de dermatose, l'examen histologique de la peau est d'une grande importance.

Les éléments morphologiques secondaires des éruptions cutanées comprennent une tache secondaire, l'érosion, les ulcères, les cicatrices, les écailles, les croûtes, les fissures et les abrasions. Leur signification pour le diagnostic rétrospectif des dermatoses n'est pas la même.

Un point secondaire (macula) est une décoloration locale de la peau sur le site d'anciennes éruptions cutanées.

Tache secondaire peut être hyperpigmentation qui est souvent causée par le dépôt d'hémosidérine et moins - la mélanine, et en raison de hypopigmentées quantité réduite de mélanine en raison de la perturbation temporaire de la fonction mélanocytes, pris dans la zone de mise au point pathologique.

Erosion (érosio) - un défaut superficiel de la peau dans l'épiderme.

L'érosion se produit souvent à la suite de l'ouverture vnutriepidermallnyh structures cavitaires, au moins en raison de la violation de l'épiderme trophisme en raison d'un processus pathologique dans le derme (par exemple, syphilophyma érosive). Le défaut érosif est épithélialisé complètement sans formation de cicatrice.

Ulcère (ulcère) - un défaut profond du derme ou des tissus sous-jacents.

Ulcère décroissance se produit à cause de l'inflammation anormale foyer de pyo-nécrotique, de l'ischémie (ulcères trophiques), le granulome infectieux, une tumeur maligne (ceci est différent de la plaie, qui résulte du fait de exogène détruire l'intégrité des couches de peau). Avec l'évolution de la place des ulcères, une cicatrice se forme, qui se répète souvent dans sa forme.

Cicatrix est un tissu conjonctif nouvellement formé à la place de la peau endommagée et des tissus plus profonds.

Il n'y a aucun modèle de peau dans la zone de cicatrice, notez une diminution du nombre ou de l'absence de cheveux. Il existe des cicatrices normotropes, hypertrophiques, atrophiques et chéloïdes. La cicatrice normotrophe est localisée au niveau de la peau, hypertrophique - saillante au-dessus, atrophique - au-dessous du niveau de la peau. Les cicatrices chéloïdes sont classées comme des cicatrices pathologiques, elles dépassent le niveau de la peau et se caractérisent par une croissance périphérique active, notamment après leur excision, et des sensations subjectives (démangeaisons, paresthésies). Si le tissu conjonctif est formé sur le site pathologique sans une violation antérieure de l'intégrité de la peau, alors ce processus est appelé atrophie cicatricielle.

Scale (squama) - un conglomérat de plaques cornées desserrées.

Normalement, il y a une desquamation constante de l'épithélium, cependant ce processus est invisible à l'œil nu (peeling physiologique). Les mécanismes de la formation squameuse sont la parakératose (la présence de cellules avec des noyaux dans le stratum corneum) et l'hyperkératose (épaississement de la couche cornée). Le peeling parakératosique est une réaction post-peeling caractéristique de la peau.

En fonction de la taille et le type d'échelles distinguent mukovidnoe (ressemble à une dispersion de « farine »), teignes ou pitiriaziformnoe (ressemble à une dispersion de « son »), lamellaire (lamellaire grossier et fin) et exfoliative (grands lits) épluchage.

La croûte (crusta) est un exsudat séché.

La couleur des croûtes peut être jugée sur l'origine de l'exsudat: épanchements séreux rétrécissement dans la croûte de miel jaune, purulente - un saignement gris verdâtre - brun-noir. Dans un certain nombre de cas, des écailles-croûtes sont diagnostiquées, c'est-à-dire des flocons imprégnés d'exsudat. Les croûtes se forment plus souvent après la régression des éléments cavitaires (vésicules, cloques, pustules) et des ulcères.

Une fissure (fissura, rnagas) est un défaut cutané linéaire associé à une violation de son élasticité.

Les raisons de craquage sont la production de sébum de diminution (xeroderma), macération (gonflement de la couche cornée de l'épiderme dans un environnement humide), la kératose (épaississement de la couche cornée) et infiltrer dans le derme. La fissure peut être superficielle (dans l'épiderme) et profonde (pénétrer dans le derme).

L'abrasion (excoriatio) est le résultat d'un traumatisme mécanique de la peau lorsqu'elle est peignée.

C'est le résultat de démangeaisons. Les excoriations ont une forme linéaire, une virgule ou un triangle. Cliniquement ils représentent des stries blanches desserrant la couche cornée, ou de l'érosion, des croûtes hémorragiques couvert disposés érosion des lignes en pointillés ou solides croûtes hémorragiques revêtues.

Eschara - nécrose sèche limitée de la peau de couleur noire ou grisâtre, s'étendant à différentes profondeurs et fermement associée aux tissus sous-jacents

Peut se produire en raison de l'exposition à la surface de la peau OBLIGER facteurs de nature physique ou chimique (température élevée, des acides forts, tels que peeling profond et alcali al.) Ou en raison de la perturbation de la microcirculation dans la zone immédiatement adjacente au site de la lésion.

Les conditions pathologiques de la peau comprennent la kératose, la lichénification, la végétation, la dermatosclérose, un antédoderme et l'atrophodermie.

Kératose (kératose) - couches de masses cornées denses, sèches et difficiles à enlever de couleur jaune cireuse ou grisâtre.

La lichénification (Lichenificafio) se caractérise par un dessin prononcé de la peau, son épaississement, sa sécheresse et sa couleur brun-cyanosique, souvent pelante.

Végétation (vegetatio) - formation au-dessus de la peau (mucus) formation sous la forme d'un "pétoncle". La surface de la végétation peut être sèche, selon cette couche cornée normale ou épaissie, et aussi humide et érodée (en plis).

La dermatosclérose (dermatosclérose) est la zone de densification de la peau avec une diminution de sa mobilité par rapport aux tissus sous-jacents. La peau n'est pas pliée dans le pli, en appuyant avec un doigt, l'impression ne reste pas.

Anetodermie (anetodermie) - petites zones d'atrophie de la peau elle-même (derme) couleur blanchâtre avec une surface ridée ou légèrement hernie. En appuyant sur ces zones avec une sonde boutonnée, celle-ci "tombe" facilement dans la peau - un symptôme du "bouton de cloche", comme dans un vide (grec anetos - vide).

Atrophodermie (alrophodermie) - une profondeur de peau différente ou brunissement brunâtre sur les zones d'atrophie de la graisse sous-cutanée de la cellulose. Le motif de la peau n'est pas changé. En cosmétologie atrophodermie secondaire se produit, qui représente les effets résiduels en place des sites inflammatoires permis dans des endroits d'injection intramusculaire ou après liposuccion (lipoaspiration) en tant que complication.

Un examen objectif du patient est effectué selon des règles généralement acceptées et inclut à la fois des méthodes de recherche cliniques et autres (laboratoire, instrumentale). En outre, dans le diagnostic et le diagnostic différentiel de certaines dermatoses utiliser des méthodes spéciales d'examen de laboratoire (par exemple, cytologique, immunologique). En dermatocosmetologists et largement utiliser des méthodes invasives supplémentaires d'évaluer l'état de la peau

trusted-source[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9], [10], [11], [12]

Translation Disclaimer: For the convenience of users of the iLive portal this article has been translated into the current language, but has not yet been verified by a native speaker who has the necessary qualifications for this. In this regard, we warn you that the translation of this article may be incorrect, may contain lexical, syntactic and grammatical errors.

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.